Entre le « vent de sable » sahélien et la tempête de mer à venir sur les côtes ouest-africaines, on voit déjà se dessiner le débordement des épicentres et une conquête acharnée de nouveaux territoires insoupçonnés du Djihadisme aussi bien dans les grands lacs qu’au Mozambique Le vent de sable sahélien ne doit pas fermer les yeux sur le mal de mer à venir. Va-t-on vers des liaisons dangereuses plus affirmées entre crime organisé et terrorisme sur les côtes ouest-africaines avec le glissement des théâtres d’opération dans un contexte où l’Est du continent connaît une montée inattendue du djihadisme? 

Des pays comme le Bénin, le Togo voire le Ghana sont déjà conscients de l’ampleur grandissante du terrorisme qui, en réalité, a déjà traversé leurs frontières. Même si la menace d'une radicalisation locale est pour l’heure limitée, les recrutements de terroristes se multiplient avec des jeunes Ghanéens ayant rejoint Daech dès 2015. Les récents conflits armés dans lé région (Sierra Leone, Libéria) facilitent la circulation des armes dans un contexte de porosité des frontières et des arsenaux encore intacts aux mains d’acteurs transnationaux jamais aussi mobiles. Rien qu’à partir du Ghana, plus de 80 points d’incursions hors contrôle le long des frontières du Togo, du Burkina Faso et de la Côte d'Ivoire font, aujourd’hui, de l’accès des groupes terroristes à la mer une réalité probante. Le spectaculaire incident d'enlèvement d’étrangers en 2019 au Bénin devient aujourd’hui anecdotique avec la récurrence d’arrestations d’individus armés en provenance du Burkina Faso au Togo de même que le démantèlement de cellules terroristes dans ce pays. La connexion entre réseaux terroristes et criminels depuis les couloirs sahéliens avec les cartels sud-américains fait planer le risque d’une aggravation de l’insécurité. D’ailleurs, aussi bien les Etats-Unis que l’Union européenne se sont déjà ouvertement engagés dans la prévention d’une telle situation tandis que ces mêmes pays côtiers sollicitent l’appui des instances internationales de lutte contre le terrorisme pour parer à toute éventualité. Si ce n’est déjà un peu tard !

La conquête de l’Afrique ou le retour de l’Histoire ?

De la même manière qu’une approche géopolitique occidentale dominante dans les années 80 avait induit vers l’erreur d’une dissociation paradigmatique entre espaces subsahariens et le Nord du Sahara au prix d’une surprise sécuritaire dont on n’est toujours pas sorti, l’on a semblé négliger le fait que l’Afrique de l’Est et du Sud étaient depuis le Moyen-Age, la terre de prédilection des conquêtes et des incursions musulmanes. On s’étonne de voir la province du Cabo Del Gado devenir un nouveau théâtre d’une insurrection qui n’est qu’à ses débuts en oubliant que déjà à l’époque de Vasco de Gama, un certain souverain Musa Bin Bique avait donné son nom à ce sultanat musulman de l’île de Mozambique puis à ce pays bien avant l’établissement tardif des Portugais en 1544. Nul ne sait autant que les théoriciens de Daech jouer des symboles ou des narratives de conquête. L’organe de propagande de l’Etat islamique, Al-Naba, fait état, dans ces récentes parutions essentiellement consacrées à l’Afrique, de l’insurrection au Cabo del Gado comme nouveau refuge des groupes terroristes vaincus ou affaiblis au Levant. Ni le Mozambique ni la communauté internationale n’avait prévu une telle insurrection avec une charge religieuse catalysant revendications et frustrations de divers ordres. Devant l’ampleur du phénomène les analystes divergent sur l’origine d’une telle situation en évoquant, pour certains, des Chebabs sanctuarisés en RDC recrutant au Burundi, au Rwanda et en Ouganda tandis que d’autres y signalent l’afflux d’ouest-africains de pays majoritairement musulmans et de la diaspora. Ils se seraient radicalisés à partir de divers terrains du djihadisme en Afrique mais aussi en Europe.

La situation si floue au Mozambique risque de devenir encore plus complexe avec une dimension transnationale mobilisant de fortes minorités musulmanes dans les Grands Lacs et profitant, de plus en plus, de la multiplication des zones d’instabilité, attirant les éléments des anciennes rébellions dont ceux de Hussein Rajabou au Burundi aux insurgés en Républque Démocratique du Congo.

