Jusqu’où ira l’intervention de la Turquie en Libye ? Conscients des dangers de cette intervention, le Président algérien appelle à une concertation entre les pays riverains dont en particulier l’Algérie, la Tunisie et l’Egypte pour arrêter les interventions étrangères, trouver une solution interne et négociée entre les libyens et éviter la partition du pays. Mais quels moyens ont-il pour empêcher le gouvernement d’Ankara de poursuivre sa politique interventionniste surtout qu’ils est soutenu financièrement par la Qatar, sur le terrain par les groupes jihadistes de différentes  factions de l’islam politique, internationalement par l’Italie, l’Ukraine et les Etats-Unis qui comptent sur la Turquie pour contenir l’intervention de la Russie et ses alliés en Libye. 

 

Les résultats de la rencontre entre le Présidents tunisien Kaïs Saied et le Président Français, quelques jours après un accrochage, qui aurait pu connaître une tournure dramatique, entre un navire turc et une frégate française chargée de sur veiller l’embargo sur la livraison d’armes à la Lybie, montrent l’impuissance des pays riverains à contrer l’offensive dangereuse de la Turquie en Afrique du Nord. Les divisions internes à chaque pays par rapport cette offensive, comme celles qui opposent le Chef de l’Etat Tunisien au Président islamiste du Parlement, ne sont pas de nature à faciliter une prise de position claire et déterminée contre la politique turque et contre toutes les interventions étrangères en Libye. 

A l’occasion de la publication du rapport sur « Acteurs religieux dans la gestion de la pandémie de COVID19 au Sahel », en partenariat avec la Fondation Konrad Adenauer, Dr. Bakary Sambe, directeur du Timbuktu Institute-African Center for Peace Studies (Dakar-Niamey) a accordé un entretien au Quotidien sénégalais l’Enquête sur les grandes lignes de cette étude mais aussi les enjeux de la gouvernance du religieux au Sénégal.

Dr. Sambe est aussi enseignant-chercheur à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, au Centre d’étude des religions (CER). Il a récemment publié un ouvrage édité au Canada intitulé « Contestations islamisées, le Sénégal entre diplomatie d’influence et Islam politique ». Enquête réalisée par Abba Bâ.

 

Vous avez publié ce 3 juin une note d’analyse sur les réponses des acteurs religieux à la pandémie dans les pays du G5 Sahel plus le Sénégal.  Quel est votre  constat dans le sahel  en général et au Sénégal en particulier ?

Cette étude qui a été réalisée en partenariat avec la Fondation Konrad Adenauer (Bureau de Dakar) a permis de mener une veille sur la situation des pas du Sahel avec aussi bien des équipes à partir de Dakar que sur le terrain avec notre réseau de chercheurs. Nous avons pu voir comment les réponses des acteurs religieux  face au COVID pourraient être classifiées en trois catégories : actions volontaristes de leur propre initiative, des contributions à des projets portés par l’Etat mais aussi actions contestataires des dispositifs mis en place par l’Etat surtout dans le cadre de la gestion du culte en période de pandémie.

Comment vous avez pu mener cette étude de terrain en cette période de crise sanitaire ?

Il nous a fallu adapter notre méthodologie à causes des restrictions des déplacements dans les principaux pays ciblés par l’étude. Nous avons ainsi combiné deux procédés : D’abord, la méthode dite de netnographie – analyse des situations par le biais des contenus Internet et des réseaux sociaux en prenant en compte toutes les considérations éthiques réfléchies selon les spécificités et les contextes des objets appréhendés. Ensuite l’immersion intensive au sein des communautés en ligne est essentielle pour atteindre une compréhension profonde et les interactions observées, comme pour n’importe quel terrain classique de recherche. Ce second volet a été pris en charge par nos chercheurs associés présents dans ces différents pays. C’est aussi cela l’une des leçons de cette pandémie qui a poussé à explorer toutes les possibilités alternatives.

Quels sont les impacts de la pandémie sur le domaine religieux ?

