Dialogue interreligieux, situation au Sahel et dans la sous-région en rapport avec l'actualité récente au Sénégal ...Dr. Bakary Sambe, Directeur de Timbuktu Institute partenaire du Colloque annuel sur le dialogue interreligieux, a accordé une interview au quotidien national sénégalais Le Soleil dans le cadre du colloque interreligieux organisé le 25 juin 2019 par la Fondation Konrad Adenauer sur l’importance du dialogue religieux pour un pays comme le Sénégal. D’après lui, le Sénégal a certes des acquis en termes de stabilité et de bonne cohabitation entre les religions mais ces acquis ont besoin d’être consolidés en tenant compte de l’environnement sous-régional et de la situation au Sahel.

Quelle est l’importance d’un dialogue entre les religions au Sénégal ?

Ce dialogue arrive à point nommé au regard de l’actualité récente que notre pays a vécue. Cela nous interpelle sur plusieurs choses. La première remarque est que le contrat social sénégalais est un acquis. Et comme tout acquis, il doit être consolidé pour qu’il soit durable. Ce genre d’initiatives avec la présence de tous les chefs religieux, des membres du gouvernement pour encourager cela est un des  jalons posés pour la consolidation de notre contrat social. J’ai bon espoir parce que le Sénégal a encore les ressources culturelles, spirituelles, sociales qui nous permettent de dépasser de telles crises temporaires. Cela montre que le rôle des religieux est très important. Il est à valoriser pas seulement en termes d’appel au dialogue lorsque de grandes crises se profilent mais aussi matière de prévention et d’anticipation. Aujourd’hui nous devons véritablement mettre en valeur ce que beaucoup de pays nous envient, cette forme de cohésion sociale, la convergence des vues entre les différentes confréries, les relations paisibles entre l’Eglise et l’Islam mais aussi cette tolérance qui est notre marque de fabrique et qui fait de notre pays un îlot de stabilité dans l’océan d’instabilité qu’est la sous-région ouest africaine. Ceci est un trésor et nous devons le conserver. C’est pourquoi je salue l’initiative du gouvernement dans son souci de vouloir préserver l’image de nos guides religieux qui font partie du patrimoine national.

Comment consolider ces acquis, dans un contexte marqué par des menaces qui viennent de partout ?

Nous devons consolider ces acquis. Mais pour le faire il y’a plusieurs responsabilités. D’abord de la part des chefs religieux, les Khalifes précédents comme Serigne Cheikh Sidy Mokhtar Mbacké, dans son célèbre discours de 2010, El Hadji Abdou Aziz Sy Dabakh, dans ses nombreses interventions, Serigne Abdoul Aziz Sy Al-Amine dans ses appels constants au dialogue ont joué leur partition. Il appartient à la nouvelle génération de jouer la leur. Je suis relativement rassuré aujourd’hui quand je vois le cadre unitaire de l’Islam au Sénégal avec Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy Alamine, Serigne Abdou Aziz Mbaké Majalis et tant d’autres appartenant à d’autres confréries appelant à la concorde. A chaque fois que certains veulent profiter des réseaux sociaux pour semer la zizanie et promouvoir des messages de haine dans l’inconscient de nos jeunes, ces personnalités se lèvent comme un seul homme pour dire que le Sénégal ne peut aller dans cette direction, nous devons rester dans la consolidation de nos acquis. C’est du rôle des religieux, des éducateurs, des enseignants que nous sommes. Le cadre unitaire de l’Islam a rédigé un manuel sur les écrits de la Paix professée par nos guides religieux. Il appartient à la famille éducative et aux autorités de s’approprier ces messages et de l’inclure dans les curricula de l’Education nationale.

L’autre responsabilité est politique. L’Etat doit prendre ses responsabilités pour qu’à l’image de tous les autres pays qu’on n’accepte pas de brûler nos symboles. Il faut que les modèles que nous avons soient valorisés et qu’on fasse un véritable travail de sensibilisation pour que des idéologies qui ont produit tellement de mal là où elles sont originaires ne soient pas importées dans notre pays et qu’on reste fier de ce patrimoine religieux que nous avons tout en veillant à son actualisation.

