A la une

A la une (58)

For Bakary Sambe, Regional Director of the Timbuktu institute, this demand for departure "without delay" is in line with the communication of the transitional authorities since they came to power: "The transitional authorities have been following the same logic since they came to power. It's an important part of their communication to always show that there are actors and organizations that are against Mali's interests. After France, during operation Barkhane, it was ECOWAS's turn. I think the main thrust of this communication is to find "enemies of Mali" every time.

According to this observer of the Malian political scene for over twenty years, "This populist discourse works very well with the population in the midst of an economic and security crisis. So, after France, ECOWAS and then the Ivorian soldiers, it's Minusma's turn. It's a binary schema that always sets Mali against the others.

The political context may even have a lot to do with this stance, which comes as no surprise to some observers: "What's more, we're currently in a crucial period where the Constitution is being debated, as well as future elections and the referendum on Sunday June 18. So the authorities needed to address the issue in an incisive way. The aim is to flatter Malian pride and brandish sovereignty," recalls Bakary Sambe.

A political communication strategy on the part of Bamako ?

For him, "the authorities are at a very advanced stage of the transition process, so it was necessary to tackle the real issues, such as the long-promised institutional reforms. That's why it's so opportune for them to wave the red rag of the departure of the Minusma, a mission that has become an easy target. Moreover, the use of the word "departure without delay" was well chosen, to send a message to the population whose pride they want to whip, even if it seems almost impossible to see such troops leave the country so quickly".

Despite the facade of unanimity, under the influence of social networks, the regional director of the Timbuktu Institute even explains that there are two opposing visions in Mali on the question of security cooperation, "there has always been a clear difference in discourse between, on the one hand, Bamako, its young urbanites, present on social networks, and on the other, the people who experience insecurity on a daily basis, such as in Ménaka, Gao or Timbuktu. The perception of cooperation is totally different, but in the end, the most audible discourse is that of the people who are least concerned by insecurity, but who flood the social networks".

Sambe believes that there is a "deliberate confusion" aimed at "masking the failure on the security front". For him, "the recent events in Moura were an illustration of the failure in terms of security", he continues: "It's often forgotten, but the two priority missions of the Minusma are to support the implementation of the peace agreement and the transition, and then to support the restoration and stabilization of the center of the country. So it wasn't a mandate to fight terrorism in the traditional way, but rather to consolidate peace. To make the link with failure on the security front is therefore a fine subterfuge intended for local and popular consumption".

Why the fixation on MINUSMA ?

"In reality, MINUSMA is a symbol in the discourse. It's a symbol of a foreign body, an external actor, which doesn't give the transitional authorities a free hand to guarantee security. This is the logic presented to the population. We saw the same thing with Barkhane, despite all its faults", explains Dr. Bakary Sambe.

But the researcher makes no secret of his skepticism about the sustainability of peacekeeping missions if they persist in their current form: "The longer we go on, the more peacebuilding missions lose their credibility. They therefore become the ideal target for criticism in terms of inefficiency. The format of these missions clearly needs to be reviewed. Over time, they have shown their limitations everywhere".

For Bakary Sambe, however, there remains the risk of a deterioration in security conditions in Mali and even in the region: "Today, when Mali is struggling to secure even the outskirts of Bamako - as demonstrated by the attack on Kati, the strategic heart of the regime - and even if the Minusma had a minor role to play in this respect, this required departure would constitute a real threat for the region. I'm not sure that those demanding such a departure are capable of securing the vast expanses of Mali bordering other countries under security pressure" 

After MINUSMA, what about Wagner ?

"I don't think Wagner will be able to play this stabilizing role," warns the researcher. "We've seen their blunders and exactions against civilian populations. The problem in Mali, especially in the center, is a communal one. Neither the FAMa nor Wagner will be able to solve it if they persist in their current strategy, which plays into the hands of terrorist groups posing as protectors of ostracized communities. The famous rise in power of the FAMAs, with the support of Wagner, has been against the communities and has had little effect on the ability of terrorist groups to cause harm".

And Sambe insists on the need for a change of strategy on the part of Bamako and its partners. According to him, "the Malian state needs to engage in dialogue with all the children of Mali, as it has a legitimate right to do, to stop stigmatizing certain communities and to initiate reconciliation. But we seem to be so far off the mark," he concludes.