Les pays africains ont vite compris dès le début de la pandémie que la seule phase gagnable pour eux était celle de la prévention. Ayant impacté tous les domaines d’activités et secteurs socioéconomiques, la pandémie a eu des conséquences sur le domaine religieux qui reste d’une certaine importance dans cette région peu influencé par le mouvement général de la sécularisation et du recul théorisé du religieux. Il nous a donc semblé intéressant de jauger la manière dont la pandémie et sa gestion ont affecté le champ religieux à travers plusieurs variables. Des mesures et diverses dispositions dont le but était de réguler le culte dans le cadre de précautions hygiéniques et sanitaires ont été prises par les pouvoirs publics. Pendant que certains États ont mis en place des mesures plus strictes en fermant les lieux de culte, d’autres ont opté pour un dialogue ouvert avec les acteurs religieux privilégiant la négociation et l’implication communautaire. Dans ce sillage, des observateurs analysent ce dernier choix comme une déresponsabilisation de l’État souverain, pendant que d’autres y voient une mise en pratique du principe de laïcité impliquant la séparation des pouvoirs temporel et spirituel. Au Mali, l’Etat a renvoyé la balle dans le camp des religieux en demandant au Haut Conseil Islamique de prendre les mesures idoines ; ce qui s’est traduit par un laisser aller avec des risques de propagation du virus avancés par certains. Au Niger, les fidèles sont venus prier en s’entassant sur la devanture des lieux de culte fermés par mesure sanitaire.

 

On a noté que parmi les mesures prises au début de la crise sanitaire par l’Etat du Sénégal pour freiner la propagation, il y avait l’interdiction des rassemblements sans mentionner la fermeture des lieux de cultes alors que pour l’assouplissement, il a été bien mentionné ouverture de ces lieux. Quelle analyse faites-vous de cette communication de l’Etat ?

La question religieuse a toujours été gérée de cette sorte au Sénégal sans stratégie directrice à long terme mais avec un procédé à la carte. Pour la fermeture des lieux de culte, l’Etat a mis en avant l’Administration territoriale et au cas par cas et pour la réouverture, le président s’est mis a devant de la scène espérant en tirer un gain politique. Il y a eu, d’une part, des pressions sur les autorités et certains n’ont pas accepté la réouverture officielle annoncée par le Président lui-même qui a fini par prier dans sa résidence lors de la Korité. Il y des inconséquences dans la gestion du religieux dans ce pays. On l’a toujours constaté sur de grandes questions : la laïcité, la question de la mendicité, du voile dans les écoles catholiques etc. Chaque régime laisse au suivant les « patates chaudes » religieuses. On a appliqué des solutions conjoncturelles à des problèmes structurels au risque de retours de bâtons mettant en rude épreuve l’autorité de l’Etat. A chaque rentrée les mêmes problèmes reviennent.

Des acteurs religieux ont parfois désavoué les décisions étatiques que ce soit pour la fermeture ou l’ouverture des lieux de cultes. Peut-on parler de la superpuissance des religieux ou d’une déresponsabilisation de l’état souverain ?

C’est une spécificité sénégalaise que certains appelle un « contrat social » qui peut aller de la négociation au compromis que j’appelle des consensus mous en passant par des fuites en avant de la part des politiques. Vous retrouverez cette attitude aussi bien chez les tenants du pouvoir que dans l’opposition. Notre Etat ne s’est jamais donné les instruments d’une gouvernance du religieux au prix de tâtonnements et de contradictions sur de nombreuses questions. La gestion du culte lors d’une pandémie a été révélatrice de ces carences traînées depuis l’indépendance. Je crois personnellement que ce sont les calculs politiques et électoralistes qui ont mené à cette impasse. Mais gouverner, en dehors de prévoir, c’est aussi prendre des risques et assumer des responsabilités. L’exemple du Mali est là pour nous édifier. L’Imam Dicko dont tout le monde parle actuellement avait fait annuler, par la mobilisation de la rue et la pression sur le Président qui a reculé, un projet de code de la famille voté en 2009 à une forte majorité par l’Assemblée nationale. Les opposants qui l’adulaient jadis en tant qu’alliés politiques sont obligés de lui faire face. Après avoir poussé le premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga à la démission en 2019, il veut aujourd’hui chasser son ancien allié IBK, un président démocratiquement élu malgré une gouvernance qui reste à désirer. Ces alliances et compromissions finissent souvent ainsi et contre leurs propres auteurs.

Le Sénégal est l’un des rares pays du sahel encore épargnés par les attaques terroristes.  Son islam modéré avec l’existence des confréries  a souvent été cité comme une explication à cette situation. Cependant avec la pandémie, on a remarqué que les confréries peuvent aussi être radicales.  La crise sanitaire n’a-t-elle pas dévoile les limites de l’islam confrérique ?   