Le Mali à côté est en proie à des groupes djihadistes, qu’est ce que le Sénégal doit faire pour rester à l’abri ?

Quand on regarde les pays de la sous-région, on peut les classer en trois groupes. La catégorie des pays largement atteint par le terrorisme comme le Mali et le Nigéria. Il y a aussi, la catégorie des pays sous fortes pressions  sécuritaire comme le Burkina Faso et le Niger. Egalement des pays qui ont le temps de développer une approche prospective et préventive. Le Sénégal fait partie de cette troisième catégorie comme le Burkina Faso jusqu’en 2016. Il est vrai que nos forces de défense et de sécurité sur le qui-vive, développent des politiques nationales et des stratégies mais on doit coupler ces stratégies de défense avec celle de la prévention qui passent par l’Education, la sensibilisation, la valorisation du patrimoine religieux et l’implication de la Société civile pour que de manière éducative, consensuelle, on arrive à inculquer des valeurs de paix en guise prévention contre l’extrémisme violent. Il ne faut pas seulement se contenter de la lutte contre le terrorisme. La lutte contre le terrorisme malgré tous les moyens qu’elle mobilise, vise à éliminer les cibles et parfois elle n’est pas efficace car ne s’arrêtant qu’aux symptômes. On n’a jamais vu une kalachnikov tuer une idéologie. Le travail doit donc se faire en amont dans le cadre de la prévention contre l’extrémisme violent. Et dans ce sens, il faut développer une stratégie de prévention de l’Extrémisme et à côté et distincte d’une stratégie de lutte contre le terrorisme.

Le thème du colloque porte sur « Religion et Développement, » les deux concepts sont ils indissociables?

Il est vrai que certains penseurs, notamment les théoriciens de la sécularisation mettaient la religion à la pointe de l’échec du politique et de l’économique. Alors que nous pouvons dire que chez nous, les religions étaient des forces motrices du développement. Il y’a le Mouridisme dans la culture de l’arachide, par exemple, Cheikh El Hadj Malick Sy avec ses champs à Diacksao et Ndianrdé et toute sa théorie autour du travail come moyen de préservation de la dignité et des valeurs. Ces valeurs sont fortement incrustées par celles que professent nos confréries. Il n’y a aucune forme de contradiction mais des complémentarités. C’est le lieu de féliciter la Fondation Konrad Adenauer avec tous ses partenaires mais aussi l’Etat et les chefs religieux qui encore une fois ont donné un exemple de solidarité et de concorde autour d’une thématique aussi importante que le dialogue. La prière collective pour la paix si émouvante à laquelle nous avons assisté, ce matin, atteste que le Sénégal a encore des ressources endogènes, spirituelles  qui lui permettent de surpasser les crises. Les acquis sont là, mais il faut bien veiller à les consolider.

 

iGFM – (Dakar) L’Association pour Servir le Soufisme AIS s’est prononcé sur la Visite rendue officielle Secrétaire général de la Ligue Islamique en visite au Sénégal jugée comme une première dans notre pays, serait le couronnement d’un processus essaimé d’insultes que les wahhabites ont toujours proféré contre nos Confréries soufies et les Symboles islamiques.

Sinon, comment comprendre le privilège octroyé au Secrétaire général de la Ligue Islamique Mondiale, Dr Muhamed Abdul Karim Al-Issa, qui est l’hôte du Sénégal, depuis hier vendredi, et pour donner à l’événement toute sa solennité, le chef de l’État M. Macky Sall puisse autoriser son avion d’atterrir à l’aéroport militaire Léopold Sédar Senghor que seuls certains rares Chefs d’État ont le privilège d’atterrir.