Conquistadors et Eldorado : l’Afrique ; une plateforme multifonctionnelle du terrorisme mondial

Dans ce contexte où l’Etat islamique cherche un plus solide ancrage territorial et des alliances au sein de la population du Cabo Del Gado, les théoriciens de Daech continueront de surfer sur la rhétorique de communautés musulmanes qui seraient « opprimées » dans des pays de forte « culture chrétienne » comme le Mozambique. Des éléments originaires de divers pays d’Afrique de l’Est et même de l’Ouest s’y étaient déjà improvisés en filiale de Daech en 2017. Des pays comme la Tanzanie ayant connu, bien avant le Mozambique, des attentats et des incursions périodiques des Shebabs semblent sont aujourd’hui, certes, préoccupés par cette situation sécuritaire tout en évitant de devenir un front ou un sanctuaire en cas d’intervention régionale ou internationale

Les Grands Lacs ne sont pas en reste avec des incidents récurrents ; signe de la montée du péril djihadiste dans cette région déjà en proie à d’interminables conflits. A partir des attaques d’avril 2018 ayant coûté la vie à plus de 8 militaires et d’autres civiles dans la zone de Kamango au Nord Kivu près de la frontière congolo-ougandaise et incursions contre la base de Bovata, Daech y avait déjà annoncé la naissance de la « Province d’Afrique centrale ». Depuis, les Forces démocratique Alliées (FDA), au Congo, revendiquent le statut de faction de l’Etat islamique qui compte, ainsi, s’étaler de la Somalie au Mali après avoir été filiale d’Al-Qaida dans la région. L’arrestation en 2018 de Walid Zein et de Halima Adan qui ont établi, à partir de la région, un vaste réseau complexe de facilitation financière de l’Etat islamique couvrant l'Europe, le Moyen-Orient, les Amériques et l'Afrique de l'Est est un des signes d’un nouveau statut multifonctionnel de l’Afrique comme plateforme incontournable dans l’attelage du terrorisme international.

Cette dynamique sans commune mesure inaugure une nouvelle ère : la transformation progressive des zones de conflits d’Afrique centrale riches en minerais et politiquement instables en véritable eldorado du financement du terrorisme mondial. Une africanisation du Djihad à l’heure d’une mondialisation des vulnérabilités dans un contexte post-covid19 avec son lot de populisme et de surenchères identitaires qui n’augurent en rien d’une stabilité régionale encore moins d’une hypothétique victoire contre le terrorisme international.

Dr. Bakary SAMBE

Directeur du Timbuktu institute-African Center for Peace studies - Dakar

Dans une récente interview avec « Philosophie magazine », l'historien et penseur français Marcel Gauchet déconstruit l'idée communément admise de « l'exception arabe » dans le processus de sécularisation planétaire.  

Pour Gauchet, le monde arabe est traversé  par les mêmes dynamiques de modernisation culturelle et sociale qui ont marqué le parcours des sociétés occidentales. La rationalité scientifique, la gouvernance techno- économique, le positivisme juridique sont les points saillants de cette évolution constante vers le mode de sécularisation portée par le mouvement de la mondialisation. 

La remarque de Gauchet s'inscrit dans le débat passionné qui agite actuellement les milieux intellectuels et politiques français. 

L'idée en vogue dans ces milieux est celle de la consubstantialité du religieux, du juridique et du politique en islam, ce qui entraverait objectivement les opportunités de modernisation séculière dans les sociétés arabes à majorité musulmane. 

Deux versions de cette assertion sont à distinguer ici : une version savante qui puise sa teneur argumentative du corpus doctrinal islamique classique appréhendé à l'aune des systèmes juridiques formels contemporains, et une version idéologique qui met l'accent sur les déboires de l'islamisme radical considéré comme la quintessence même de l'islam comme religion et structure dogmatique. 

Pour les tenants de la version savante, la spécificité de l'islam dans la tradition monothéiste relève de son fondement normatif juridique qui détermine même sa configuration théologique : Dieu est avant tout le souverain suprême qui impose sa volonté absolue par ses prescriptions sacrées à ses créatures serviles. L'islam, selon cette approche, serait une orthopraxie axée sur des pratiques régulées et non une théologie ou une éthique humaniste. 

