(Niamey et les 2 jours) - Suite au départ des forces françaises de la base nigérienne de Madama, mise « en sommeil », le débat s’est installé autour d’un certain désintérêt par rapport à la position stratégique que représente cette région du Niger aux portes de la Libye, où la situation sécuritaire s’est beaucoup détériorée ces derniers temps. D’autres analystes penchent aussi pour la thèse d’un « mauvais calcul » au regard de l’enjeu de la stabilisation du couloir sud-libyen traversant le Niger, avec toutes les incidences sur la circulation des groupes terroristes et des armes à travers le Sahel. Mais, pour Dr. Bakary Sambe, directeur du Timbuktu Institute* basé, le récent redéploiement sur Gossi, au Mali, s’inscrit dans « la suite logique dans l’approche différenciée de l’armée française au Sahel à travers Barkhane ».

Interrogé par le site d’informations Niamey et les deux jours, ce spécialiste des réseaux transnationaux dans le Sahel et expert auprès des pays de la région sur leurs stratégies de prévention l’extrémisme violent, revient, dans cette interview, sur la nouvelle dynamique sécuritaire ainsi que les choix stratégiques qui, selon lui, expliqueraient un tel redéploiement. Mais Sambe soutient, arguments à l’appui, que le renforcement d’une approche civilo-militaire aiderait Barkhane à atténuer les incompréhensions autour d’une force qui a eu le mérite de stabiliser ces vastes zones et d’apporter un soutien précieux au Niger et aux pays de la région dans la lutte contre le terrorisme.

« Il ne suffit pas de gagner seulement la guerre contre les terroristes, il faut aussi gagner la paix avec les populations locales.»

 

Niamey et les 2 Jours : Barkhane est-elle une opération militaire de plus dans le Sahel ? Comment l’analysez-vous ?

Bakary Sambe : L’opération Barkhane, devenue opérationnelle en août 2014, était comme la suite de Serval déclenchée en janvier 2013, en réponse à la demande en aide du gouvernement malien suite à l’avancée inquiétante des groupes djihadistes sur la route de Konna. Cette force dont la mission est différente de Serval, a la particularité d’opérer aussi en dehors du Mali, couvrant d’autres pays avec un quartier général à Ndjaména, au Tchad. Il est vrai que ces dernières années ses effectifs sont passés de 3000 hommes à ses débuts à 4500 courant 2018, avec des troupes au sol qui ont enregistré environ une quinzaine de pertes dans leurs rangs. Cette force dont les missions peuvent être parfois floues pour certaines populations, est caractérisée par sa mobilité et l’importance stratégique des vastes étendues qu’elle couvre. Quelles que soient les questions que peuvent soulever ses interventions, leur pertinence et leur efficacité, la présence de Barkhane joue un rôle multiple : dissuasif, préventif et opérationnel avec de nombreux succès parfois peu mis en exergue, mais déterminants dans la lutte contre le terrorisme dans la région…

N2J : Mais justement, selon vous, comment, dans une telle situation sécuritaire, expliquer le départ d’un point aussi stratégique que la base de Madama au Niger ?

BS : Madama était ce qu’on appelle une base avancée, qui a été un poste de commandement tripartite (français, nigérien, tchadien). On se souvient de l’opération Mangouste en 2014. Cette base se situait à 340 km au Nord de Dirkou, avec comme vocation principale le renseignement, du moins à l’origine. C’était une sorte de filtre stratégique aux portes de la Libye, contre la descente des groupes terroristes vers le Sahel à partir du Niger via la région d’Agadez, vaste comme deux fois la France, au plus fort de la crise qui perdure encore en Libye. Il est vrai qu’à l’époque, on avait beaucoup évoqué les tentatives d’Abul Walid Al-Sahraoui qui était à la recherche d’un espace de déploiement, tout en excluant l’option du Sud algérien, domaine où ont régné pendant longtemps un certain Belmokhtar et ses hommes. Dans une telle configuration, le Niger, dans sa partie frontalière avec la Libye, représentait une priorité stratégique voire un véritable enjeu de sécurisation de la région dans son ensemble. Je ne dis pas que le Niger a perdu en importance stratégique, mais il a dû y avoir d’autres impératifs qui ont fait basculer le centre de gravité vers le Liptako et le Gourma…

N2J : Barkhane se chercherait-il, donc, ou il y a, selon vous, un véritable cadre logique qui en guiderait l’action ?

BS : Tout d’abord, je crois que l’opération Barkhane entrait dans le cadre de l’approche différenciée de la France au Sahel. Si Serval avait pour mission initiale d’éviter que le verrou stratégique de Konna ne sautât ; ce qui ouvrirait la route sur Bamako et peut-être plus loin au Sud, Barkhane pourrait être analysée sous l’angle d’une mission de sécurisation durable et de lutte accélérée contre le terrorisme au regard des urgences sécuritaires. Ensuite, la base de Madama servait d’avant-poste et de verrou afin de parer aux dangers à partir du Sud Libyen longtemps considéré – à tort ou à raison - comme le nouveau refuge naturel des groupes terroristes, surtout à l’amorce de la déroute de Daech en Irak et en Syrie. Maintenant, avec la multiplication des zones d’instabilité telle que théorisée par Al-Sahraoui, juste après Serval, des priorités semblent se signaler autour des frontières communes entre le Burkina Faso, le Mali mais aussi le Niger. On peut même dire que l’Etat Islamique au Grand Sahara (EIGS) est devenu une réalité dans cette zone avec l’accélération des attaques entre les environs de Gorom-Gorom et Markoye, mais aussi le Niger et le Mali (Liptako Gourma) et l’acharnement sur le Burkina Fasso, comme le verrou à casser pour atteindre l’Afrique côtière.

