Équipe de Timbuktu

bakary
Président, FondateurDirecteur de l’Observatoire des radicalismes et
conflits religieux en Afrique

Dr. Bakary Sambe est enseignant-chercheur au Centre d’étude des religions (CER) de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis- UFR CRAC (Sénégal). Il est docteur de l’Université Lumière Lyon 2 (IEP) en Sciences politiques (Relations internationales) et titulaire d’un Master en études arabes et islamiques. Bakary sambe est le Fondateur, de l’Observatoire des radicalismes et conflits religieux en Afrique (ORCRA) au sein de Timbuktu Institute -African Center for Peace Studies (Dakar) qu’il dirige. Politologue, spécialiste des relations internationales, plus spécifiquement du monde musulman, des rapports arabo-africains et du militantisme islamique.

Il est, aujourd’hui, l’un des plus grands experts sur la problématique de la radicalisation et les réseaux transnationaux dans le Sahel.

Après son essai Islam et diplomatie (2011), Sambe publie un récent ouvrage sur « Boko Haram, du problème nigérian à la menace régionale » (Juillet, 2015). Comptant diverses publications dans des revues et ouvrages collectifs de référence, il a, aussi, travaillé pour de nombreuses organisations internationales et conseille des gouvernements, et autres structures sur les risques liés à l’extrémisme violent, sa prévention et les processus de basculement.

Dr. Bakary Sambe a été ces dernières années accueilli dans de nombreuses institutions universitaires et de recherche auxquelles il est associé à travers le monde (Maroc, Mali, Burkina, Mauritanie, Groupe de recherche sur la Méditerranée et le Moyen-Orient, CNRS-Lyon 2, Fondation Espace de Savoir Euro-méditerranéen, Allemagne). Il fut Chercheur invité du Sahel Research Group de l’Université de Floride aux Etats-Unis.

Directeur des Etudes Prospectives et Stratégiques
Directeur des Etudes Prospectives et Stratégiques

Dr. Serigne-Bamba GAYE travaille depuis 29 ans dans les domaines des relations internationales, de la consolidation de la paix, des politiques publiques, de la gouvernance, de la formation et du renforcement des capacités des compagnies privées, des institutions étatiques, des organisations du système des Nations unies et des ONG.
Il a une connaissance approfondie et une expérience confirmée des questions de sécurité, paix et développement en Afrique. Il a travaillé au Sénégal pendant 12 ans comme haut fonctionnaire dans plusieurs ministères dont celui de l’économie, des Finances et du Plan comme conseiller technique, au Canada comme gestionnaire principal de projet en consolidation de la paix et chargé de cours à l’université de Montréal et en République démocratique du Congo comme conseiller du PNUD en gouvernance et consolidation de la paix pendant 7 ans. Il a visité des dizaines de pays dans le monde dont plus de 20 en Afrique dans le cadre de son travail et a tissé un réseau de partenariat solide avec les ONG, le secteur privé et les administrations publiques. Il est présentement consultant international en matière de stratégie et de renforcement des capacités, professeur en relations internationales et directeur des études stratégiques et prospectives à Timbuktu Institute-African Center for Peace studies à Dakar.

Il est titulaire, entre autres, d’un Ph D en science politique, d’un DEA en anthropologie, d’une maîtrise en philosophie, d’une licence en sociologie, d’un certificat en planification économique et deux certificats en management et évaluation de projet.

Chargée de Programme
Chargée de Programme

Docteur en histoire de l’Université catholique de Louvain (UCL), Geneviève Duchenne est aussi diplômée de la Katholieke Universiteit Leuven (Belgique). Professeur invitée à l’UCL et à l’Université Saint-Louis de Bruxelles de 2007 à 2015, elle y a enseigné l’histoire des sociétés et des cultures occidentales, l’histoire des idées ainsi que l’histoire de la construction européenne.
Consultante, depuis 2011, pour différentes ONG et organisations internationales, elle est actuellement responsable de l’Observatoire de l’Enfance en Rupture de l’ONG Village Pilote Sénégal (Dakar) et chargée de programme au sein du Timbuktu Institute- African Center for Peace Studies.

