Iyad Ag Aly, entre jonction des fronts sahéliens et ancrage au djihad global : Décryptage d’un discours de rupture Spécial

Par Dr. Bakary Sambe- Directeur du Timbuktu Institute (Août 2021)

L’enregistrement diffusé à travers Az-Zallâqa au sujet du dernier message d’Iyad Ag Aly renseigne sur la ligne claire désormais assumée par le chef et coordonnateur de ce qui est communément appelé le « G5 Djihadiste ». Dans l’élaboration du message, à part les effets spéciaux classiques dont abusent aussi bien Al-Qaida que le Groupe Etat islamique (Daesh- ISIS), Iyad Ag Aly se présente comme investi d’une mission de jonction entre le Djihâd sahélien et le courant mondialiste. Partant de considérations générales dont le but est d’affirmer l’inscription de son action et de celui de son mouvement dans le canevas général du djihadisme mondial, le chef du Jamâat Nuçrat al-islâm wal Muslimîna (JNIM-GSIM) s’arrête sur l’importance d’un message spécifique aux mouvements djihadistes au Sahel : la nécessité de jonction des fronts face aux nouveaux enjeux.

 

Un discours de galvanisation capitalisant sur les « victoires »

 

Dans un discours teinté d’une certaine solennité, faisant appel aux références textuelles classiques du djihadisme mondial, Iyad Ag Aly se félicité de ce qui serait, pour lui, une généralisation du Djihad dans la région : « Après être partis du Nord de ce pays (Mali), d’autres les ont rejoints parmi différentes communautés et des pays voisins …malgré l’engagement des ennemis de Dieu de tous pays ». L’idée est de galvaniser ses troupes dans un contexte où certains chefs combattants terroristes ont été, récemment, abattus notamment par l’armée française.

Avec un ton plus serein que d’habitude, Iyad Ag Aly considère l’extension des zones touchées par le djihad comme un acquis qui se consolidera au Sahel conformément à l’esprit de ce message avec une Vidéo intitulée « la secours d’Allah est proche ».

 

Pour mieux comprendre la teneur du message d’Iyad Ag Aly, il serait important de se pencher sur le sens de l’utilisation de cette expression tirée de ce verset du Coran (II, 114) assez symbolique et souvent repris dans les milieux djihadistes : « Pensez-vous entrer au Paradis alors que vous n’avez pas encore subi des épreuves semblables à celles que subirent ceux qui vécurent avec vous ? Malheurs et calamités les avaient touchés ; et ils furent secoués jusqu’à ce que le Messager et les croyants avec lui, se fussent écriées : « Quand viendra le Secours d’Allah ? » le secours d’Allah n’est-il pas proche ? » (Coran, Sourate II, verset 114).

 

Il faut dire que ce message est aussi adressé aux « prisonniers du Djihad » à qui il promet une libération « proche » et conseille, en même temps, la patience conformément à l’esprit du verset constamment cité le long de ce discours.

 

… La France demeure « l’ennemi » à combattre malgré l’annonce du retrait de Barkhane

 

Iyad Ag Aly est revenu sur les récents évènements ayant ponctué l’actualité malienne et sahélienne pour donner plus de réalité à ce discours qui était annoncé et très attendu : « la France annonce la fin de Barkhane ...La France a-t-elle réalisé les objectifs qui l’ont mené au sahel ? », assène-t-il sur un ton ironique au milieu de son allocution. Il y a, aussi, une nette volonté d’envoyer un message fort à la France et à ses dirigeants avec, parfois, une personnalisation du destinataire, notamment, en direction du président Macron.

Il est vrai que le Président Macron s’était mis récemment au-devant de la scène sur la question sahélienne à propos de laquelle les sorties du chef de la diplomatie française, Jean-Yves le Drian, étaient plus fréquentes.

 

Cette prise en main personnelle de la question, de même que l’exposition médiatique d’Emmanuel Macron lors du processus décisionnel qui mena à l’annonce du retrait de Barkhane lui valent, dans cette allocution, les attaques directes de la part du chef du JNIM-GSIM et même un certain sarcasme lorsqu’il évoque la libération des otages. Iyad Ag Aly brandit ainsi la conversion à l’islam de l’ex-otage française, Sophie Petronin, comme un trophée et un signe qui serait à décrypter. Le chef djihadiste y voit même un « camouflet » pour Emmanuel Macron. Dans le même registre quasi-sarcastique, il considère cette conversion de la célèbre otage comme « une véritable gifle sur la joue » du Président Macron.