Timbuktu Institute

 

NB: (Some extracts are from the interview with TV5 Monde)

In this interview, in which he answers questions from Célian Macé, a journalist with Libération, Dr Bakary Sambe, a specialist in religious issues in the Sahel, analyses the violent crisis that Senegal has been going through since the conviction of opposition politician Ousmane Sonko, and the traditional mediations being used to resolve it. Director of the Timbuktu Institute, Dr Bakary Sambe is a professor at the Centre for the Study of Religions at Gaston Berger University in Saint-Louis. He looks at the characteristics of this crisis, marked by a "new militant phenomenon", and the central role of traditional religious mediation in political conflicts in Senegal.

Are we witnessing a new cycle in the history of Senegalese political crises? Or is this a new confrontation?

The history of Senegal since independence has been marked by political crises, some of them very severe: the Dia-Senghor opposition of 1962, the student revolt of 1968, the post-electoral crisis of 1988, the bloody demonstration of 16 February 1994, the great protest of 2011... Most of these events were linked to an electoral deadline. The current crisis in Senegal is obviously linked to next year's presidential election. But it is characterised by an interweaving of the political and the judicial. This was the case with Khalifa Sall and Karim Wade [two opponents ruled out of the presidential race after being convicted, editor's note], but this time it's a matter of morality. In a highly religious society like Senegal, this is important and has made the situation explosive.

Can the national dialogue initiated by the government calm the situation?

At this stage, Pastef, Ousmane Sonko's party, is not taking part. There is a gap between the traditional political class, such as the opposition leaders who have accepted the dialogue, and Sonko's movement, which is outside the traditional Senegalese political socialisation framework. It mobilises young, urban people who are immersed in a sovereignist regional discourse, connected to the diaspora, fond of social networks, for whom hashtags have replaced placards. This is a new militant phenomenon, far removed from the practices and cultural substratum of parties, unions, associations or even social movements. They don't have the same codes. The demonstrations are more violent, sometimes turning to looting. No one was identifiable: for the first time, there was no recognisable figure in the street. The opposition saw this as a genuine popular uprising, while the authorities saw it as a dangerous riotous phenomenon.

Have religious leaders, who usually act as mediators in times of crisis, become obsolete?

I don't think so. But in this crisis, because of its nature, mediation is extremely prudent and discreet. In Senegal's history, the heads of the brotherhoods have always been the last bastions of peace and stability. Whether we like it or not, the most powerful civil society here are the religious! Back in 2021, when Sonko's arrest sparked off violent demonstrations in Dakar [killing at least 10 people], the Cadre unitaire de l'islam au Sénégal, which brings together representatives of all the currents of Islam in the country, calmed the situation by appealing for calm. They are now going back and forth, and have published a text calling for "renewed dialogue between all those involved". They are also testing the receptiveness of these new militants, who are no doubt less sensitive to the traditional networks of influence of confederate Islam.

What is the significance of President Macky Sall's visit to the Caliph General of the Mourides, Serigne Mountakha Mbacké, on Monday evening?

It's not unusual for the President of the Republic to meet the Caliph General at night. Opponents say he went to seek support because he is in trouble. On the contrary, supporters of the Head of State and analysts see it as a gesture of respect and wisdom at a critical time for the country. If the national dialogue were endorsed by the religious leaders, it would be a very favourable decision for the government. Macky Sall is a master of symbols and codes. He knows that in Senegalese culture, the person who is open to dialogue is always better regarded. Extremist positions have never flourished in our country. Macky Sall has also announced that he will speak on 25 June, at the end of the national dialogue. This is an interesting signal: it shows that he is following his own agenda, which is not dictated by the opposition or the street, and at the same time this deadline leaves the door open to Pastef: it is not too late to join the discussion. Macky Sall appears to be holding out his hand.