Après une licence en langue arabe de l’Université de Médine, Arabie Saoudite, Abdoul Aziz Gaye a obtenu un diplôme supérieur d’enseignant de la langue arabe aux non-arabophones de l’Université de King Saud, Arabie Saoudite. Il a ensuite étudié à Genève, où il a obtenu d’abord une licence en Langue, littérature et civilisation arabes, puis un Master en Langue, littérature et civilisation arabes, enfin le titre de Docteur ès Lettres en Langue, littérature et civilisation arabes, de l’Université de Genève, Suisse, avec une thèse intitulée : Le wahhabisme belliqueux dans le texte : « de l’influence d’Ibn Taymiyya à sa fondation dans le premier État saoudien, sa consolidation dans les États successifs et son adoption contemporaine par le mouvement d’Al-Qaida ».
Cette thèse évoque d’abord l’origine de la doctrine wahhabite belliqueuse en s’intéressant à Aḥmad b. ʻAbd al-Ḥalīm b. Taymiyya (m.1328), qui constitue une référence majeure pour les wahhabites. Puis, elle aborde l’établissement des fondements de cette doctrine au 18ème siècle, durant le premier régime politique saoudien, sa réinvention dans les deux derniers États et le retour du wahhabisme entre les mains du mouvement d’Oussama Ben Laden.

Bien que ce travail s’intéresse principalement à la doctrine guerrière taymiyyenne et wahhabite, il s’arrête également sur les aspects politico-historiques qui ont contribué à l’émergence de ces doctrines. Enfin, cette étude se base particulièrement sur 259 textes taymiyyens et wahhabites, dont 242 textes arabes que l’auteur a traduit en français.

Madame Yague Samb Hanne est responsable du pôle Gestion des conflits et dialogue politique à Timbuktu Institute – African Center for Peace Studies. Apres un Master 2 en Droit des Affaires Droit des PME/PMI à l’Université de Reims Champagne Ardenne, elle a été Assistante de Recherche dans le cadre de l’Observatoire des radicalismes et Conflits religieux en Afrique (ORCRA) où elle a participé à de nombreux projets de recherche en paix et sécurité dans les pays du G5 Sahel avant d’intégrer l’Institut. Mme Hanne fut la chargée des affaires juridiques et des relations institutionnelles de Timbuktu Institute avant que la mise en place et la coordination du Pôle « Gestion des conflits et dialogue politique » lui soient confiées.

En tant que Chargée du projet de recherche «Radicalisation et perception du terrorisme chez les jeunes dans la grande banlieue de Dakar » (Octobre 2016) elle a participé à l’élaboration dudit rapport avant de conduire une étude inédite sur le rôle des femmes dans la prévention de l’extrémisme violent au Mali. Mme Hanne a ensuite mis en place, pour le compte de Timbuktu Institute, le projet de recherche sur «  la violence des jeunes et les enjeux de l’extrémisme violent à Zinder » avec l’appui de l’Organisation internationale pour les Migrations (OIM).

Experte régionale en droits humains et les questions liées au genre, elle est présentement en charge des thématiques liées à la résolution des conflits et les stratégies de lutte contre la montée des crises.

Senior Fellow, Chargé du Pôle Recherche-Action « Religions, Démocratie et Paix » Membre du Board of Trustees de Timbuktu Institute-African Center for Peace Studies
Senior Fellow, Chargé du Pôle Recherche-Action « Religions, Démocratie et Paix »
Membre du Board of Trustees de Timbuktu Institute-African Center for Peace Studies