La rationalité scientifique, la gouvernance techno- économique, le positivisme juridique sont les points saillants de cette évolution constante vers le mode de sécularisation portée par le mouvement de la mondialisation

Cette conception du juridico - politique en islam est une construction théorique tardive, influencée par la vision moderne du droit positif comme émanation d'un pouvoir souverain (en l'occurrence l'Etat-  Nation). Les études monumentales de Wael Hallaq sur l'histoire du Fiqh islamique ont mis en évidence que le système normatif islamique classique ne répond nullement aux critères du droit moderne, on peut même le concevoir comme un anti-juridisme dans la mesure où la souveraineté divine ne peut-être objectivée dans des lois formelles ou positives. Le normatif dans l'islam classique est plus une visée éthique, des impératifs absolus à traduire dans l'économie de la praxis  humaine, qu'un corpus réglementaire ou un code juridique. De ce fait, Hallaq parlait à propos de ce qu'on nomme habituellement  « l'état islamique » d'un « impossible state ». 

La version idéologique de la théorie du caractère juridico- politique de l'islam est le point de jonction entre les courants d'islam politique et la nouvelle islamophobie raciste qui réduit l'islam à ses pires et plus radicales déviances. 

Le nœud conceptuel des tendances d'islam politique pourrait être résumé par la célèbre formule de Hassan Al- Banna, fondateur du mouvement des frères musulmans, pour qui « l'islam est à la fois une religion et un état, un livre révélé et un sabre ». Cette formule réélaborée et réinvestie en théorie de légitimité politique est la source profonde et ultime des sectarismes radicaux qui ont dévasté le monde arabe ces dernières décennies. Bien qu'elle fût dénoncée et récusée par la majorité absolue des grands érudits et spécialistes de l'islam dès sa première énonciation, cette formule continue à être la pièce maîtresse du discours  haineux sur l'islam . 

De par sa profession de foi idéologique même, l'islamisme radical est une illustration claire de l'effet de sécularisation sur le champ religieux, il traduit le phénomène moderne  de privatisation, d'individualisation, bien qu'il soit une tentative de transfert de la spiritualité islamique en idéologie de  combat ou de pouvoir. 

La résurgence du religieux dans ses formes multiples actuelles (communautaire ou identitaire, radical ou violent ...) n'est pas spécifique aux sociétés arabo - islamiques, bien que les crises structurelles dont souffrent ces sociétés se traduisent souvent dans le champ religieux. Les enquêtes et recherches anthropologiques ont largement démontré que le transcendant, le sacré, la communion ne sont pas l'apanage exclusif des religions ; ils sont les racines même du lien social et peuvent être malléables et manipulables dans diverses directions. 

Dans la dynamique de mondialisation actuelle, les formes ravivées du religieux sont à cerner comme l'autre face de la logique d'uniformisation, de globalisation planétaire qui nourrit et attise les demandes identitaires comme blocs de subjectivité différenciée. 

Le radicalisme religieux dans le contexte arabo-musulman ne résulte donc ni d'une tradition scripturaire ou normative originelle, ni d'un imaginaire culturel initial, elle est plutôt l'effet  d'une conscience malheureuse en rupture avec les fonds spirituels et éthiques de l'islam classique. C'est dans ce sens qu'il est une consécration notoire de la dynamique même de sécularisation dans sa face sombre.  

Seyid Ould Abah est professeur de philosophie et sciences sociales à l'université de Nouakchott, Mauritanie, et chroniqueur dans plusieurs médias. Il est l'auteur de plusieurs livres de philosophie et pensée politique et stratégique.

 

Seyid Ould Abah est professeur de philosophie et sciences sociales à l'université de Nouakchott, Mauritanie, et chroniqueur dans plusieurs médias. Il est l'auteur de plusieurs livres de philosophie et pensée politique et stratégique.

Docteur Bacary Sambe, le directeur de Timbuktu Institute, a porté à Mbour, pendant week-end, le plaidoyer de la valorisation des écrits des intellectuels et écrivains sénégalais en langue arabe. Il a en plus demandé au Chef de l’Etat la réouverture de la section de l’école nationale d’administration pour les arabisants. Son vœu a été fait lors de la cérémonie de dédicace du livre titré ‘’Laxas’ ’en wolof et écrit par l’imam Maodo Malick Fall de la zawiya El Hadji Malick Sy de Mbour.

