Timbuktu Institute -Yaoundé : « Justice des mineurs et lutte contre le terrorisme »

La ville aux sept collines a abrité les 10, 11 et 12 octobre 2017, l’atelier régional pour la mise en  œuvre du Mémorandum de Neuchâtel sur les bonnes pratiques de justice pour mineurs dans le contexte de la lutte contre le terrorisme.

Cette importante initiative, prise par l’Institut International pour la justice et l’état de droit de Malte (IIJ) suite à une réunion du Forum mondial de la lutte contre le terrorisme en date du 27 septembre 2015, en collaboration avec la Confédération Suisse et hébergée par l’ENAM du Cameroun, intervient dans un contexte où le terrorisme gagne du terrain, et n’épargne plus les couches vulnérables parmi lesquels les mineurs figurent au premier rang. En effet, constat est fait selon lequel les mineurs peuvent se présenter non seulement en tant que victimes, témoins mais aussi comme des acteurs à part entière de l’extrémisme violent.

Le Cameroun, le Djibouti, le Mali, le Niger et le Sénégal, étaient invités à prendre part aux débats sur l’équation que constitue l’implication des mineurs dans des affaires de terrorisme et le traitement particulier qu’il y a lieu d’y apporter compte tenu de l’intérêt supérieur de l’enfant, sa réhabilitation et sa réinsertion dans la société.

Timbuktu Institute, en tant qu’Institution active dans la recherche sur le phénomène et les moyens de le prévenir, représenté par Mme Yague S. Hanne, a eu l’honneur d’être impliqué aux discussions pour la mise en œuvre dudit Mémorandum en présence des acteurs de la chaine judiciaire des pays invités travaillant sur la question.

Selon cette dernière, « nombreux sont les Etats ayant globalement légiféré en matière de terrorisme, compte tenu de la présence de la menace au niveau de leurs sols, mais rares sont ceux qui ont prévu des législations spécifiques traitant de la problématique des mineurs en lien avec l’extrémisme violent ». La question de la radicalisation des mineurs est un fléau inquiétant et non négligeable méritant une prise en charge à la hauteur. Le Sénégal, pays jusqu’ici épargné, gagnerait à poursuivre le travail de prévention qu’il est en train d’abattre sur son territoire en la matière surtout au niveau de la frange jeune de sa population.


Was This Post Helpful:

2 votes, 2.5 avg. rating