Guinée : entre promesses de réconciliation et attentes citoyennes Spécial

© AFP © AFP

Source : Météo Sahel 

Télécharger l'intégralité de la Météo Sahel 

 

En Guinée, le régime militaire dirigé par le colonel Mamadi Doumbouya a suscité des attentes et des préoccupations en annonçant un référendum constitutionnel pour l’année 2024. Cette initiative, présentée comme une étape vers le retour à l’ordre constitutionnel et l’organisation d’élections démocratiques, a été accueillie avec un certain scepticisme compte tenu du contexte politique tendu du pays. Le coup d’État de septembre 2021, qui a renversé le président Alpha Condé, avait initialement soulevé des espoirs de changement, mais les récentes restrictions imposées à la liberté de la presse et à l’accès à Internet ont suscité des inquiétudes quant à la direction que prendrait la transition politique.

En effet, la répression croissante de la liberté des médias et la censure en ligne ont attiré l’attention de la communauté internationale. Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Volker Türk, a exprimé son inquiétude face à ces mesures, soulignant qu’elles ne respectent pas les normes internationales en matière de droits de l’homme. Les journalistes ont été harcelés, intimidés, et plusieurs ont été arrêtés. De plus, les autorités ont bloqué l’accès à plusieurs sites de médias sociaux et restreint l’accès à Internet, invoquant des impératifs de sécurité nationale. En réponse à ces restrictions, des manifestations ont éclaté, notamment une journée de mobilisation pour la liberté de la presse. Cependant, les forces de sécurité ont violemment réprimé ces manifestations, procédant à des arrestations et à des intimidations contre les journalistes et les membres de la société civile.

La détérioration de la situation des droits de l’homme en Guinée, telle que rapportée par la presse internationale, a conduit à une mobilisation accrue de la communauté internationale et des syndicats. Des organisations de défense des droits de l’homme, ainsi que des syndicats de journalistes, ont appelé à la libération des journalistes détenus, dont Sekou Jamal Pendessa du Syndicat des professionnels de la presse de Guinée (SPPG), placé sous mandat de dépôt, et à la restauration des libertés fondamentales. Selon un rapport du Comité pour la protection des journalistes, le nombre de journalistes incarcérés dans la région a augmenté, passant de 31 en 2022 à 47 au 1 er décembre 2023, mettant en évidence les défis persistants auxquels sont confrontés les professionnels des médias dans de nombreux pays de la région.