Je me suis déjà largement étendu sur cette question. Etre un ilot de stabilité dans un océan d’instabilité, n’est pas simplement une faveur ; c’est une responsabilité et doit être une motivation supplémentaire de s’atteler dès maintenant à une vraie politique de prévention.

On a aussi noté des critiques des citoyens envers certaines décisions des religieux. Est-ce une démystification du religieux?

Dans l’ensemble, les sénégalais restent assez respectueux des guides religieux. Ils deviennent toutefois assez exigeants sur l’exemplarité et, les jeunes, surtout, font de plus en plus la différence entre leur engagement politique et leur affiliation religieuse. Cette dynamique est due, d’abord,  à une forme de démocratisation des modes d’accès au savoir religieux à l’ère du numérique en présence d’une diversification des offres sur le marché religieux dans un contexte d’une mondialisation du croire. Les figures historiques de l’islam au Sénégal de même que la génération fondatrice demeurent des références malgré l’avènement de nouveaux courants et de l’évolution des mentalités dont il faudra prendre conscience dans le discours religieux.

Selon vous quel rapport devrait exister entre l'État et les chefs religieux?

Ce sont les rapports définis dans notre Constitution. Nos spécificités ont permis une bonne cohabitation. Tant que chacun reste dans son rôle et œuvre pour une complémentarité constructive, le modèle sénégalais pourrait encore fonctionner. La manipulation des symboles religieux pour des motifs politiques n’a jamais servi ni le politique ni le religieux. Dans le cadre de la gestion du covid19, la complémentarité a bien fonctionné. Les religieux ont joué un rôle important dans la solidarité et la résilience. Certains responsables religieux ont pris toutes leurs responsabilités pour appeler les fidèles à se conformer aux règles édictées. De même, le cadre Unitaire de l’Islam au Sénégal ainsi que l’Eglise catholique ont joué un important rôle dans la prévention et ils poursuivent ces efforts auprès des communautés.

Des scientifiques ont parlé des ablutions comme facteur de prévention contre la covid19. Selon vous pourquoi l'Etat n'a pas communiqué sur ça? 

Je ne suis pas compétent en matière d’hygiène publique ou de politiques sanitaire. Une question à poser aux autorités sanitaires qui doivent être les plus écoutés dans le gestion d’une pandémie bien que le religieux ait eu un rôle de réarmement moral et de solidarité dans le renforcement de la résilience.

Il y a une surmédiatisation de la pandémie qui fait que les gens ont tendance à oublier les violences habituelles dans le sahel. Quelle est la situation du djihadisme et des conflits intercommunautaires dans les pays tels que le Burkina Faso et le Mali?

Il est vrai que la pandémie a occupé les devants de la scène médiatique pendant que les attaques continuent de plus belle. C’est le cas au Niger sur ses deux fronts du Liptako et du Bassin du Lac Tchad, de même qu’au Mali où il n’y a pas eu de répit ni au centre ni au Nord pendant que Boko Haram par ses différentes factions harcèle différent pays. Il y a aussi les conflits intercommunautaires au Burkina Faso et au Centre du Mali avec des risques de propagation si certains jouent davantage avec la fibre identitaire. L’option du tout-sécuritaire n’a pas produit les résultats escomptés. Il faut aussi bien de la prévention en amont, une réduction des inégalités criantes et des vulnérabilités socioéconomiques des jeunes que des stratégies civilo-militaires dans les régions affectées comme la zone dite des trois frontières entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso. Les pays côtiers encore relativement épargnés aussi doivent rendre compte de la nécessité de politiques de préventions avec une démarche inclusive et holistique. Les partenaires internationaux des pays du Sahel doivent aussi changer de paradigme et écouter le terrain et les communautés. Même s’ils perdent la guerre contre le terrorisme pour l’instant, ils doivent au moins commencer par gagner la paix avec les populations locales.

 

Le développement des groupes qui menacent la sécurité des populations et des pays, à différentes échelles, du plus local au global, n’est pas étranger à l’effondrement ou à l’affaiblissement des Etats, comme en témoignent les précédents somalien, irakien, yougoslave, et comme on le voit aujourd’hui dans divers pays dont la Libye. Dans ce pays, une insurrection mit fin, en 2011, à plus de 40 ans de règne dictatorial de Mouammar Kadhafi  (1942 -2011), à l’issue d’une guerre civile soutenue par une coalition internationale, sous mandat des Nations Unies, et dirigée par la France dans le cadre de l’opération Harmattan. Depuis, la Libye, vit simultanément les conséquences de la politique menée par Kadhafi, la résurgence des structures tribales étouffées par la dictature  mais sans réellement disparaître,  le poids des interventions étrangères et les affrontements entre groupes armés d’idéologies aussi meurtrières que les armes que leur fournissent généreusement les puissances internationales et régionales intéressées, avant tout, par les richesses de l’un des pays les  vastes du continent africain.