Et comment expliquer la présence d’un Chef f’Etat d’un pays a majorité confrérique puisse s’assoir à côté d’un sponsor d’un Courant anti Soufisme notamment le Wahhabisme , source d’instabilité et de terrorisme dans le monde et pourfendeur du soufisme ?

De surcroît assister à la conférence sur le thème : « La pensée islamique authentique, méthodologie et message » qui sera co-présidé, dimanche à 9 heures, par le Président Macky Sall. Nous sommes certains qu’un Khalife Soufis n’est invité à la conférence.

S’assoir à côté de cette sommité wahhabite n’est il pas une caution morale et politique pour que le Wahhabisme puisse surseoir davantage et étendre ses tentacules au Sénégal ?

Selon certains, oui, l’octroi d’un terrain de 7000 mètres carrés aux Wahhabites pour y construire une université qui serait le prolongement des l’universités wahhabites obéit dans ce sens.

Source : IGFM

«Nous devons rester vigilants» et raffermir les liens entre les différentes confréries qui constituent un ciment social dans ce pays qui ne connaît pas des différends religieux. Bacary Samb, directeur de Timbuktu institute, se dit néanmoins «rassuré», car les ressorts sont là pour juguler cette menace. «Je suis très rassuré. Quand je vois des personnalités religieuses, des jeunes très investis dans le domaine comme Cheikh Tidiane Sy Al Amine, Serigne Abdou Aziz Mbacké, cela me rassure», a expliqué M. Samb, membre du Comité scientifique du colloque plaidoyer pour le dialogue interreligieux qui s’est ouvert hier à Dakar. «Ce sont des gens mal intentionnés qui veulent semer la zizanie entre les confréries qui font cela. Je pense que dans la pensée de Cheikh Ahmadou Bamba et dans celle de Elhadji Malick Sy, tous appellent à une concordance, une convergence de vues», a-t-il ajouté lors de ce colloque qui a pour thème «Religion et développement économique». Samba Sy, ministre du Travail, du dialogue social et des relations avec les institutions, analyse cette nouvelle tendance à l’aune de changements de la société. Il dit : «Nous sommes dans un monde qui est en train de changer radicalement de base. Il est important que nous parlions en tant que Sénégalais, mais aussi citoyens du monde pour essayer d’explorer les hypothèses les meilleures, afin que les progrès qui s’annoncent à l’horizon le soient dans le plein sens du terme.»
Le ministre du Travail, du dialogue social et des relations avec les institutions met en garde contre les menaces : «Autour de la question religieuse et celles économiques, il y a un cercle de feu qui est en train de se rétrécir. Et il est important que nous nous mettons dans la tête que nous ne vivons pas sur une sorte de planète isolée du reste de la sphère de l’univers.» Selon lui, «nous sommes concernés par ce qui se joue et se trame un peu partout. Et une initiative de cette nature a le mérite de mettre ensemble des chercheurs, des hommes religieux, des agents économiques pour leur dire : réfléchissons ensemble, essayons de tirer le meilleur parti de l’humanité». Quid de l’apport des religieux dans le développement économique ? M. Sy estime que la religion, «si elle est entendue au sens véritable qui est le sien, elle ne peut qu’être profitable». Mieux, il poursuit : «Une religion bien entendue et bien comprise peut aider au développement et contribuer à renforcer les performances économiques.»
Pour Thomas Volk, représentant résident de la Fondation Konrad Adenauer, le Sénégal est un modèle dans la sous-région et même à travers le monde pour sa cohabitation religieuse et sa cohésion sociale. C’est cette raison même qui les a poussés à inviter des représentants de la société civile, des religions différentes et des structures étatiques pour discuter des défis du développement.

Source : lequotidien.sn

Dr Bakary Sambe est enseignant-chercheur à l’université Gaston Berger de Saint-Louis, dans le nord du Sénégal. Il est également fondateur du Timbuktu Institute-African Center for Peace Studies, un centre de recherche qui privilégie des approches transdisciplinaires sur des questions liées au radicalisme religieux. Avec La Croix Africa, il analyse la situation sécuritaire dans le Sahel secoué par de récurrentes attaques terroristes.