Source : Liberation.fr

Source : Météo Sahel Timbuktu Institute

Au Burkina Faso, le capitaine putschiste Ibrahim Traoré prend les rênes du pays avec des défis sécuritaires et économiques à relever, sur fond de reconquête du territoire national, de la lutte contre le terrorisme, de mal gouvernance et de corruption. Ses premiers jours au pouvoir sont marqués par la rupture de l’accord de coopération autorisant depuis 2018 les membres des forces spéciales françaises à opérer au Burkina Faso dans un contexte tendu entre ces deux pays, alors que la Russie tente d’avancer ses pions. Les autorités de la transition appellent à un sursaut patriotique et comptent sur ses différents alliés pour pallier ce manquement afin de combattre le djihadisme et faire face aux divers problèmes de développement du pays. Depuis la reprise du pouvoir par la junte, les propos incendiaires s’accentuent contre la CEDEAO. Suite aux sanctions imposées au Burkina Faso, les discours "anti-français" surgissent et des manifestations pour réclamer une coopération sécuritaire avec la Russie se multiplient.

Selon certaines analyses encore relativement peu documentées, le profond désaccord avec la France rendrait possible l’arrivée prochaine des mercenaires du groupe Wagner et le renforcement d’un axe Ouagadougou-Moscou. Mais chez les officiels, notamment au sein de la CEDEAO, le président ghanéen, Nana Akufo-Addo, a publiquement confirmé que le Burkina Faso a conclu un accord avec le groupe paramilitaire Wagner, dirigé par l'homme d'affaires russe Evgueni Prigojine. La junte en place, rejette cette accusation arguant de son droit à la diversification des partenariats qui indisposent certaines puissances occidentales. La Russie, quant à elle, dément aussi les rumeurs sur la présence de Wagner au Burkina Faso. Néanmoins, le vice-ministre des affaires étrangères russe, Mikhaïl Bogdanov, a fait part de la volonté de Moscou de « participer activement aux efforts collectifs pour la stabilisation » du pays, en proie à des violences djihadistes. Le groupe Wagner est une organisation paramilitaire qui œuvre dans le but d’assurer la défense des intérêts extérieurs de la Russie. Présent un peu partout dans le monde, ce groupe étend ses tentacules en Afrique depuis quelques années, où il est sollicité pour faire face au terrorisme qui y sévit. Ce qui n’est pas du goût de certaines puissances occidentales, qui voient leurs intérêts menacés.

C'est dans ce sillage que le groupe paramilitaire a été désigné récemment comme une organisation terroriste internationale par les États-Unis d’Amérique et a subi des sanctions de l’Union européenne. Cette riposte des Occidentaux est aussi un moyen pour déjouer les enjeux géostratégiques de la Russie qui mène une opération de charme en Afrique pour imposer sa puissance militaire et économique. Lors de la dernière rencontre des envoyés spéciaux de l’Union Européenne au Sahel, il semblerait que le débat fut houleux dans les coulisses sur l’attitude de l’Europe vis-à-vis des autorités de la transition. Le syndrome malien et la hantise d’une perte d’influence de l’Europe face à ses « concurrents » ont semblé lourdement peser sur les débats au point où l’Union européenne ne semble plus fermer plus la porte d’un dialogue et d’une interaction continue avec le nouveau pouvoir. Et ce, malgré les réticences de Paris apparemment isolée dans cette position radicale du rejet des autorités issues d’un second putsch inaugurant une nouvelle ère d’instabilité au Burkina Faso, et peut-être au Sahel.

Source : Météo Sahel Timbuktu Institute

L’accord de paix, qualifié d’historique, signé le 8 août 2022 entre le gouvernement de la transition dirigée par le président Mahamat Idriss Déby et des groupes politico-militaires, à l’issue du dialogue de Doha au Qatar, est une étape très importante pour la réconciliation au Tchad. L’accord prévoit entre autres un cessez-le-feu général, le désarmement, la démobilisation et la réintégration des rebelles, une loi d’amnistie et la libération de prisonniers. Mais ce dialogue qui devrait être inclusif, ne l’est pas réellement, malgré la participation d’une partie de l’opposition, de la société civile, des professionnels, des chefs traditionnels et des religieux. On note l’absence de plusieurs acteurs politiques majeurs et certains groupes rebelles. Parmi une cinquantaine de groupes représentés au Qatar, il y en a qui n’ont pas signé l’accord. Le Conseil de commandement militaire pour le salut de la République (CCMSR) dit ne pas vouloir faire partie d’un dialogue dont il ignore les objectifs. Le FACT (Front pour l’alternance et la concorde Tchad), l’un des plus importants groupes rebelles et qui est à l’origine de l’attaque qui a conduit à la mort du maréchal Idriss Déby Itno, n’est pas associé.

