Contre la désinformation sur la Covid-19, la presse en ligne sahélienne fait office de bouclier Spécial

Face à la nouvelle prolifération spectaculaire des théories du complot au Sahel dans ce contexte de pandémie, la presse en ligne se mue en rempart. Elle essaie, du mieux qu’elle peut, de limiter les dégâts.

La perception de la COVID-19 s’éclaircit davantage avec la horde d’articles produits dans les médias en ligne contre les théories complotistes. Ces théories aussi bien diverses dans la forme que dans le fond compromettent la réception des vérités sur la COVID-19 et ses corollaires. Pendant des mois, la chaine de télévision camerounaise Afrique Média a diffusé des contenus inexacts sur la Covid-19. Par exemple, il y a été dit que la Covid-19 est une grippe et que les Africains l’ont toujours soignée. De plus, des propos mettant en doute l’efficacité du test Covid y sont tenus. Ces contenus sont relayés sur d’autres plateformes comme Facebook et Whatsapp. Nous ne faisons pas cas de ce dernier dans cet article. Toutefois, ce sont des informations qui se propagent très rapidement dans les populations de bouche à l’oreille. Whatsapp est devenu plus puissant que la télévision de nos jours, et plus c’est viral, plus les gens ont tendance à penser que c’est vrai. Un simple message sur cette application de messagerie fait facilement le tour du monde.

La toile sénégalaise se révèle première productrice de contenus qui vont à l’encontre de ces théories de complot sur le virus chinois dans la zone sahélienne. La plupart des articles ou publications en ligne proviennent des sites d’informations. Ces contenus longs ou courts participent au rétablissement de la vérité sur la COVID-19. 

Le Sénégal compte déjà près de 10 millions de personnes connectées avec en moyenne 300 sites d’informations. Cela permet de comprendre la prolifération de flux d’informations sur le fil « Actualités » du géant américain d’internet Google, provenant des sites sénégalais. Dans un classement par score d’influence au Sahel, les sites internet d’informations sénégalais occupent 5 places sur 7. Avec cette part très active des médias sénégalais aux côtés des autres médias sahéliens, on présume que les citoyens Sénégalais sont plus éclairés. De ce fait, le débat sur la COVID-19 peut se poser autrement. Pour cela, il est très important que les médias en ligne au Sahel s’activent davantage dans la publication d’informations vérifiées sur la COVID-19.

Les informations diffusées ou relayées répondent à la volonté d’informer juste sur la réalité des faits. À l’instar d’autres sites d’informations sénégalais, news.sen360 avec un score d’influence de 65/100, informe par exemple du nombre de morts liés à la COVID-19, des décisions de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ou encore de la nécessité de voir le vaccin anti-COVID comme un dernier rempart contre cette pandémie.

Le site d’informations burkinabé lefaso.net (lien jhsdv) a publié un article dont le titre très significatif est « Vaccin contre la COVID-19 : Un panel pour éclairer davantage l’opinion burkinabè ». En effet, quoique moins influents comparés aux sites sénégalais, les autres sites d’informations sahéliens participent peu ou prou à la dissipation des contre-vérités par la publication de contenus qui font reculer les frontières de l’ignorance du virus et de ses avatars. Face à cette situation, il devient de plus en plus nécessaire de promouvoir l’éducation aux médias, afin que les citoyens parviennent eux-mêmes à séparer le bon grain de l’ivraie. Au regard de la qualité douteuse des informations qui ont circulé et qui malheureusement continuent de circuler sur la COVID-19, il est important que les médias s’intéressent au fact-checking, qui constitue une intéressante alternative pour réduire le champ de la désinformation.