La Croix Africa  : Comment analysez-vous les attaques terroristes dans les églises au Burkina Faso ?

Bakary Sambe : La stratégie des groupes terroristes, après l’opération Serval (1) a été d’actionner et d’intensifier des conflits intercommunautaires pour ensuite s’y greffer mais également d’attirer l’attention de la communauté internationale et éventuellement des interventions en multipliant les zones d’instabilité. Cela a très bien été théorisé par Abou Walid al-Sahraoui un terroriste qui sévit actuellement dans la région. Il est vrai que le Burkina Faso était, jusque-là, exemplaire en matière de cohésion sociale et religieuse. Il était aussi un pays phare en matière de dialogue interreligieux, les chrétiens étaient invités à des fêtes et célébrations musulmanes et vice versa.

Mais il y a eu une fracture au moment de la transition politique (2) avec, notamment la montée de certaines Églises évangéliques qui étaient très proches des cercles du pouvoir. Cette montée a fait que certaines catégories de la population, notamment les musulmans (majoritaires à près de 60 %) se sont sentis marginalisés dans la gestion du pouvoir de même que certains catholiques qui se plaignaient des avantages octroyés à ces Églises évangéliques proches des cercles du pouvoir durant cette transition.

Fin décembre 2018-début janvier 2019, une attaque terroriste à Yirgou, dans le nord du Burkina Faso, a provoqué des affrontements intercommunautaires. Faut-il craindre qu’un pareil schéma se reproduise dans la sous-région ?

Bakary Sambe  : Il est vrai que les attaques de Yirgou, dans la commune de Barsalogho, dans le centre-nord du Burkina Faso, ont marqué un tournant décisif. Durant les funérailles des victimes, on s’est rendu compte que des opérations de vengeance ont été organisées avec un bilan de 13 morts. Si l’on sait que ce qui se passe actuellement dans la région, notamment dans le centre du Mali, ne sera pas sans conséquence dans les pays voisins, on peut bien craindre que les représailles continuent ainsi que les opérations de vengeance. D’ailleurs, l’on peut noter que le Burkina Faso est entré dans un cycle de violences. Celles-ci sont attisées par des conflits intercommunautaires qui, au début, n’avaient rien de religieux. Ils avaient plutôt une dimension silvo-agro-pastorale mais ont été attisés et aggravés par les groupes terroristes qui veulent se greffer sur ces tensions intercommunautaires afin de déstabiliser les pays de la région, notamment le Burkina Faso qui est considéré comme le verrou vers l’Afrique côtière.

Les tensions intercommunautaires seraient donc sensiblement identiques à celles entre bergers fulani et paysans sédentaires au Nigeria ?

Bakary Sambe  : Si pour le Nigeria, notamment dans l’État du Plateau, ce sont les bergers fulanis (Peuls) qui sont accusés de s’attaquer aux paysans Béroms, dans le cas du Burkina Faso et du Mali, ce sont les paysans sédentaires qui s’affrontent souvent avec Peuls nomades. Mais comme déjà dit, aujourd’hui, le terrorisme va parasiter tous les conflits pour attiser les tensions et faciliter l’installation de l’État islamique au Grand Sahara, notamment au Burkina Faso qui est une zone charnière entre l’Afrique côtière et le Sahel. C’est en partie, l’explication des vives tensions dans des zones comme Gorom Gorom et Markoye, dans la province de l’Oudalan.

Comment analysez-vous la situation au Niger avec les attaques récurrentes contre les militaires ?

