Tchad : nouveau chapitre politique et enjeux électoraux Spécial

© Tous droits réservés © Tous droits réservés

Source : Météo Sahel 

Télécharger l'intégralité de la Météo Sahel

 

Succès Masra, un ancien opposant au régime en place, a été nommé Premier ministre par le président de transition Mahamat Idriss Déby Itno. Cette nomination marque un tournant dans la politique tchadienne, remplaçant Saleh Kebzabo, un opposant historique à l’ancien président Idriss Déby Itno. Succès Masra, chef du parti Les Transformateurs, était connu pour sa forte opposition au régime militaire dirigé par le fils d’Idriss Déby Itno, ce qui l’avait conduit à s’exiler après la répression violente des manifestations en octobre 2022. Son retour au Tchad en novembre 2023, suite à un accord de réconciliation avec le gouvernement de transition, a marqué un nouveau chapitre dans la politique du pays. Dans son premier entretien international, il a exprimé sa confiance en la transition en cours et a évoqué la préparation des élections promises pour fin 2024.

Par ailleurs, le Mouvement Patriotique du Salut a désigné Mahamat Idriss Déby Itno, l’actuel chef de la junte, comme son candidat. C’est une décision contestée par la plateforme d’opposition et de la société civile Wakit Tamma. La composition du nouveau gouvernement de transition, dirigé par Succès Masra, comprend 41 membres, dont 5 ministres d’État et 11 secrétaires d’État. Certains ministres ont conservé leurs postes, tandis que de nouvelles nominations ont été effectuées, reflétant une volonté de renouvellement dans l’exécutif. Des débats ont lieu sur la mise en place d’une Agence nationale de gestion des élections (Ange), critiquée pour son manque d’indépendance. Cette agence, si elle est mise en place, aura pour tâche d’organiser toutes les opérations électorales dans le pays, mais sa composition et ses pouvoirs suscitent des inquiétudes quant à sa capacité à garantir des élections libres et équitables.

Pendant ce temps, des initiatives éducatives ont lieu, comme l’intégration des écoles coraniques au programme officiel national. Cette initiative vise à assurer l’éducation dans le pays en offrant un enseignement plus diversifié aux élèves des écoles coraniques, tout en les protégeant des influences néfastes de groupes extrémistes, notamment Boko Haram.

Parallèlement, près de 900 combattants du groupe rebelle tchadien UFDD sont rentrés au pays pour intégrer le processus de désarmement, conformément à un accord signé en 2022. Cette initiative vise à réintégrer les anciens combattants dans la société et à promouvoir la stabilité dans le pays, bien que des défis subsistent quant à la réintégration réussie de ces combattants dans la vie civile. Toutefois, des tensions persistent dans le pays, notamment en ce qui concerne les discussions supposées sur l’accueil de réfugiés palestiniens, que le gouvernement tchadien a formellement rejetées. Cette controverse souligne les enjeux politiques et humanitaires auxquels le Tchad est confronté, notamment en matière de politique étrangère et de gestion des réfugiés.

Enfin, le président de transition Mahamat Idriss Déby Itno a également entrepris une visite officielle en Russie, cherchant à renforcer les relations bilatérales dans divers domaines, notamment l’agriculture et le secteur minier.