Après son accession au pouvoir, Mahamat Deby Itno avait défini une période de 18 mois pour le retour à un régime civil. Mais ce n’est qu’à deux mois de ce délai que le dialogue national s’est tenu, fin août. C’est au sortir de cette rencontre que la décision d’une prolongation de 24 mois supplémentaire a été prise, créant encore plus d’incertitude sur l’organisation des élections libres et équitables d’un gouvernement civil et la crainte du maintien au pouvoir de Mahamat Deby Itno. Le 20 octobre 2022, la population est descendue dans la rue pour contester la prolongation de deux ans au pouvoir du général Mahamat Deby Itno, mais il s’en est suivi la mort d’une cinquantaine de manifestants tirés à balles réelles par les forces de l’ordre.

L’opposition tchadienne dénonce fermement le silence de la communauté internationale qui s’est gardé de condamner les violences du régime militaire de transition, en raison du fait que cette communauté internationale considère le Tchad comme un partenaire clé dans la lutte anti-terroriste. Les organisations régionales africaines semblent plongées dans une certaine impasse face à ce qui se dessine pour l’avenir du Tchad. La situation de ce pays semble cristalliser beaucoup de critiques vis-à-vis des puissances occidentales, notamment, la France qui n’a pas pu afficher la même sévérité et la même distance que ce fut le cas lors des putschs au Mali, et en Guinée dans une moindre mesure.

Source : Météo Sahel Timbuktu Institute

Dans un communiqué du ministère de l’intérieur, par ailleurs, en charge des élections, les autorités annoncent la date de la prochaine élection présidentielle fixée au dimanche 25 février 2024. À un an des élections, qui seront les candidats ? C’est la grande question qu’on se pose au Sénégal. Cette question, liée à plusieurs facteurs, pourrait causer le sentiment que l’on s’acheminerait vers des périodes d’instabilité, du moins, de troubles dans le pays. Pour les acteurs de l’opposition et une grande frange de la société civile, évoquant la candidature éventuelle pour un troisième mandat du président Macky Sall, rappelant une disposition constitutionnelle qui dispose que « Nul ne peut exercer plus de deux mandants consécutifs ».

Le camp du Président semble interpréter cette disposition en sa faveur, en évoquant un deuxième quinquennat, selon la nouvelle mouture constitutionnelle, à la place du troisième mandat. « Ni oui, ni non » telle est la réponse de Macky Sall suite à la question sur le troisième mandat. Le Président a ainsi maintenu depuis quelques mois une forme de flou juridico-politique total sur sa candidature, alors que, paradoxalement, il faisait partie de la tête de cortège des manifestants qui s’opposaient au troisième mandat de son prédécesseur Abdoulaye Wade en 2012. L’intention prêtée au président sortant, en fin de second mandat, de briguer un troisième mandat semble être l’option privilégiée. En effet, les opposants Karim Wade et Khalifa Ababacar Sall qui manquaient les dernières élections présidentielles après leurs condamnations, risquent encore de ne pas se présenter. Le gouvernement semble vouloir privilégier la voie de l’adoption d’une loi d’amnistie à leur profit, pour des raisons politiques. Mais ces derniers disent refuser une telle formule car ils souhaitent prouver leur innocence. 

Après avoir affaibli ces derniers, d’après beaucoup d’analystes, Macky Sall devra faire face à Ousmane Sonko, positionné, aujourd’hui, comme le chef de file de l’opposition malgré la contestation de ce statut par Idrissa Seck ; désormais ex-patron, démissionnaire, de la présidence du Conseil Économique et Social. Sonko connait des ennuis judiciaires concernant à la fois une affaire de viol et une autre de diffamation qui pourraient le rendre inéligible, au cas où, dans cette dernière affaire, sa condamnation se corserait suite à l’appel de la partie civile. Beaucoup d’observateurs voient dans ces plaintes, une manœuvre purement politique visant à l’écarter de la course à la présidentielle.