Bakary Sambe  : Le Niger fait partie des pays qui sont sous pression sécuritaire. Il doit faire face au terrorisme sur au moins deux fronts : dans le Sud avec Boko Haram et au nord avec les Mujao et autres groupes venant du Mali tout en craignant, à tout moment, un débordement du front sud libyen. Avec la défaite de l’État islamique en Syrie et en Irak, tous les regards se tournent, en effet, vers le sud libyen qui devient un refuge pour les terroristes. Le groupe d’Abou Walid al-Sahraoui cherche à s’étendre. Ne pouvant pas déborder vers le sud algérien – qui est le territoire de Belmokhtar ou de ses hommes – il tente d’étendre ses tentacules vers le Niger. Ce pays est, en effet, une zone de passage et de circulation des armes à partir du canal libyen vers les pays sahéliens.

On se rend compte que ces pays ciblés par des attaques sont, pour la plupart, membres du G5 Sahel. Cela prouve-t-il son inefficacité ?

Bakary Sambe  : Le G5 Sahel en soi, est une bonne initiative mais qui a besoin de soutien et donc de l’appui de la communauté internationale. Il faut l’appuyer mais aussi crédibiliser la lutte contre le terrorisme. Aujourd’hui, alors que le terrorisme tend à s’étendre et à s’unifier, les partenaires internationaux sont en train de se disperser avec une multiplicité d’acteurs même au sein des Européens. Cela donne, malheureusement, aux populations l’impression qu’il y aurait d’autres agendas voire une compétition occidentale autour des ressources, ce qui décrédibilise de plus en plus la lutte contre le terrorisme. Il y a aujourd’hui un véritable dilemme sahélien ; entre la nécessité de gérer les urgences sécuritaires et la projection vers des solutions plus durables que le tout-militaire. La communauté internationale doit opérer une rupture paradigmatique : les groupes terroristes ont déjà réussi à transférer les hostilités dans les heurts intercommunautaires qui leur permettront de déstabiliser nos États. Ils sont déjà comme dans une situation de post-djihadisme alors que continuons à raisonner en termes de radicalisation du type religieux. le religieux n’est plus qu’un vernis, mais capable de mobiliser du sens et des symboles pour saper le vivre-ensemble.

Quelles solutions proposeriez-vous contre la menace terroriste dans le Sahel ?

Bakary Sambe : Pour une lutte efficace contre le terrorisme, il faut s’appuyer, certes, sur des solutions mais il ne faudrait pas négliger des alliés de taille : les populations locales dont la résilience doit être renforcée et les stratégies endogènes mises en valeur. Or les populations souffrent de plus en plus des contraintes et difficultés liées aux mesures sécuritaires draconiennes tout vivant de manière permanente en insécurité. Il faudrait donc d’une part une aide de la communauté internationale et d’autre part, la mise en place d’une politique sécuritaire inclusive mettant la population au cœur de la stratégie. L’on a malheureusement, jusque-là, privilégié le militaire détriment de la prévention. Et les alertes et restrictions sécuritaires des pays occidentaux font planer sur les États de la région la menace d’être catégorisés « pays pas sûr ». Hélas, cela les pousse à une politique du déni alors qu’ils pouvaient développer et assumer des politiques de prévention ; s’attaquer aux racines du problème au lieu de concentrer tous les efforts sur le militaire qui ne traite que des symptômes d’un mal beaucoup plus profond.

Pourquoi le Sahel est-il particulièrement visé par les attaques ?

Bakary Sambe  : Au regard des vastes étendues territoriales et des frontières poreuses comme celles Mali, celles du Niger et du Burkina Faso et aussi l’échec des terroristes en Irak et en Syrie, le Sahel risque d’être, pour les années à venir, une véritable base arrière des groupes terroristes. Malheureusement les attaques au Burkina Faso nous renseignent sur l’avenir du terrorisme qui tend à atteindre les pays côtiers.

Avec l’enlèvement de Français et le meurtre d’un guide béninois dans le parc de Pendjari au Bénin, faut-il craindre la percée des terroristes dans des zones jusque-là épargnées ?

