Soutien aux Rohingyas de Birmanie : Bakary Sambe magnifie la position du président Macky Sall

Le discours tenu par le président de la République, Macky Sall, lors de la dernière Assemblée générale de l’Onu repositionne le Sénégal dans le processus de prise en charge des questions de paix, de justice sociale dans un contexte de persécution comme celle des Rohingyas.

Le directeur de Timbuktu Institute, Bakary Sambe magnifie les propos du président Macky Sall tenus à la 72ème Assemblée générale des Nations Unies à New York. Pour le spécialiste du monde musulman, ce discours consolide le rayonnement du Sénégal en Afrique et dans la Oumma. C’était au cours d’une conférence de presse portant sur la stratégie africaine des nouveaux acteurs de la coopération. Face aux journalistes, M. Sambe a relevé le sens de ces mots du président Sall qui, selon lui, tranche avec ceux de la fuite des responsabilités ou du rejet de la faute sur autrui. « C’est un discours historique de par sa portée symbolique et courageux par son ton débarrassé de tout complexe ou de langue de bois sur les injustices et amalgames qui alimentent l’incompréhension et font le lit de toutes les frustrations », a expliqué Bakary Sambe, par ailleurs coordonnateur de l’Observatoire des radicalismes et conflits religieux en Afrique à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis.

Le directeur de Timbuktu Institute a fait savoir que le monde musulman, souvent vu comme la source du mal, est aussi doublement victime de ce terrorisme qui tue. D’où le sens du message du président  Macky Sall. « C’est heureux qu’un président africain et musulman affirme clairement sa position sans équivoque sur l’injustice qui est faite à la communauté musulmane », a-t-il souligné. Non sans préciser que la religion est assimilée par certains médias à la violence. C’est pourquoi il qualifie le discours du chef de l’Etat sénégalais d’un acte de courage et de responsabilités assumés qui appelle à une coopération plus étroite face à une vulnérabilité partagée.

Aussi a-t-il salué la position de Macky Sall qui, lors du Forum sur la paix et la sécurité en Afrique, avait appelé à des réponses doctrinales face à l’extrémisme violent. A l’en croire, cette prise de parole à la 72ème Assemblé générale de l’Onu repositionne ainsi le Sénégal dans les grands débats qui traversent la Oumma islamique et auxquels notre pays peut beaucoup apporter en termes d’alternatives à un moment où, fort de son modèle islamique apaisé, fait d’équilibre et de respect, arrive à demeurer un ilot de stabilité dans un océan d’instabilité. Il est certain, indique-t-il, que ce discours restera mémorable car il est revenu sur la nécessité de reconsidérer les solutions strictement sécuritaires qui n’ont pas encore réussi à vaincre le terrorisme.

Le fait d’appeler à des mesures préventives en replaçant l’éducation au cœur des priorités aura un certain retentissement, notamment dans le sillage des propositions françaises réitérées par le président français Emmanuel Macron lors de cette session, mais aussi les recommandations formulées par les Nations Unies. « Cela fait des années que des appels fusent de partout dans ce sens et voilà que le speech du président Sall repositionne la question éducative et du développement au cœur des stratégies de lutte contre le terrorisme. Il a bien démontré que nos jeunes qui répondent aux sirènes des marchands d’illusions ne sont pas seulement en quête de sens mais aussi de chance », a-t-il fait remarquer.

Pour Bakary Sambe, à travers le discours du président Macky Sall, c’est une diplomatie sénégalaise retrouvée qui s’est exprimée devant la communauté internationale, rayonnant par ses positions de principe de défense du droit international des minorités opprimées comme les Rohingyas mais aussi une volonté forte d’impulser une nouvelle dynamique en faveur d’une paix juste et durable au Proche-Orient.

Tata SANE

source: www.lesoleil.sn


Was This Post Helpful:

0 votes, 0 avg. rating