 

…. « Chaque fois qu’un seigneur (de la guerre) disparaît un autre prendra le flambeau »

 

Sur plusieurs de ses aspects, cet enregistrement d’Iyad Ag Aly apparaît comme un discours-bilan débouchant sur un appel à la mutualisation, à défaut de la jonction, des forces djihadistes au Sahel.

 

Dans une analyse de la situation sécuritaire au Sahel, le chef du JNIM conclut de l’inefficacité voire du caractère improductif des stratégies de lutte contre le terrorisme basées principalement sur l’effort militaire dans lequel la France s’est particulièrement illustrée : « L’invasion des croisées n’a fait que donner une plus grande dimension au Djihad…Chaque fois qu’un seigneur de la guerre disparaît un autre prendra le flambeau ». Une reprise d’un vers de la poésie arabe pré-islamique magnifiant les valeurs chevaleresques et les qualités des seigneurs de la guerre.

 

… Rejet d’un « régime putschiste transitoire » au Mali et de tous les autres « soutenus par la France »

 

Dans cette déclaration où il s’attarde sur la situation politique malienne, Iyad Ag Aly considère le régime actuel de Bamako comme « putschiste transitoire » de même qu’il lie la persistance des régimes laïcs qui ont « tous échoué » à l’appui politique et militaire de la France. Il établit, de ce fait, une relation de causalité entre le soutien aux régimes laïcs et le fait de voir éclater les fronts du djihadisme au Mali : « La France a compris, après tant d’années, que le soutien aux pouvoirs laïcs successifs au Mali était une manière de souffler sur les braises du Djihad ».

 

Dans le même style à travers lequel le chef d’Al Qaida s’adressait à l’Amérique depuis les grottes de Tora Bora, le discours d’Iyad Ag Aly réserve la part belle à la France. Dans cette rhétorique, ce dernier pays est le symbole d’une puissance occidentale assimilable à un « ennemi de l’islam ».

 

Iyad Ag Aly passe en revue les « griefs » djihadistes contre la France en tant que « pays maudit » : « la lutte contre le Djihad », « les caricatures du Prophète ». Liant cette guerre contre la France au Sahel à celle qui, selon lui, lui est aussi faite par ses « propres jeunes ressortissants », il félicite en passant, ceux qui ont « tué les caricaturistes du Prophète », faisant référence aux attaques contre Charlie Hebdo. Réitérant son appel habituel à combattre la France, il insiste sur la nécessité stratégique d’étendre et d’internationaliser le djihad.

 

Par ailleurs, à travers une prise de position sans nuance, Iyad ag Aly se prononce sur la transition en cours au Mali en adoptant la même attitude d’esprit qu’avec les régimes précédents. En fait, dans la rhétorique djihadiste, l’Etat dans sa forme républicaine et laïque, ne peut être religieusement acceptable, qu’importe les acteurs qui en incarnent la gouvernance. Cela apparaît nettement dans cette allocution ponctuée de références et d’allusions se rapprochant de plus en plus du discours des ténors de l’Etat islamique et du djihadisme mondialisé.

 

… Connecter le front sahélien au djihadisme mondialisé, décrédibiliser et rejeter l’Etat laïc

 

« Nous nous inscrivons dans une guerre mondiale contre la mécréance mondiale …et le secours d’Allah est proche ». C’est par cette affirmation qu’Iyad Ag Aly marque une transition pour adresser ses félicitations aux Talibans d’Afghanistan faisant le lien entre l’action menée au Sahel et le djihadisme mondialisé qu’illustre bien ce « front » symbolique.

 

C’est au nom de cet appel à l’unification du Djihad dans la multiplication des fronts qu’Iyad Ag Aly exhorte « les différentes communautés » maliennes dans leur diversité, à s’unir autour de « l’instauration de la religion et de la charia » et s’éloigner de toutes les divergences et de tous les conflits. Il prône même avec insistance, l’instauration de la charia comme « seule solution de dépassement des conflits » et la réconciliation de toutes les communautés du Mali dans le cadre d’une revivification de la « fraternité islamique ».