Le régime politique instauré par Kadhafi a conduit à l’affaiblissement des institutions antérieures au profit d’une autocratie faisant de sa personne la clef de voute de l’Etat, en tant que « guide » d’une « révolution permanente » et d’un système populiste appelé la « Jamahiriya », (auto-gouvernement des masses), où il joue le rôle de médiateur-arbitre entre les composantes d’une société structurée par les solidarités tribales et vivant de la rente des hydrocarbures et du recours massif à une main-d’œuvre étrangère. Dès la chute du régime de Kadhafi, les clivages historiques entre la Tripolitaine, la Cyrénaïque et le Fezzan ont ressurgi. Le Conseil National de transition, mis en place au lendemain de l’effondrement de la «Jamahiriya», a essayé de réunir des représentants des  régions, des tribus, des villes et des milices locales qui ont participé à l’insurrection, dans l’espoir de reconstruire l’État, restaurer les infrastructures économiques, et prévenir les séparatismes. Cependant, depuis 2011, le pays a sombré dans un chaos qui a débouché, dès 2014, sur une guerre opposant des gouvernements autoproclamés, avec des soutiens étrangers et l’implication de milices et de divers groupes armés mobilisant des solidarités claniques, tribales, ethniques ou supranationales. Les pays limitrophes de la Libye, dont la Tunisie, l’Algérie, le Mali, le Tchad et l’Egypte sont directement menacés par les conflits qui déchirent le pays et par les effets de la confrontation entre les puissances étrangères soutenant les différentes factions qui se disputent le pouvoir et les richesses du pays.

Au Mali, les insurrections indépendantistes, puis djihadistes menées par les groupes liés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique, ainsi que les violences intercommunautaires, ont fait des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés. Le président malien est de plus en plus contesté face à cette insécurité grandissante. L'imam charismatique Mahmoud Dicko, du Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD) se positionne comme une figure clef de la crise Malienne. Arzouma Kompaoré a joint l’expert Bakary Sambe, directeur de l’institut Timbuktu pour un analyse de la situation.

Cliquer Pour regarder la vidéo

Source : www.voaafrique.com

 

L’attaque ce matin d’un poste militaire à Kafolo, dans le nord-est de la Côte d'Ivoire, à la frontière avec le Burkina Faso a fait une "dizaine de victimes" selon l’état-major voirien. Est-ce un nouveau front pour les mouvements djihadistes au Sahel? Bagassi Koura a joint Bakary Sambe, directeur du Timbuktu Institute-African Center for Peace Studies à Dakar.

Pour écouter Dr Bakary Sambe

Face à la crise sanitaire et humaine déclenchée par la Covid-19 dans le monde, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a souligné le rôle crucial des chefs religieux pour promouvoir la solidarité dans la bataille contre la pandémie.

(Note aux lecteurs : nous utilisons désormais le mot Covid-19 au féminin comme le recommande l’Académie française plutôt qu’au masculin. Covid est l'abréviation du terme anglais «Coronavirus disease» qui se traduit par «maladie du coronavirus». «Maladie» étant un mot féminin la règle est d'employer le féminin quand on utilise le terme Covid)

« Nous sommes tous vulnérables - et cette vulnérabilité partagée révèle notre humanité commune. Elle met à nu notre responsabilité de promouvoir la solidarité comme fondement de notre réponse - une solidarité fondée sur les droits de l'homme et la dignité humaine de tous », a déclaré M. Guterres lors d’une visioconférence de haut niveau sur le rôle des dirigeants religieux dans la réponse aux défis de la Covid-19.

Le Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, Tijjani Muhammad Bande, le Haut-Représentant de l’Alliance des civilisations des Nations Unies, Miguel Angel Moratinos, le Conseiller spécial du Secrétaire général pour la prévention du génocide, Adama Dieng, ont également participé à cette conférence, ainsi que des chefs religieux catholique, juif et musulman, respectivement le cardinal Miguel Angel Ayuso Guixot, le rabbin Arthur Schneier et le secrétaire général de la Rabita Mohammadia des Oulémas du Maroc, Ahmed Abbadi.