Professeur de Science Politique, chercheur à l’ISERL et au GREMMO, CNRS-Université Lyon2, Mohamed-Chérif Ferjani a enseigné plus de vingt ans à l’Université Lumière Lyon 2, à l’Institut d’études politiques de Lyon (IEP). Sa brillante carrière de l’a amené ces dernières années à élaborer des questionnements divers atour des Sciences politiques, de l’étude comparée des religions, de histoire des idées politiques et religieuses dans le monde arabe. Sa thèse fondatrice sur « Laïcité et droits de l’homme dans la pensée politique arabe contemporaine » soutenue en 1989 à l’Université Lumière Lyon 2, l’a positionné dès les années 90 comme un des auteurs incontournables sur différents axes et problématiques de recherche en islamologie et en politologie appliquée au monde arabe. En plus de son activité de recherche, Chérif Ferjani a dirigé et coordonné différentes structures de recherche comme Directeur du Département d’Etudes Arabes (1996-1998, 2002-2007), du Groupe d’Etudes et de Recherche sur la Méditerranée et le Moyen Orient (GREMMO, UMR 5195, CNRS-Université Lyon2, de 2002 à 2007). Toujours engagé dans la défense des droits humains et artisan de la paix et du dialogue des civilisations, Mohamed-Chérif Ferjani est reconnu par ses pairs et ses disciples comme « un chercheur, enseignant, militant sur les questions qui touchent la liberté, la dignité et la justice ». Membre fondateur et du comité de pilotage de l’ISERL (Instut Supérieur d’Etude des Religions et de la Laïcité) à l’Université de Lyon, Chérif Ferjani est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Le politique et le religieux dans le champ islamique, (Paris, Fayard 2005 avec une traduction en arabe parue en 2008 aux Éditions Prologues à Casablanca, qui a obtenu le prix du Grand Atlas au Maroc en 2009 ; une traduction en espagnol parue Chez Edicions Bellaterra, Barcelone, 2009, et une traduction en anglais est en cours de réalisation). Sa longue bibliographie compte, également, Les voies de l’islam approche laïque des faits islamiques, (Besançon, Le Cerf-C.R.D.P. du Doubs, 1996), Islamisme, laïcité et droits de l’Homme, (Paris, L’Harmattan 1991, traduction en arabe parue en 2013 en Tunisie chez Amal Edition). Après une autobiographie intitulé Prison et Liberté (Edition Mot Passant, Tunis 2014), retraçant son itinéraire militant dans la Tunisie indépendante de Bourguiba à Ben Ali, Mohamed-Chérif Ferjani a dirigé un ouvrage intitulé « Religion et démocratisation en Méditerranée » (Riveneuve Editions, 2015).

Dans le cadre de l’accompagnement des jeunes générations pour la promotion de la recherche sur le fait religieux, la démocratie et le dialogue des civilisations, Chérif Ferjani rejoint Timbuktu Institute-African Center for Peace Studies (Dakar) comme Senior Fellow en charge du pôle de recherche-Action « Religion, Démocratie et Paix »

Chercheur associée Spécialiste CVE/PVE Prévention de l'extrémisme violent
Chercheur associée
Spécialiste CVE/PVE Prévention de l’extrémisme violent

Fatima Lahnait est actuellement consultante et Senior Associate Fellow à l’Institute for Statecraft and Governance à Londres.
Historienne de formation, elle a, parallèlement à sa carrière de 10 ans dans l’enseignement en région parisienne, mené des recherches entre autres sur l’intégration des jeunes d’origine maghrébine en Europe, sur les femmes kamikazes et le jihad et organisé des conférences pour le Science For Peace Programme de l’OTAN sur ces thématiques.
En 2014, elle a rejoint, en tant que coordinatrice puis responsable des programmes, l’équipe d’Active Change Foundation (ACF), une organisation britannique spécialisée dans la prévention et la lutte contre la radicalisation et l’extrémisme auprès des jeunes.
En tant que consultante, elle dispense des formations et dirige des travaux d’étude sur la radicalisation et l’extrémisme en particulier en Europe et en Afrique de l’Ouest.

bakary
Chargé du pôle « Intelligence Stratégique et Alerte Précoce » à Timbuktu Institute – African Center for Peace Studies

Mouhamadou BÂ est chargé du pôle « Intelligence Stratégique et Alerte Précoce » à Timbuktu Institute – African Center for Peace Studies. Il est titulaire d’un Master 2 en Relations et Echanges Internationaux, spécialité Etudes Stratégiques de l’Université Sorbonne Paris Cité, d’un Titre de Consultant en Intelligence Économique de l’École Européenne d’Intelligence Économique et d’une Maîtrise en Droit International Général de l’Université Panthéon-Sorbonne.