De l’avis de certaines langues, notamment proches du pouvoir, la figure de proue de l’opposition devrait aussi se comporter en justiciable et répondre à l’institution judiciaire comme tout autre citoyen. Le Sénégal est un État stable entouré par certains pays minés par la violence, l’extrémisme, le terrorisme et les coups d’État. Mais son histoire est souvent marquée par des périodes de troubles et de tensions à l’approche des élections. L’inquiétude sur la sécurité du pays monte d’un cran eu égard par exemple les appels incessants à manifester de l’opposition contre une éventuelle troisième candidature du président, les violences verbales ravivées par les réseaux sociaux visant des personnalités comme les acteurs de la société civile, les religieux qui jouent un rôle important pour la stabilité et la paix du Sénégal. De son côté, le chef de l’État promet de mettre le maintien de la paix et de la sécurité du pays au centre de ses préoccupations. L’actualité politique des prochaines semaines sera, sans doute, marquée par l’ouverture d’un processus de dialogue politique auquel le président Sall a appelé le jour de la célébration de la fin du ramadan (Korité) tout en affirmant lui-même que ce dialogue ne devrait pas prendre beaucoup de temps. Signe qu’après les prédictions alarmistes de ces derniers mois, l’espace politique sénégalais pourrait, contre toute attente évoluer vers une décrispation. La grande inconnue demeure la réaction de la rue, et surtout de la jeunesse si Ousmane Sonko venait à être condamné à une peine qui le rendrait inéligible pour ses deux procès rapprochés du 8 et du 16 mai. Il n'est même pas incongru d'affirmer qu'une bonne partie de l’avenir politique, d’ici la présidentielle de février 2024, se jouera dans cette intervalle lourde de risques et d’incertitudes.

Source : Météo Sahel Timbuktu Institute

Le 3 mars dernier, cela faisait deux ans jour pour jour que Reckya Madougou, une des principales figures de l’opposition, a été arrêtée à Porto Novo, à la veille de l’élection présidentielle. À cette occasion, ses partisans ont manifesté devant la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) pour demander la libération immédiate de leur leader.

Pour rappel, l'ancienne garde des sceaux purge une peine de 20 ans après avoir été accusé de tentative de déstabilisation du pays en fournissant des fonds à des personnes qui complotaient pour assassiner des hommes politiques de premier plan. Côté diplomatique, le président Patrice Talon multiplie des rencontres avec des chefs d’État pour renforcer leurs coopérations dans différents domaines, particulièrement la défense et la sécurité, dans un contexte d’insécurité liée à la menace djihadiste qui guette les pays du golfe de Guinée. Ainsi, lors d’une visite de travail en France, le 7 mars, Patrice Talon a abordé avec Emmanuel Macron différents sujets dont la lutte contre le terrorisme dans un but de renforcement de capacités du Bénin en termes d’équipements et de formation. Six jours après s’être rendu en France, Patrice Talon a reçu son homologue du Niger, Mohamed Bazoum pour aborder, notamment, la coopération entre leurs deux armées, dans le but de parer la montée de l’extrémisme violent et de lutter contre le terrorisme.

Les récentes tentatives d’une implication sécuritaire du Rwanda dans le contexte de refonte des services et de la montée du péril terroriste au nord du pays, annoncent une tendance qui confirme les déclarations du président Talon résolument engagé dans la diversification de ses partenariats.

Source : Météo Sahel Timbuktu Institute

Le 17 mars dernier, l’armée nigérienne a engagé une opération de ratissage près du Mali avec des moyens aériens et terrestres, affirmant avoir tué 79 terroristes. Cet événement est une réplique à une embuscade meurtrière tendue un mois plus tôt par les djihadistes et qui a coûté la vie à 17 soldats nigériens. Ces scènes, qui deviennent récurrentes, mettent manifestement en péril la paix et la sécurité du Niger. Pour combattre les actions terroristes, le Niger coopère avec des partenaires régionaux et internationaux. Considéré comme l’un des plus importants partenaires de la France dans le Sahel, le Niger accueille l’armée française après la fin de leur mission dans un contexte de tensions avec les autorités de la transition du Mali, renforçant ainsi leur coopération. Même si ce redéploiement de la force Barkhane est approuvé en majorité par les députés nigériens, le sujet continue de diviser l’opinion nationale. Ce débat est relancé par le mouvement M62, qui exige le départ des troupes françaises au Niger en annonçant une marche de protestation dans quelques rues de Niamey, ponctuée par des slogans hostiles.