Mettre de côté nos différences

Selon le Secrétaire général de l’ONU, cette pandémie met en évidence le rôle « crucial » des chefs religieux dans leurs communautés et au-delà.

« Nous savons des crises de santé publique précédentes - du VIH/sida à Ebola - que les actions des chefs religieux influencent les valeurs, les attitudes, les comportements et les actions des gens », a-t-il ajouté. « Et avec cette influence vient la responsabilité de travailler ensemble, de mettre de côté les différences et de traduire nos valeurs communes en action ».

Le chef de l’ONU a souligné quatre domaines dans lesquels les chefs religieux peuvent jouer un rôle central pour proposer des solutions permettant de lutter contre la pandémie et de mieux se relever.
Il a tout d'abord remercié les chefs religieux d'avoir soutenu son appel à un cessez-le-feu mondial « afin que nous puissions ensemble nous concentrer sur la lutte contre notre ennemi commun – la Covid-19 ». Mais il a noté que des conflits font toujours rage dans de nombreux endroits et que l'ethno-nationalisme, la stigmatisation et les discours de haine ciblant les communautés vulnérables sont en hausse. 

Il a donc demandé aux chefs religieux « de dénoncer activement les messages inexacts et nuisibles et d'encourager toutes les communautés à promouvoir la non-violence et à rejeter la xénophobie, le racisme et toutes les formes d'intolérance ».

Le Secrétaire général s’est aussi déclaré inquiet de l’augmentation alarmante de la violence contre les femmes et les filles. Il a appelé les chefs religieux « à condamner catégoriquement ces actes et à soutenir les principes communs de partenariat, d'égalité, de respect et de compassion ».

Face à la propagation de la désinformation, M. Guterres a demandé aux chefs religieux de tirer parti de leurs réseaux et de leurs capacités de communication pour aider les gouvernements à promouvoir les mesures de santé publique recommandées par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) - de l'éloignement physique à une bonne hygiène - et pour garantir que les activités confessionnelles, y compris le culte, les cérémonies religieuses et les pratiques funéraires, se conforment à ces mesures.

Enfin, alors que la grande majorité des écoles et universités sont fermées, le Secrétaire général a exhorté les chefs religieux à soutenir la continuité de l'éducation, en travaillant avec les prestataires de services éducatifs pour trouver des solutions afin que l'apprentissage ne s'arrête jamais.

Le Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, Tijjani Muhammad Bande, a également souligné le rôle important joué par les organisations confessionnelles et les chefs religieux en temps de crise.

« Ils fournissent des services aux pauvres et donnent de l'espoir aux désespérés », a-t-il noté. « La foi a une place unique dans nos vies, en particulier en ce qui concerne la façon de traiter les autres comme nous aimerions être traités. En période de grande anxiété, la foi peut être une source importante de confort et de résilience communautaire ».

Le chef de l’Alliance des civilisations plaide pour une action coordonnée

Le Haut-Représentant de l’Alliance des civilisations des Nations Unies, Miguel Angel Moratinos, a également plaidé pour « une action coordonnée, décisive et inclusive des acteurs étatiques et non étatiques, y compris les chefs religieux et les organisations confessionnelles », face à la crise de la Covid-19.

« Dans les crises qui bouleversent la vie, lorsque les gens sont désespérés, la foi est souvent leur point d’ancrage et le lieu vers lequel ils se tournent pour se consoler et espérer. C'est là que le rôle des chefs religieux entre en jeu », a-t-il dit.

Dans ce contexte, il a jugé « encourageant de voir combien de chefs religieux et de communautés de foi ont agi rapidement et se sont placés en première ligne en fournissant des services précieux à leurs communautés ».
Selon M. Moratinos, de nombreux chefs religieux ont une capacité de mobilisation ainsi que la confiance des communautés qu'ils servent.

« Ils ont la responsabilité de promouvoir les messages sur l'égalité des sexes; de dénoncer la stigmatisation et les discours de haine; de dissiper la désinformation et les rumeurs; de défendre l'inclusion des populations vulnérables (…); de plaider pour leurs droits et l'accès aux diagnostic, aux traitements et aux vaccins; de partager des informations précises fondées sur des preuves; et de s'opposer publiquement aux déclarations et actes encourageant la violence et les violations des droits de l'homme », a-t-il ajouté.

Source: https://news.un.org/

Page 1 sur 29