L’ouvrage retrace son itinéraire du Sénégal en Egypte en passant par le Niger, le Burkina-Faso et la Tunisie. Cette volonté a abouti en Egypte où il a parfait ses études à Al Azhar. Le directeur de Timbuktu Institute a facilité l’édition de cet ouvrage à Timbuktu Institute et au Caire.

A l’en croire, cela participe à la valorisation du patrimoine et des intellectuels de langue arabe. Par la même occasion il y voit une magnification de la culture. Revenant sur l’essence de la publication dite ‘’ Laxas’’, Docteur Sambe dira :’’l’ouvrage vient expliquer le sacrifice d’un fils de Mbour, qui, à l’absence d’une bourse d’études, a migré par voie terrestre traversant le désert du Sahara et plusieurs pays pour aller à la découverte et à la quête du savoir.’’ Aujourd’hui, les données sont autres. De nombreux jeunes ouest-africains font des odyssées macabres pour des raisons économiques à travers l’émigration clandestine vers l’Europe .

Selon lui, l’auteur, au prix de mille sacrifices, a enduré beaucoup de difficultés et peines. Il a invité les jeunes à apprendre de son expérience et à en faire un gouvernail. Son périple des années 1970-1980 n’a pas été facile car à l’époque, traverser les frontières et braver certains défis n’étaient pas faciles à faire. Sur un autre registre, Bacary Samb a fait une demande au Chef de l’Etat et aux autorités sénégalaises du pays pour la réouverture de la section des arabisants à l’Ecole nationale d’administration. Cela, pour lui, est une opportunité et va participer à la formation des diplomates en langue arabe et d’une représentation dans le monde arabe. Mouhamed Bachir Fall, fils de l’auteur de ‘’Laxas ‘’ a insisté sur l’itinéraire de son père revenu au Sénégal en 1985 pour exercer les fonctions d’imam et d’éducateur jusqu’à nos jours à la zawiya El Hadji Malick Sy de Mbour.

Le retour d’Egypte a été activé par des raisons de santé .L’ouvrage ‘’Laxas a attendu avant d’être publié car était écrit en arabe. La première mouture du manuscrit est faite en arabe pour être traduite en français et éditée par le concours de Bacary Sambe avec Timbuktu Editions au Caire (Egypte).

Source: Sud Quotidien

MEDI1TV et Radio Méditerranée Internationale (Medi1 radio), dans un communiqué parvenu ce mercredi à APA, annoncent avoir noué un partenariat avec Timbuktu Institute pour valoriser l’expertise africaine dans l’analyse de l’actualité continentale et internationale.Ce partenariat se matérialisera par la contribution des chercheurs du Timbuktu Institute dans les carrefours d’information des antennes de Medi1 (radio et télévision), ainsi que sur l’ensemble de ses plateformes digitales, informe le document.

À cet effet, souligne la note, le canal MEDI1TV Afrique, la chaine panafricaine disponible sur le satellite et le bouquet Canal+ Afrique, lance un nouveau rendez-vous dénommé « l’Hebdo Africain ». Le Directeur du Timbuktu Institute, Dr Bakary Sambe, y exposera, chaque mercredi, les perspectives d’une thématique d’actualité sur le continent lors d’un entretien hebdomadaire.

Medi1 radio et Medi1TV feront aussi régulièrement appel à l’ensemble des chercheurs du Timbuktu Institute, basés dans les capitales d’Afrique de l’Ouest, afin de mieux appréhender les questions économiques, politiques et sociales d’un continent en pleine croissance et transformation, ajoute le communiqué.

Pour Bakary Sambe, cité dans le communiqué, « cette coopération interafricaine marque une reprise de parole de l’Afrique sur elle-même et en dialogue avec les autres, elle donnera une forte visibilité à nos travaux et nos chercheurs pour un débat encore plus profond dans l’espace public ».

« Assumant pleinement leur vocation africaine, Medi1 radio et MEDI1TV ouvrent de nouvelles perspectives de coopération, mutuellement bénéfiques avec les acteurs majeurs de la recherche africaine, qui marquent un intérêt continu et une implication substantielle en faveur du progrès de notre continent, au bénéfice de nos auditeurs en Afrique et ailleurs », a déclaré de son côté le Président Directeur Général de Medi1 radio et de MEDI1TV, Hassan Khiyar.

