Malgré un climat général de suspicion, l’écrasante majorité des Sahéliens est consciente de la gravité de la COVID-19 d’après l’étude sur les populations sahéliennes réalisée, en plein COVID, par Sayara International et le Timbuktu Institute. Cependant, même faible, une certaine proportion des populations ne respecte toujours pas les mesures de prévention. 
 
Selon les résultats de cette étude réalisée dans l’objectif d’analyser les perceptions des populations du Sahel à propos des informations sur la COVID-19, les Sahéliens sont très majoritairement conscients de la dangerosité de la pandémie. Avec un échantillon aléatoire - comportant plus de 4000 répondants (KAP), 80 enquêteurs, 7 superviseurs locaux, plus de 30 entretiens qualitatifs (KIIs) et 95% de représentativité -, près de 80% croient que le risque de COVID-19 est un danger pour leur communauté.

Ce sont dans les zones rurales que les populations prennent moins la mesure du sérieux de cette pandémie. Les populations urbaines sont, elles, plus conscientes des dangers de la COVID-19. En effet, si près de 60% des Sahéliens vivant dans les zones rurales sont conscients des risques de la maladie, ils sont 70% en milieu urbain, donc, environ 40% des Sahéliens pensent qu’il est grandement important de prendre des mesures pour se protéger contre la pandémie. L’étude montre que 40% des Sahéliens pensent qu’il est très important de prendre des mesures de prévention pour se protéger contre la pandémie, et seuls 11% n’y prêtent pas attention. Données intéressantes, ils sont peu nombreux à connaître une personne ayant contracté la maladie. Seuls 20% des populations interrogées connaissent une personne qui a déjà eu la COVID-19.

27% peinent à respecter la distanciation d’au moins un mètre

Toutefois, si 33% des Sahéliens estiment qu’il est extrêmement important de prendre des mesures de prévention, seuls 11% n’y prêtent pas attention. De plus, environ 27% des populations sahéliennes se disent rarement capables de rester à au moins un mètre de distance d’une autre personne ne faisant pas partie de leur foyer, tandis que 28% d’entre elles disent parfois observer cette mesure de prévention. De fait, les Sahéliens peinent à respecter cette mesure étant donné, notamment, leur habitude de vivre en communauté. Enfin, certains pensent toujours que la COVID-19 est une vulgaire grippe inoffensive. Il n’y aurait donc pas de raison valable d’adopter ces mesures de prévention. 

Marie Suzanne Batista

Les Sahéliens pensent qu’il est important de prendre des mesures pour venir à bout de la COVID-19. D’aucuns estimeraient que le milieu de résidence (urbain ou rural) constituerait un facteur influant fortement sur la perception et la mise en pratique par les populations des mesures de prévention. Pourtant, une étude menée par Timbuktu Institute et Sayara International démontre que les écarts ne seraient pas aussi conséquents qu’envisagés a priori.

 

L’objectif de cette enquête est d’analyser les perceptions des populations du Sahel à propos des informations sur la COVID-19. Réalisée dans huit pays (Sénégal, Mauritanie, Mali, Burkina-Faso, Niger, Tchad, Cameroun, Soudan), elle vise à évaluer les pratiques de la population cible concernée par rapport à la COVID-19. Cette étude conduite en décembre 2020, avec un échantillon de plus de 4000 répondants, sur des données quantitatives (KAP) et plus de 30 entretiens qualitatifs (KIIs), est menée par 80 enquêteurs et 7 superviseurs locaux. L’échantillonnage probabiliste et aléatoire permet à chaque individu de la population cible d’avoir la chance d’être interrogé. Quatre variables (l’âge, le sexe, le niveau d’éducation, et le milieu de résidence [rural/urbain]) ont permis de mieux atteindre la cible.

 

Au Sahel, les mesures de prévention contre la COVID-19 sont relativement appréciées au sein des communautés. Près de 55% des citadins contre 52% des villageois pensent qu’il est important de prendre des mesures pour endiguer la propagation du virus.  18% des urbains et 11% des ruraux donnent une extrême importance aux mesures de prévention. Environ 30% des ruraux et 33% des citadins estiment que les membres de leur communauté attachent de l’importance aux mesures de prévention contre la propagation de la COVID-19. C’est largement supérieur aux 3% des villageois et 7% des urbains qui présument que les membres de leur communauté considèrent qu’il est extrêmement important de prendre ces mesures. 