Les États-Unis sont aussi un partenaire de taille pour le Niger dont la présence est contestée même si à moindre échelle, Les Américains disposent à Agadez, dans le nord du pays, d’une base militaire équipée, entre autres, d’une flotte de drones où quelques 800 militaires sont déployés pour des rotations de six mois. Ils forment et équipent les forces spéciales nigériennes depuis des années. Les États-Unis participent également au programme de désarment et de démobilisation d’anciens combattants ayant appartenu à des groupes extrémistes. Le 16 mars dernier, Antony Blinken s’est rendu au Niger, étant le premier secrétaire d’État américain a effectué une visite officielle dans ce pays du Sahel. Mais la grande attention est portée par l’opinion publique sur le fait que le Niger apparaît de plus en plus comme le terrain de redéploiement français après le départ de Barkhane du Mali. Cependant, au sein des experts, la nouvelle forme de coopération militaire française « plus discrète » mettant en avant les forces nigériennes et agissantes en appoint semble apaiser certaines craintes sur des mobilisations populaires contre la présence de l’armée française au Mali.

 
La situation socio-politique et sécuritaire du Mali continue de se dégrader. La prise du pouvoir par la junte n’a pas concrètement changé le climat délétère qui y prévaut. Suite au retrait exigé des troupes françaises du sol malien, le régime militaire en place réaffirme sa volonté  et son engagement à renforcer sa coopération avec la Russie. Abdoulaye Diop, chef de la diplomatie malienne, parle d’une « nouvelle dynamique » afin « d’élargir et de diversifier les partenariats stratégiques du Mali ». Cette coopération grandissante entre Moscou et Bamako est largement favorisée par la dégradation de la situation sécuritaire au Mali, caractérisée par l’expansion des attaques terroristes dans le cadre d’une profonde crise multidimensionnelle, à la fois institutionnelle et politique, sociale et humanitaire. Dans ce cadre, ces deux pays ont conclu un accord de coopération sur la sécurité, le renseignement, la gestion des risques et catastrophes, la lutte contre les stupéfiants et la formation du personnel.

En dehors des accords bilatéraux signés entre la Russie et le Mali, ce dernier qui s’en défend, ferait recours aussi au groupe Wagner, l’organisation paramilitaire. Ceux qui en accusent Bamako arguent aussi que ce groupe privé russe œuvre dans le but d’assurer la défense des intérêts extérieurs de la Russie. La présence des mercenaires du groupe Wagner est souvent pointée du doigt par de nombreux observateurs alors que la situation sécuritaire ne semble guère s’améliorer. Selon les données de l’organisation de cartographie des crises ACLED, les pertes civiles dues à la violence ont plus que doublé l’année dernière. Les forces du groupe Wagner se sont aussi régulièrement livrées à des attaques opportunistes contre les populations civiles, notamment des violences sexuelles et des vols, ainsi que le pillage de maisons, de magasins, de mines et de marchés. L’ONU, quant à elle, accuse les mercenaires russes de « terroriser » la population malienne. Le groupe Wagner rétorque en parlant de « fake news ». Mais tout porte à croire que Wagner est très loin de faire mieux que les autres forces qui sont intervenues face à la menace djihadiste qui sévit depuis une décennie.

Par ailleurs, les autorités de la transition ont annoncé le report du référendum constitutionnel prévu le 19 mars. Les raisons évoquées par le gouvernement de transition sont le manque de temps nécessaire pour favoriser la campagne de vulgarisation du projet de Constitution et pour l'installation des représentations de l'organe de gestion des élections dans toutes les régions du pays. Ce référendum est censé entériner le retour d’un président civil au pouvoir pour les élections prévues en février 2024. Il doit permettre à la population du Mali de se prononcer sur un projet de révision de la Constitution visant à davantage de décentralisation, dans le cadre des accords de paix au Mali. Selon plusieurs représentants de la société civile, le report de ce scrutin pourrait être lourd de conséquences pour le processus de retour à l’ordre constitutionnel laissant planer le doute d’une volonté des autorités de se maintenir au pouvoir.

Même si les dirigeants se targuent de respecter toujours les accords conclus avec la CEDEAO pour la tenue des élections en février 2024, avec ce report, ils manquent à la première échéance du calendrier de consultations et de réformes qu'ils ont eux-mêmes communiqué. Toutefois, le débat persiste au Mali sur l’ordre des priorités entre le retour à l’ordre constitutionnel, la nécessité de prendre le temps nécessaire pour aboutir à des réformes durables et la gestion des urgences sécuritaires.