 

Convaincu de la densité des échanges culturels entre la France et les pays Sahel, Timbuktu Institute et Polaris Asso, deux organisations africaines oeuvrant pour la promotion de la culture de la paix et l’autonomisation des jeunes, se sont alliés avec l’association française Article 1 pour célébrer chaque année la Journée Mondiale de l’Égalité des Chances - JMEC - depuis 2019.

Après une première édition réussie en 2019, à Dakar, Timbuktu Institute et Polaris Asso étendent le périmètre d’action à Bamako, avec le soutien de l’Ambassade de France au Mali par le biais de son service de Coopération et d’Action culturelle. 

Cette première édition de la Journée Mondiale de l'Égalité des Chances s’est tenue au Centre Culturel BlonBa, en la présence de SEM le Ministre de la Jeunesse et des Sports, Mossa Ag Attaher, de Monsieur Didier Maze, 1er Conseiller à l’Ambassade de France au Mali et du Docteur Bakary Sambe, Directeur du Timbuktu Institute.

Un accompagnement de 12 mois offert aux lauréats

En marge de la Journée Mondiale de l'Égalité des Chances, 20 jeunes leaders associatifs de Bamako ont été sélectionnés sur plus de 240 candidatures. Ces derniers vont bénéficier, sur une période de 12 mois, d’un programme de renforcement de capacités. Cet accompagnement va mixer des enseignements en ligne et physique et portera sur des modules relatifs à l’entrepreneuriat, à la construction de la paix, aux soft skills, à la communication numérique, au leadership, etc.

Pour Ousseynou Gueye, responsable des programmes jeunesse de Timbuktu Institute et animateur de cette cohorte de jeunes leaders, l’objectif est qu’à la fin de ce programme de formation, les jeunes soient davantage outillés pour faire passer à l’échelle leur projet entrepreneurial et ainsi avoir plus d’impact au sein de leur communauté.

Un plaidoyer impulsé à l’échelle mondiale par l’association française Article 1

La Journée Mondiale de l'Égalité des Chances qui en est à sa 6ème édition est une initiative de l’association française porté au sein de son programme Different Leaders. Cette année, elle a été célébrée dans plus de 50 villes et une dizaine de pays à travers le monde.

Faciliter la réussite académique ou professionnelle des jeunes de milieux modestes ; interpeller les décisionnaires des secteurs public et privé sur leur responsabilité en la matière ; se former ; s’engager … voilà, entre autres, les objectifs assignés à cette journée qui chaque année, conquiert de nouveaux pays et villes.

Timbuktu Institute et Polaris Association se sont engagés à faire passer l’initiative, progressivement, à l’échelle régionale du Sahel.

Cette note analytique est préparée par Noémie GERVAIS, Stagiaire au Timbuktu Institute ayant beaucoup travaillé sur les questions liées à l’éducation à la paix mais aussi aux initiatives juvéniles en temps de crise. Cette note est préparée à partir des résultats de la recherche menée par le Timbuktu Institute en partenariat avec la Fondation Konrad Adenaueer sur les sociétés civiles sahéliennes face à la pandémie de COVID-19

 Par Noémie GERVAIS

Aujourd’hui, les spéculations sur les contrecoups sanitaires de la COVID-19 en Afrique occupent de moins en moins le paysage médiatique au moment où les effets de la pandémie sur la population sont toujours présents. En réalité, bien que moins touchée que le reste du monde, l’Afrique n’a pas fini de subir les conséquences de cette crise, du fait de son niveau de développement économique mais aussi de la jeunesse de sa population. En effet, 75% des ouest africains ont moins de 25 ans.Cela représente un défi majeur en matière d’éducation et d’emploi et pourrait, à terme, être amplifié par cette crise.

Malgré une situation sanitaire inquiétante, les jeunes ont relativement été épargnés en termes de décès et de complications. Ils ont cependant été plus touchés par les conséquences de cette crise sanitaire, notamment par les mesures restrictives mises en place. Cela a parfois déclenché des actes de violences contre ces mesures restrictives mises en place pour contrer la propagation du virus.

Cette synthèse examine les conséquences spécifiques de la COVID-19 sur la jeunesse sahélienne souvent assimilée à la vulnérabilité. En raison d’une faible couverture médiatique de ce sujet, cet article exposera de manière succincte, les réponses que les jeunes ont apportées face à cette crise.