La campagne et la ville sont deux facettes d’une même réalité spatiale et socio-temporelle mue par l’accroissement de la population. Elles ne s’opposent donc pas. À presque égalité, environ 28% des ruraux comme des urbains répondent que les membres de leur communauté pensent qu’il est légèrement important de prendre des mesures préventives contre la maladie.

L’espace rural est vaste, avec une faible densité démographique. Et de par leurs activités professionnelles, les habitants des campagnes semblent moins exposés à la COVID-19. Cependant, cela implique aussi qu’il existe souvent des affinités entre villageois. Dès lors, 52% seulement des habitants des campagnes respectent parfois ou rarement la distance d’au moins un mètre des personnes ne faisant pas partie de leur foyer. Étonnamment, cela se constate également en ville, où 53% des personnes interrogées disent respecter parfois ou rarement la distanciation sociale.  

La distanciation sociale, négligée en milieu rural comme en milieu urbain

Quant à ceux qui ne respectent jamais la distanciation sociale, ils sont 12% de citadins et 15% de campagnards. Enfin, ceux qui respectent souvent ou toujours cette distance de sécurité sont 29% en milieu rural et 33 % dans les villes. Seulement 1% des villageois contre 3% des urbains répondent que tout le monde porte un masque de protection ou se couvre le visage pour se rendre en public. 22% parmi ces derniers connaissent 10 personnes sur 100 qui portent un masque, et moins de 5% ne connaissent personne. 25% de villageois en connaissent 10 sur 100, et 8% n’en connaissent aucunes qui portent un masque. Allant à l’encontre de l’intuition première des chercheurs ayant mené cette étude, celle-ci conclut que les écarts entre les villes et les campagnes en termes de perception et de respect des mesures de prévention contre la pandémie de la COVID-19 sont manifestement peu substantiels.

 Max BILL

Le Timbuktu Institute, le CESTI et Sayara International ont mis en place une veille de l'opinion publique digitale concernant la pandémie de la COVID-19. Grâce à notre plateforme de veille, nous analysons des milliers de publications qui émanent des réseaux sociaux, des sites d'information et des blogs, et qui, chaque jour, sont diffusées dans 8 pays du Sahel (Sénégal, Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso, Cameroun, Tchad, Soudan).

 

Soumettez-nous une information, les journalistes du CESTI la vérifieront.

Restez informés sur les actions et activités menées par le CESTI et le Timbuktu Institute pour combattre la désinformation au Sahel.

Pour toutes informations sur " La vérité sur la COVID-19 "

 

Dr Bakary Samb de Timbuktu institute analyse les nouveaux défis sécuritaires dans le Sahel au lendemain de la mort du président tchadien Idriss Déby. Dans un entretien au quotidien national Le Soleil, le chercheur décrypte les enjeux au plan géopolitique avec une nouvelle redistribution des cartes dans les jours qui viennent.
 
« Inévitablement on s’achemine vers une nouvelle ère. Déby bénéficiait du soutien des partenaires internationaux, au regard de son rôle dans la lutte contre le terrorisme où l’engagement des forces tchadiennes constituent une garantie de sécurité pour certains pays. Je pense particulièrement au Mali, au Niger et au Burkina. Il y aura certainement une redistribution des cartes sur le plan géopolitique. Le Niger vient de sortir d’une transition politique douce mais avec des menaces et des vulnérabilités. Le Mali est dans une situation de transition où la junte, arrivée au pouvoir, était constituée, pour l’essentiel, de forces spéciales qui étaient destinées à combattre le terrorisme et qui sont maintenant dans le fauteuil douet du palais de Koulouba. Ceci laisse présager un abandon de points stratégiques et essentiels sur lesquels on avait besoin de la présence du Tchad et de son leadership sur le plan militaire. Autre chose, sur le plan militaire, le Tchad préside le G5 Sahel », analyse Bakary Samb dans les colonnes du journal.
 
Une situation qui selon lui pourrait avoir des répercussions sur la sécurité dans des pays comme le Mali et le Sénégal.
 