Source : Météo Sahel Timbuktu Institute

Plusieurs éléments marquent l’actualité internationale au Togo en ce début d’année. C’est d’abord une instruction contre le milliardaire français Vincent Bolloré, menée par la justice française pour, dit la justice, acquisition frauduleuse de la gestion du port de Lomé. Cette offensive de la justice française traduit une reconfiguration des enjeux commerciaux dans cette partie du golfe de Guinée. Sur un plan différent, mais qui concerne aussi la présence de puissances occidentales dans la région, on note la visite, au Ghana voisin, de la vice-présidente américaine Kamala Harris – dans le cadre d’une tournée continentale plus vaste, incluant la Tanzanie et la Zambie.

À cette occasion, Harris a promis une enveloppe budgétaire de 100 millions de dollars pour le Ghana, le Bénin, la Côte d'Ivoire et le Togo dans leur lutte contre le terrorisme. Cette aide financière est à mettre en lien avec la coopération militaire et notamment l’exercice militaire annuel américain ‘Flintlock’ qui s’est achevé à la mi-mars à Abidjan et qui a regroupé une quinzaine de pays dont le Togo.

Au niveau régional, la recrudescence d’attaques terroristes à la frontière nord du Togo côté burkinabé mais aussi côté ghanéen, fait craindre une extension du terrorisme islamiste venu du Sahel. Sur le plan national, alors que les élections législatives doivent se tenir avant la fin de l’année, et la présidentielle en 2025, plusieurs meetings ont commencé à avoir lieu. Cela notamment a pu être l’occasion pour Jean-Pierre Fabre et l’Alliance nationale pour le changement (ANC) d’évoquer la gestion des fonds Covid-19. Alors que près de 165 millions d’euros ont été octroyés par les partenaires extérieurs, des irrégularités ont été constatées.

Enfin, la situation de la liberté de la presse demeure un sujet de préoccupation, deux journalistes ayant été lourdement condamnés, notamment pour outrage à l’autorité. A l’instar de nombreux pays de la région, le Togo s’inscrit aussi dans le processus de diversification de ses partenariats avec les grandes puissances notamment par une certaine activité diplomatique symbolisée par le Ministre des affaires étrangères Robert Dussey qui multiplie les visites de travail dans les grandes capitales. Dans ce même esprit, le Togo a rejoint le Commonwealth et entretient d’étroites relations avec Israël mais également avec la Chine.

Source : Météo Sahel Timbuktu Institute 

Depuis l’attentat de Grand-Bassam en 2016, l’attaque de Kafolo en juin 2020 puis en mars 2021, le gouvernement ivoirien a multiplié les stratégies de sécurisation pour faire face à la menace djihadiste qui s’étend désormais dans les pays du Golfe de Guinée. Début mars, l’armée ivoirienne a bénéficié d’une formation de deux semaines à travers des exercices militaires annuels « Flintlock », visant à renforcer les capacités opérationnelles des armées africaines dans la lutte antidjihadiste, Ce programme est organisé depuis 2005 par le Commandement des Etats-Unis pour l’Afrique (Africom). « Flintlock » se concentre notamment sur l’entraînement de troupes alliées, notamment au Sahel miné par les violences djihadistes depuis plus de dix ans.

Dans le cadre de la réconciliation nationale engagée par Alassane Ouattara, une cinquantaine de corps de victimes de la crise post-électorale ivoirienne de 2010-2011 ont été restitués à leurs proches le 8 mars 2023. Ce geste d’apaisement est l’une des initiatives prises par le président ivoirien, tout comme l’amnistie de centaines personnes impliquées dans la crise, le dédommagement des victimes de la crise, la facilitation du retour de Laurent Gbagbo, après son acquittement par la Cour pénale internationale. Mais cette réconciliation tarde à se concrétiser. Le camp de l’ancien président Gbagbo parle de paradoxe en accusant le régime de Ouattara de poursuivre certains de ses membres en justice tout en appelant au dialogue national. Quant aux familles des victimes, elles réclament toujours la vérité et la justice pour faire la lumière sur les 3000 morts de la crise politico-militaire de 2010.