 I- L’hybridité des conséquences de la COVID-19 sur la situation des jeunes

Dès l’apparition des premiers signes de la pandémie, les États sahéliens ont adopté des mesures drastiques afin de contrer la propagation du virus, notamment en fermant les écoles et universités considérées comme foyers de contagion.Or,cette volonté de limiter la propagation de la COVID-19, selon l’UNESCO, avait déjà entrainé à la date du 31 mars 2020, la déscolarisation d’environ 1,54 milliard de jeunes et d’enfants inscrits à l’université et à l’école.

 Aujourd’hui, malgré les défis infrastructurels auxquels le continent africain doit faire face, chaque État a dû mettre en place ses propres stratégies d'apprentissage en ligne. Dans toute la région, plusieurs dispositifs ont été mis en place par les ministères de l’éducation afin d’assurer une éducation à distance. De plus, cette crise sanitaire s’ajoute à une crise éducative déjà présente, par exemple au Mali, en raison de la situation conflictuelle que le pays traverse depuis 2012.

Les inégalités d’accès au numérique entre les populations urbaines et rurales témoignent d’une fracture numérique affectant rudement le continent qui s’accentue durant cette crise sanitaire, et se traduit par une répartition inégalitaire de l’enseignement à distance et une réduction des chances de réussites des enfants défavorisés dans les études.

L’urgence est donc d’investir massivement dans les nouvelles technologies en particulier le e-learning, pour pallier à la crise éducative engendrée par l’épidémie. Il paraît donc nécessaire de créer des stratégies pour faire face à de futures crises comme celle-ci dans le contexte de la réalité africaine.

Également, l’emploi des jeunes est sévèrement affecté par la pandémie à coronavirus. Avec les restrictions liées aux déplacements, le taux de chômage des jeunes a fortement augmenté. Selon l’Organisation Internationale du Travail (OIT), chez les 18-24 ans, un jeune sur six a complètement cessé de travailler. Cela se ressent également au Niger, où 89% des filles et garçons rapportent une perte de revenu.

Cette situation affecte ainsi les niveaux de vie des populations en ce qui concerne l’accès à la nourriture. Celles-ci seront donc plus préoccupées par l’amélioration de leurs conditions de vie que par le respect des mesures-barrières. Aussi, la crise sanitaire a engendré des tensions relationnelles au sein de certains foyers.

Progressivement, l’idée que les jeunes « responsables » sont les vecteurs de la maladie est apparue. Au Sénégal, le 07 Août 2020 le ministre de l’intérieur a ainsi déclaré que les « jeunes constituent des vecteurs de transmission aux personnes âgées lesquelles en meurent ». Ceci a été interprété par nombre de jeunes comme une stigmatisation dans un contexte où leur situation socio-économique se détériore.

II- De la contestation des mesures restrictives de libertés au passage à la violence

Afin de limiter le risque de propagation du virus, les autorités compétentes du Sahel ont mis en place des règlementations telles que des couvre feux dont les horaires diffèrent d’un pays subsaharien à l’autre. Cependant, ces restrictions n’ont pas été bien accueillies chez les jeunes qui ont d’abord contesté pacifiquement avant de descendre dans les rues, manifestant leur mécontentement, tout en criant parfois au complot.

Également, lorsque le Président Sall a déclaré que le Sénégal n’était pas en mesure d’organiser des vols de rapatriement, l’indignation et la colère de la jeunesse sénégalaise est montée notamment sur les réseaux sociaux. Cependant cela n’a pas démotivéles jeunes dans leur volonté de vaincre ce virus tout comme Adam, jeune activiste malienne, venant en aide aux personnes déplacées et aux enfants démunis à travers son organisation Association des jeunes pour la citoyenneté active et la démocratie (AJCAD).Selon elle, le couvre-feu n’a pas empêché la propagation du virus.

Ensuite, la jeunesse a protesté de plus en plus violemment contre l’autorité de l’état.Les jeunes du Niger, ont été parmi les premiers à défier le couvre-feu établi et l’interdiction de la prière collective. De nombreuses régions ont été le théâtre de manifestationsviolentes et d’arrestations multiples parfois de mineurs. Au Sénégal, les quelques mois de confinement ont engendré un scénario quasi similaire à celui observé au Niger.Des émeutes ont eu lieu dans plusieurs villes, notamment dans la capitale. Mais, d’une manière générale, la jeunesse sénégalaise s’est montrée relativement hostile à la gestion même de la maladie. En réponse à cela, le gouvernement du Président Sall a décidé d’assouplir les mesures de sécurité.