 

… L’option du dialogue avec les groupes terroristes rejetée par l’un des principaux concernés

 

Dans ce même esprit, un autre appel est cette fois-ci lancé aux différents mouvements et fronts en rappelant qu’«il est temps de se conformer à la loi de Dieu et à bannir la démocratie ainsi que tous les accords » avec l’Etat « impie ». Il considère d’ailleurs que l’acceptation de l’Etat laïc et de sa gouvernance « n’a jamais aidé et à réaliser le développement du pays mais n’a fait qu’accentuer l’injustice et la servitude ». D’ailleurs dans son entendement, « la vraie libération ne se fera que dans le cadre de l’islam par la voie du Djihad, c’est seulement cela qui délivrera les créatures de l’adoration de leur alter ego ».

 

Bref, un rejet de toute forme de collaboration avec l’Etat séculier et à plus forte raison le dialogue avec celui-ci : un message clair en direction des autorités et de la communauté internationale mais certainement, aussi, à ceux qui pouvaient prôner un dialogue avec le JNIM ou ses factions.

 

Ce propos aussi incisif qu’édifiant sur une position tranchée contre le dialogue et la négociation avec les autorités, est conclu par une prière habituelle à la « malédiction » de la France, de l’Amérique, d’Israël et de la Russie de même que des « autres potentats arabes et étrangers du monde musulman ».

 ……………….

A travers les différents axes de ce discours, Iyad Ag Aly, réaffirmant son leadership incontesté au Mali où il demeure incontournable, apparaît comme un chef qui a voulu marquer un tournant par un discours de rupture. Certes, les derniers évènements importants au Sahel comme l’annonce du retrait de Barkhane, la réorganisation du dispositif français, de même que les évolutions politiques au Mali suite au second coup d’Etat au Mali, ont pesé sur l’orientation d’un tel discours.

Saisissant parfaitement les nouveaux enjeux, tels que les appels à des négociations avec les groupes terroristes maliens et le redéploiement des forces dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, l’inévitable redistribution des cartes politiques au Mali, Iyad Ag Aly s’affirme en unificateur de l’action djihadiste. La focalisation sur la France, de même que les attaques frontales et personnelles contre son Président, relèvent d’une ferme volonté de mettre la pression sur ce dernier qui croyait, par l’annonce du retrait de Barkhane, avoir mis en parenthèse le débat sahélien d’ici les élections. L’annonce de la reprise des opérations conjointes avec l’armée malienne, le 2 juillet dernier, a pu être assimilée, dans le discours d’Iyad Ag Aly, à un soutien de la France à ce qu’il appelle « un régime putschiste transitoire ».

Le rejet de toute idée de collaboration à celui-ci, de même que toute forme de dialogue, s’inscrivent dans une radicalisation des positions du chef du JNIM-GSIM qui croit pouvoir compter sur une jonction des fronts djihadistes au Sahel. L’idée agitée par Iyad Ag Aly d’une réunification et d’une réconciliation des Maliens à travers une retrouvaille autour de « l’instauration de la religion de la charia » émerge dans un contexte de recrudescence des affrontements intercommunautaires. Elle cadre aussi avec l’idéal d’une alternative islamique au Mali et au Sahel face à des régimes laïcs, « corrompus et injustes » auxquels il faudrait opposer le « modèle islamique ».

Au-delà d’une simple affirmation d’un leadership, cette démarche unitaire de même que la jonction prônée des fronts djihadistes procède de l’idée d’un plus fort ancrage dans le djihadisme mondialisé au moment où, après le retrait américain, les talibans n’ont jamais été plus proches de la prise de Kaboul, capitale de l’Afghanistan.

Toutefois, l’échec de l’expérience d’un dialogue avec les Talibans de même que le rejet sans nuance, par l’un des principaux concernés, de cette option tant de fois agitée ces derniers temps au Sahel, reposent avec grande pertinence le débat houleux sur la négociation que prônent certains avec les extrémistes violents.