Bakary Sambe  : Le Sahel constitue une bonne partie de l’Afrique de l’Ouest où il y a une forte influence française. Plusieurs groupes ont proféré des menaces contre la France et ses alliés faisant d’elle une cible. Tout cela combiné explique l’acharnement de ces groupes qui en veulent également à la France et qui considèrent ces pays – notamment ceux du G5 Sahel – comme très liés à leur ancienne puissance coloniale.

Par ailleurs, on a vu dans le passé, des attaques dans d’autres pays loin de l’espace sahélo-saharien comme celles de Grand-Bassam… De fait, si le verrou burkinabè cédait, l’Afrique côtière serait menacée et là aussi, les groupes joueraient sur les conflits intercommunautaires et instrumentalisation de toute forme d’instabilité politique. Cela qui serait un risque énorme pour la région.

Recueilli par Lucie Sarr

(1) Offensive militaire lancée au Mali par l’armée française en janvier 2013 avec pour objectif de soutenir les troupes maliennes conte une offensive des groupes armés islamistes qui avaient pris le contrôle de l’Azawad, la partie nord du pays.

(2) Après la chute de l’ancien président Blaise Compaoré en octobre 2014, le Burkina Faso avait entamé une période de transition avec comme président Michel Kafando. Des élections présidentielles et législatives étaient prévues le 11 octobre 2015 mais le 16 septembre, des putschistes menés par le général Diendéré ont annoncé la destitution du président et la dissolution des instances de transition avant, finalement, de redonner le pouvoir à Michel Kafando. Après cette période d’instabilité, l’élection présidentielle a finalement eu lieu le 29 novembre 2015, dans un climat apaisé.

Timbuktu Institute  a procédé à la cérémonie de clôture du Programme intitulé : « OSC et
associations sportives du Sénégal pour une culture de la paix et contre la violence  » qui était
appuyé par l’Ambassade de France dans le cadre du dispositif PISCCA, le vendredi 31 mai à 9h à
la Maison de la Presse.
Dr Bakary Sambe, Directeur de l’Institut qui présidait la cérémonie a rappelé l’importance de ce
projet face à une jeunesse  en proie à la violence dans les milieux sportifs. « Les 8 supporters
morts lors de la finale de la coupe de la ligue du Sénégal, le 15 juillet 2017, au stade Demba Diop
 en sont une preuve tangible, » affirme t’il. Il en a aussi profité pour faire le bilan du projet qui est
satisfaisant vu les différentes activités qui ont été menées avec les populations et l’implication des
autorités impliquées. Pour rappel, l’objectif du projet était de faire coopérer les ASC et OSC afin
de mobiliser leurs cités pour la lutte contre la violence des jeunes et la promotion des valeurs
citoyennes dans plusieurs villes du Sénégal à savoir Mbour, Saint Louis, Thiès et Kaolack. Dr
Sambe a poursuivi en remerciant l’Ambassade de France au Sénégal représentée par  Monsieur
Luc Briard, sans laquelle le projet n’aurait pas eu lieu.
Monsieur Briard a, dans son discours, déclaré que le projet intitulé « OSC et associations
sportives du Sénégal pour une culture de la paix et contre la violence » entrait en droite ligne avec
les objectifs des Projets Innovants des Sociétés Civiles et Coalitions d’Acteurs  (PISCCA 2018)
financés par l’Ambassade de France.
Le représentant de l’Ambassade de France a aussi salué le choix d’une équipe de football
féminine parmi les bénéficiers du projet, car, dira t-il, les femmes sont sous-représentées dans le
football. Il en a profité  pour inviter les jeunes filles de l’école de football présente à assister
prochainement, à la projection de la Coupe du monde de football féminin à l’institut français de
Dakar. Le représentant du CEDEPS Monsieur Alioune Badara Sarr a trouvé  que le projet était
une belle opportunité pour « aider les jeunes à bouter la violence hors des stades ».
Le Directeur de Timbuktu Institute a, par la suite, présenté la Plateforme numérique « Non à la
Violence dans le Sport » qui dit-il sera fonctionnel au-delà du projet. Une étude sur la violence
dans le Sport, réalisée par Timbuktu Institute a aussi été dévoilée par Yague Samb, Responsable
du pôle Gestion des conflits de l’institut. Cette enquête révèle que la violence est beaucoup plus
présente dans les Navétanes que dans les autres sports. De même, Le nombre de victimes de
violence verbale est plus élevé que le nombre de victimes de violence physique. Une des
conclusions a été d’établir que les sportifs eux-mêmes n’étaient pas ceux qui pratiquaient la
violence mais des intrus et autres jeunes en dehors des équipes.
Khadidiatou Ngom, représentante des jeunes de Saint-Louis a lu « l’Appel des jeunes » qui se
voulait un manifeste contre la violence des jeunes et un dispositif à mettre en place par l’Etat
mais aussi une meilleure coopération entre les partenaires du Sénégal et la population pour que
cesse la violence dans le sport. Un jeune récipiendaire d’une école de football de Mbour a,
déclamé un poème sur la non-violence dans le sport, composé par la poétesse Mame Famew
Camara. La cérémonie s’est terminée par une distribution  de jeux de maillots et de bandes
dessinées aux jeunes des écoles de football venus y prendre part. Pour rappel, cette bande
dessinée est l’une des réalisations du projet PISCCA avec le soutien financier de l’Ambassade de
France à Dakar.