Malgré les différents accès de violence dans les différents pays du Sahel, la jeunesse s’est aussi distinguée, parfois par la créativité, en renforçant la résilience et les actions de solidarité nécessaires en temps de crise.

 III- Résilience et créativité des jeunes face à la COVID-19

 

            Des acteurs résilients de par leurs actions

La couverture médiatique de la thématique « jeunes et COVID-19 » au Sahel, a donné une grande visibilité de leurs initiatives et contributions au sein de leurs communautés. De nombreuses ONG ont travaillé avec des centaines de jeunes afin de sensibiliser les populations à l’importance des gestes barrières et aux enjeux liés au coronavirus.

Mais la plupart des jeunes n’ont pas attendu d’appui pour mettre en place leurs propres initiatives tout comme un étudiant en pharmacologie de Dakar qui a produit du gel hydroalcoolique pour le distribuer dans son quartier en faisant du porte-à-porte. Au Mali, la jeunesse s’est distinguée en mettant en place des outils de technologie comme par exemple des respirateurs artificiels ou encore des portiques désinfectants. Des jeunes diplômés en médecine au Niger ont décidé de se mettre en première ligne afin de prendre en charge des personnes infectées par le virus.

Alors que le reste du monde se dé-confine, la sensibilisation devenait encore plus que nécessaire en Afrique et ce, par le biais des réseaux sociaux. Facebook a mis en place un Centre d’Information sur le coronavirus afin de mieux toucher les jeunes et de les informer des mises à jour faites par les autorités sanitaires au sujet de la maladie. Les jeunes étant les premiers utilisateurs de ces médias, deviennent alors le public cible. Selon le chef du gouvernement mauritanien, la nouvelle stratégie de lutte contre le coronavirus est basée sur l’implication des jeunes dans la sensibilisation aux dangers du virus et les moyens de le prévenir, tout en appelant les citoyens au respect des mesures préventives.

             Le coronavirus, un booster du talent et de la créativité juvéniles ?

 

Si la pandémie a suscité de la frustration par l’effet du confinement, elle a cependant permis à la jeunesse sahélienne de prouver son ingéniosité à travers la culture et l’innovation technologique.

Les différentes innovations technologiques notées au cours de cette période renforcent l’idée selon laquelle la jeunesse africaine présente une ressource humaine sûre et susceptible de changer l’avenir du continent. Ces jeunes sont capables de contribuer à l’effort collectif, sont porteurs de solutions innovantes durables et demandent parfois d’être soutenus afin d’intégrer les gouvernements. D’ailleurs, certains l’affirment et déclarent : « Nous restons confiants en la réussite de cette mission, car ces jeunes ont tous les critères pour mener la politique gouvernementale avec succès ».

 

Également, d’autres jeunes, en dehors du milieu universitaire, ont eux aussi investi à leur manière, leur talent dans le cadre de la riposte contre la COVID-19. Les étudiants des écoles professionnelles et techniques ont pris des initiatives pour vaincre ce virus avec ou sans l’utilisation des nouvelles technologies. 

 

            L’art, une thérapie au secours de la science?

L’épidémie a impacté positivement le milieu artistique, de nombreux messages de sensibilisation ont été véhiculés à travers l’art et notamment la musique. Les artistes nigériens Althess Slameur et Akeem Eking ont, à travers leurs musiques, diffusé des messages de prévention auprès des jeunes.

On peut en déduire que la pandémie du coronavirus est une crise qui a débouché sur une précieuse opportunité de réveiller et de booster le talent qui sommeillait dans la jeunesse en dépit des problèmes de moyens auxquels ils font face.

Conclusion
La crise du coronavirus a mis en exergue les vulnérabilités qui pèsent sur beaucoup de domaines en Afrique. Cependant la jeunesse, parfois instigatrice de tensions, a su mettre son dévouement, sa résilience et son potentiel au service des différents pays afin de lutter efficacement contre le coronavirus.
Cette pandémie a également révélé la limite de certains services sociaux comme la santé et l’éducation, lesquels ont un besoin urgent d’amélioration.

Finalement, la présence des technologies s’est révélée très importante en cette période de crise sanitaire.Il apparaît alors urgent de mobiliser une grande partie du continent africain dans le développement des technologies de l’information et de la communication.