L’arrivée du vaccin anti-Covid fait couler beaucoup d’encre au Sahel

La ministre malienne de la Santé et du Développement social, Fanta Siby, se faisant vacciner. La ministre malienne de la Santé et du Développement social, Fanta Siby, se faisant vacciner. News.cn

Au Sahel, les problématiques faisant écho aux multiples ressorts liés à la Covid-19 font maintenant débat depuis un an. L’arrivée des vaccins anti-Covid a rallumé la mèche, de plus belle. La réaction des Sénégalais et Maliens est indicatrice de l’accueil réservé dans les autres pays de la zone.

L’arrivée des vaccins anti-covid au Sahel a été à l’origine de diverses réactions sur Internet. Elle pose principalement le débat sur son efficacité, comme l'a affirmé le Pr Moussa Seydi, chef de service des maladies infectieuses à l'hôpital Fann de Dakar.  En effet, dès l’annonce de la réception du vaccin dans chacun des pays, la toile s’anime de multiples prises de position sur la thématique. En l’occurrence, les courbes d’activité des internautes sénégalais et maliens illustrent clairement l’engouement que suscite la nouvelle de vaccin. Que ce soit au Sénégal ou au Mali, la presse en ligne en a fait ses choux gras. La venue du vaccin est inscrite dans l’agenda médiatique comme un événement majeur, aussi bien sur les sites d’informations en ligne que sur les réseaux sociaux. 

          

 

Deux jours après la réception des vaccins par les autorités, le débat persiste notamment au Sénégal (200 mille doses), au et au Mali (396 mille) qui, respectivement, ont reçu le vaccin les 18 février et 05 mars 2021. Toutefois, le débat est beaucoup plus présent au Sénégal, premier pays du Sahel à recevoir le vaccin chinois Sinopharm pour ensuite recevoir le 3 mars, un autre lot de 324 mille doses d’AstraZeneca.

Si la vaccination à base d’AstraZeneca a seulement commencé le 1er avril dernier au Mali avec ses 396 mille premières doses, au Sénégal, elle suit son cours mais bute sur quelques obstacles. En effet, le pays doit faire face au challenge de la conservation des vaccins aux températures froides recommandées, en plus de l’acheminement des doses dans ses quatorze régions. 

 

Le Timbuktu Institute, le CESTI et Sayara International ont mis en place une veille de l'opinion publique digitale concernant la pandémie de la COVID-19. Grâce à notre plateforme de veille, nous analysons des milliers de publications qui émanent des réseaux sociaux, des sites d'information et des blogs, et qui, chaque jour, sont diffusées dans 8 pays du Sahel (Sénégal, Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso, Cameroun, Tchad, Soudan).

 

Soumettez-nous une information, les journalistes du CESTI la vérifieront.

Restez informés sur les actions et activités menées par le CESTI et le Timbuktu Institute pour combattre la désinformation au Sahel.

Pour toutes informations sur " La vérité sur la COVID-19 "