Les dernières attaques au Niger contre la prison de haute sécurité de Koutoukalé et l’embuscade de Tongo Tongo, dans l’ouest du Niger, seraient le signe d’une « réelle volonté d’implantation à long terme au Sahel de l’État islamique au Grand Sahara ». Telle est l’analyse du Dr. Bakary Sambe qui pense qu’Al-Sahraoui s’y préparait depuis la fin de l’opération Serval bien avant même la défaite de Daech sur les fronts syrien et irakien. 

« Les cibles ont une valeur symbolique et le choix de Tongo Tongo n’est pas neutre, qui est comme une piqûre de rappel au même endroit où quatre soldats américains et cinq militaires nigériens étaient déjà tombés dans une embuscade en 2017 », souligne le Dr. Bakary Sambe.

Pour lui, « Abul Walid avait donné le ton depuis la fin de l’opération Serval et semble jouer actuellement sur deux tableaux : créer des zones d’instabilité en attisant les heurts inter communautaires et garder le flambeau du djihadisme qui semblait perdre de sa vigueur face à la mutation des conflits au Sahel suite au transfert de la violence sur les conflits locaux et à dimension communautaire », explique toujours le directeur de Timbuktu Institute. 

Malgré les différentes positions des experts sur un « Sud libyen sanctuaire du djihadisme », selon Bakary Sambe, « la défection de Daech en Syrie et en Irak impose incontestablement un redéploiement et de nouvelles zones de convergence des groupes». 

Soutenant que « pour l’heure, il est tout à fait exclu toute idée un repli dans le Sud algérien, territoire bien marqué  des hommes de Belmokhtar », le spécialiste des réseaux transnationaux dans le Sahel est d’avis que « le Sahel à partir du Kawar nigérien avec ses grandes étendues difficilement maîtrisables, est comme le nouvel espace visé par Abul Walid Al-Sahraoui ». 

Solon le directeur de Timbuktu Institute, ces attaques ont lieu à un moment assez « critique »  où « les stratégies de la communauté internationale en matière de lutte contre le terrorisme semblent battre de l’aile et installer le doute surtout chez les populations locales des zones frontalières qui subissent les contrecoups des mesures sécuritaires draconiennes tout en vivant dans l’insécurité ». 

« Au moment où les attaques au Burkina Faso restent souvent sans revendication, celles de Koutoukalé et de Tongo Tongo au Niger ont été vite brandies comme un signal fort de l’EIGS d’un retour vers les actions de grande envergure », explique Bakary Sambe. 

Page 1 sur 22