Situation politico-sécuritaire au Niger : Où va la transition ? Spécial

Au Niger, divers événements ont marqué l'actualité en ce mois d’avril 2024. Tout d'abord, la justice nigérienne a ordonné la remise en liberté d'Abdourahamane Ben Hamaye, un journaliste ayant travaillé auprès de l'ancien président Mohamed Bazoum, ainsi que de Mohamed Mbarek, cousin de l'épouse du président en détention Mohamed Bazoum. Ces deux hommes étaient détenus depuis l'automne dernier pour leur présumée implication dans une tentative d'évasion de l'ancien président et étaient accusés de complot contre l'autorité de l'État. Le juge des référés a mis fin à leur garde à vue en ordonnant leur libération, assortie d'une astreinte financière en cas de retard.

Ensuite, le Niger a confronté l'Algérie concernant les violences lors des opérations de refoulement de migrants ouest-africains par l'Algérie vers le Niger. Le gouvernement nigérien a convoqué l'ambassadeur d'Algérie à Niamey pour protester contre ces actions qu'il qualifie de violentes. Depuis 2014, des milliers de migrants en situation irrégulière ont été refoulés d'Algérie vers le Niger, pays considéré comme un point de transit vers l'Europe.

Par ailleurs, la junte militaire au pouvoir a dissous les conseils des collectivités territoriales élus fin 2020, sans fournir d'explication. Des militaires, officiers de police et civils ont été nommés pour diriger les collectivités, avec la capitale Niamey désormais sous la direction d'un colonel de l'armée en remplacement du maire civil précédent.

Dans un contexte sécuritaire tendu, une attaque terroriste près de la frontière avec le Mali a coûté la vie à six soldats nigériens, tués par l'explosion d'une bombe. En riposte, l'armée nigérienne a mené des frappes aériennes contre les terroristes impliqués.

Par ailleurs, le fils de l'ancien président, Mohamed Bazoum, a quitté le Togo pour rejoindre Dubaï afin de poursuivre ses études. Il avait été détenu avec ses parents pendant plus de cinq mois à la résidence présidentielle de Niamey et bénéficiait d'une liberté provisoire accordée par le tribunal militaire de Niamey.

Enfin, à Agadez, ville où se trouve une base aérienne utilisée par les États-Unis, des centaines de personnes ont manifesté pour demander le départ des soldats américains du Niger. Cette manifestation intervient après l'acceptation par Washington de la demande des autorités nigériennes de retirer les troupes américaines du pays. Les discussions sur le retrait des troupes américaines ont débuté entre les États-Unis et le Niger, en réponse à la dénonciation par le gouvernement nigérien de l'accord de coopération militaire avec les États-Unis.