Consultant en Affaires Internationales et en Intelligence Stratégique, il travaille sur les questions liées à la prévention des conflits en Afrique, aux nouvelles menaces sécuritaires et à la géostratégie.

bakary
Lead Cellule d’Analyse

Après une licence de langue et civilisation arabes obtenue à l’Université de Strasbourg, Seydi Diamil Niane a suivi un cursus de master d’études orientales dans le même département ainsi qu’un master d’islamologie, droit et gestion à la faculté de droit de la même université. Actuellement, Seydi Diamil Niane prépare une thèse de doctorat sur Le conflit idéologique entre le wahhabisme et la Tijâniyya au sud du Sahara, le Sénégal étant son cas d’explication.
Militant associatif et universitaire engagé, Seydi Diamil Niane est auteur de nombreux articles. Après son livre sur La voie d’intercession du Prophète dans la poésie d’Elhadji Malick Sy paru chez l’Harmattan (2016), Seydi Diamil publie Moi, musulman, je refuse qu’on tue au nom de ma religion. Ce dernier est un manifeste pour l’amour et l’humanisme.

Ndèye-Katy Dieng a obtenu sa licence de Lettres Modernes option Communication à l’université de Nantes puis a poursuivi ses études à la Sorbonne où elle a validé un Master en Lettres et un Master en Histoire avant d’intégrer l’université de Versailles St Quentin en Yvelines où elle a obtenu un Master en Sciences politiques « Gestion des conflits dans l’espace public et un autre Master en Administration Culturelle publique et privée).  Elle est donc Titulaire de quatre Masters. Durant sa formation, elle a suivi des cours de Communication en option, notamment à l’université Williams College (Massachussets, Etats-Unis) où elle a enseigné le français pendant un an, en qualité de Teaching-Associate.
Elle a une expérience des organisations internationales: OIF (Direction de la paix, de la démocratie et des droits de l’Homme, UNESCO (Délégation du Sénégal).
Elle mène plusieurs actions à l’égard du jeune public. Ainsi, elle a publié un livre pour enfants « Touyaya ira-t-elle à l’école? » afin de promouvoir la scolarisation des filles en Afrique. De même, militante associative engagée, Ndèye-Katy Dieng a été longtemps membre de Amnesty International et a dirigé l’Association des Etudiants Africains de la Sorbonne pendant quatre ans, après en avoir été la Secrétaire-Générale pendant deux ans. Elle a ainsi initié un Concours de poésie dans les collèges et lycées franciliens et le Prix littéraire « Césaire Célébré en Sorbonne ». Elle accompagne également l’association Afrique et Nouvelles Interdépendances depuis près de dix ans en animant des ateliers d’éducation à la citoyenneté dans différentes Mairies en France, en participant à des ateliers de formation afin de promouvoir la diversité culturelle, le vivre-ensemble en zone Europe ou encore en luttant contre les discriminations. Elle anime aussi des ateliers de formation sur la culture de la paix à l’égard des jeunes en région parisienne.
Actuellement, Ndèye Katy Dieng enseigne le français dans le second degré, à Paris et prépare une thèse de Doctorat sur les méthodes de gestion du Patrimoine mondial africain en péril sous la direction de Maria Gravari-Barbas (laboratoire EIREST, Paris 1 Panthéon-Sorbonne).
Ousseynou Niang est Adjunct Fellow/Stagiaire à Timbuktu Institute- African Center for Peace Studies à Dakar. Après des études d’anglais à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, M. Niang a travaillé sur plusieurs dossiers portant sur les thématiques des religions et de leur rapport aux questions sociales sous la direction de Dr. Bakary Sambe. Depuis 2013, il est assistant de recherche à l’Observatoire des Radicalismes et conflits religieux en Afrique tout en poursuivant ses études dans le cadre du Master Sciences sociales des religions. Ousseynou Niang a participé à l’élaboration de nombreux documents de travail et de rapports de référence dans ce domaine notamment sur la paix et la sécurité en Afrique et leur lien avec les problèmes liés à la dualité des systèmes éducatifs dans la sous-région.