« D’ailleurs, explique-t-il, le Président Macky Sall avait été invité au Sommet de N’Djamena. Ce, après une longue absence dans ce cadre régional de concertation. Les liens entre le Sénégal et le G5 Sahel commençaient à connaitre une avancée significative, notamment avec le geste du Président Macky Sall qui a offert la somme d’un milliard de FCfa pour la lutte contre le terrorisme ; ce qui pousse à réfléchir au renforcement de cadres sous-régionaux œuvrant dans ce sens, sachant que cela bouge dans l’ouest du Mali. Donc, dans l’est du Sénégal. Je crois que c’est un moment crucial où les cartes se redessinent et où on va véritablement vers une nouvelle géopolitique du Sahel eu égard aux circonstances aussi bien régionales que celles liées aux partenaires internationaux, dont la France en premier lieu qui s’achemine vers une présidentielle cruciale, surtout concernant la présence des forces française au Sahel ».
 
Idriss Déby, rappelle Bakary Samb, « C’était un allié très important, un pivot capital dans la stratégie de Paris et de la communauté internationale dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. Paris aussi était dans une forme de statisme par rapport à l’évolution au Tchad parce que Deby était un allié à ne pas lâcher. Maintenant quel sera son positionnement sur la transition qui, à mon avis, reste assez fragile si l’on sait que les autres tribus et composantes vont commencer à remettre en question la légitimité du fils de Déby et que les Zagawas sont restés 30 ans au pouvoir, sans partage ? Dans ce bloc ethnico-culturel qu’on appelle les Zagawas, on commence à avoir des déchirures, sachant que lorsque cette rébellion du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (Fact) était à l’approche de la région du Kanem, certains éléments zagawas commençaient à se désolidariser. C’est une situation assez trouble, où il n’y a pas encore une lecture claire et qui mérite, véritablement, d’être surveillée de près ».

De manière globale, les habitants du Sahel ont favorablement accueilli l’arrivée des vaccins anti-Covid dans leurs pays. Toutefois, les discussions se font beaucoup plus entendre dans la zone francophone. 

 

D’après une étude réalisée au Sahel sur les langues dans lesquelles s’effectuent les discussions autour du vaccin anti-Covid, il y a une prépondérance écrasante des réactions sur la toile en langue française. Seuls 10% des discussions se font dans une langue différente du français, à savoir l’arabe ou l’anglais. Sur la toile sahélienne, les sources qui suscitent le plus d’interactions sur la thématique des vaccins se trouvent être, une fois de plus, sénégalaises. C’est le cas par exemple des sites d’informations Senego et Senenews, qui ont produit des articles générant près de deux millions de réactions (liens article) Le président Macky Sall lui-même a déployé d’importants moyens de communication  sur la thématique du vaccin. S’il s’est d’abord appuyé sur les autorités religieuses pour sensibiliser les populations, il s’est ensuite énormément exprimé sur le sujet par le biais de différents réseaux sociaux et, enfin, a fait de la réception du vaccin Sinopharm un événement retransmis à la télévision nationale RTS1 le 18 février dernier. 

Des craintes sur la réussite de la campagne de vaccination

La tendance globale penche sur un accueil largement favorable à l’arrivée des vaccins, à savoir AstraZeneca, Pfizer, Moderna, Sinopharm, etc. Selon les résultats d’une mesure algorithmique sur une période de trente jours (du 1er février au 3 mars), la proportion des internautes qui s’exprime favorablement à l’arrivée des vaccins est deux fois supérieure à celle des internautes qui expriment différentes réserves par rapport à ces vaccins. Ces réserves sont généralement d’ordre complotistes, ou concernent les craintes liées à la réussite des campagnes de vaccination, dans un contexte manifestement difficile pour les différents gouvernements. Le manque de logistique est notamment un paramètre non négligeable dans nombre de pays sahéliens. Au Burkina Faso par exemple, le ministre burkinabé de la santé Charlemagne Ouédraogo a annoncé que le vaccin sera volontaire, et non obligatoire.

 

L’arrivée du vaccin fait chauffer la toile sénégalaise

Sur la même période de trente jours, deux-tiers des débats sahéliens sur le vaccin se concentrent au Sénégal. Au cours de cette période, les débats se sont intensifiés à partir du 17 février, à la veille de l’arrivée des premières doses de vaccin au Sénégal. Sur les blogs, les sites d’information et le réseau social Twitter, ils ont pour la plupart non seulement évoqué le démarrage des campagnes de vaccination dans les pays, mais aussi annoncé les différentes stratégies mises en place pour amener les populations à se faire vacciner. Par la suite, un pic a été atteint au lendemain, le 18 février, date à laquelle le Président Macky Sall est allé réceptionner à l’aéroport Blaise Diagne 200 mille premières doses du vaccin chinois Sinopharm.