N2J : Mais pourquoi seulement maintenant, alors que les risques restent élevés dans tout le Sahel ?

BS : N’oublions pas que l’insécurité est aussi présente, par exemple, aux environs du département d’Ayerou (région de Tillabéri) avec des attaques qui se multiplient. Il doit être opérationnellement plus simple d’intervenir dans cette zone à partir du Liptako tout en couvrant les régions stratégiques aux alentours de Gao, au Mali, mais aussi des zones fragilisés autour d’Aribinda et de Dori au Burkina Faso. Il ne faut pas, non plus, oublier le caractère vital du contrôle de cette vaste zone carrefour sous la boucle du Niger, avec cette route faisant la jonction entre Bamako et Gao qu’est le Gourma et qui s’étend sur les trois départements maliens de Mopti (Centre), Tombouctou et Gao. Loin de négliger la sécurité du Niger, ce redéploiement de Barkhane me semble plutôt un positionnement stratégique sur le nouveau carrefour des menaces transnationales au Sahel, qui concerne aussi ce pays.

N2J : On dirait aussi que Barkhane a, encore, beaucoup de défis à relever notamment en termes d’image et d’une bonne compréhension de ses missions dans la région …

BS : Vous savez la complexité de la mission de forces comme Barkhane réside dans le fait qu’il ne suffit pas de gagner seulement la guerre contre les terroristes, il faut aussi gagner la paix avec les populations locales. Même après avoir relevé les défis sécuritaires, le retour à la paix dans un pays comme le Mali rudement touché par une crise qui perdure va nécessiter un long processus. Il faudrait anticiper et se projeter dans l’avenir. Il me semble que Barkhane avait expérimenté des actions civilo-militaires en participant à l’amélioration de la vie des populations partageant ses points d’eau comme les éléments de la force tentent aujourd’hui de sécuriser les activités économiques dans la zone Gossi où les habitants des localités avoisinantes avaient coutume de tenir des marchés hebdomadaires. Je pense que tout effort dans le sens de rétablir progressivement les bases d’une vie sociale, publique, économique, toute initiative pour répondre aux nombreuses urgences dans les zones d’intervention seraient en faveur d’une meilleure perception de la présence de Barkhane par les populations locales. Il sera important, à cet effet, de multiplier ces actions civilo-militaires afin d’assister et de faciliter la projection des populations vers l’avenir dans ces zones meurtries par les conflits. En fait, il faudrait agir de sorte que les actions entreprises dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie de la force soient en même temps bénéfiques et profitables aux acteurs locaux comme les populations, les ONG actives dans la zone et même les acteurs locaux. En d’autres termes, la présence de Barkhane, en plus des opérations de sécurisation, doit participer à recréer les conditions d’une vie plus décente des populations qui ont tendance à subir l’impact des conditions draconiennes de sécurité tout en ayant le sentiment de vivre dans l’insécurité. Cette forme de conquête des cœurs pourraient améliorer et rendre plus positives les perceptions développées sur Barkhane dans la région où son rôle est jugé assez constructif. L’action de cette force qui, selon les observateurs, assure des missions essentielles, devrait, à mon sens, être accompagnée par un véritable travail de communication pour être mieux comprise. C’est dans sa relation quotidienne avec les populations locales que Barkhane devrait corriger certaines incompréhensions.

*Timbuktu Institute, basé à Dakar, annonce l’ouverture prochaine d’un bureau à Niamey, au Niger.

 

Propos recueillis par Babacar Cissé

Le Débat BBC Afrique-Africa Radio, 52 minutes pour comprendre l'Afrique et ses changements, vus d'ici et de là-bas.

Deux journalistes passent en revue les événements de la semaine avec un invité au cœur de l'actualité.

Cette semaine, notre invité est Dr. Bakary Sambe, directeur du Timbuktu Institute - African Center for Peace Studies basé à Dakar et à Niamey

 

 

Pour écouter le Debat :Le Débat BBC Afrique - Dr Bakary Sambe

Source: https://www.bbc.com

La tempête semble encore passée et les choses rentrées dans la normalité avec la réadmission des filles voilées à l’Institution Sainte Jeanne d’Arc. Mais pour le Dr. Bakary Sambe,  directeur de Timbuktu Institute, cette affaire est « loin d’être vidée » d’autant plus que « l’Etat sénégalais n’a jamais cherché à résoudre définitivement la question plus générale de l’enseignement privé confessionnel avec une réglementation claire, égalitaire et définitive ».

 

Selon cet enseignant-chercheur au Centre d’étude des religions  (CER) de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis « il y a bien eu une différence entre la gestion précipitée de cette crise au mois de mai, à ses débuts, et l’attitude finalement plus souple de l’Etat du Sénégal qui a heureusement cherché le dialogue. L’Etat ne pouvait pas imposer à une institution catholique une règle à laquelle il a fait de multiples exceptions ailleurs en fonction du rapport de force et des logiques électoralistes».

 

Pour le Dr. Sambe, par ailleurs, coordonnateur de l’Observatoire des radicalismes et conflits religieux en Afrique (ORCRA), « l’embarras de l’Etat s’explique par sa faiblesse et ses inconséquences dans la gestion des questions religieuses dans un pays où, concernant le religieux, les autorités politiques ont multiplié les exceptions sans avoir jamais voulu définir des règles ». 

Se disant perplexe, le Dr. Sambe estime que « le calme est revenu, juste le temps d’une nouvelle affaire qu’on se précipitera d’étouffer avant de passer la patate chaude au prochain régime ; c’est ainsi, malheureusement, la recette politique depuis les indépendances »

 

« Notre Etat continuera toujours à être embarrassé par de telles questions tant qu’il ne réglera pas définitivement le statut de l’enseignement privé confessionnel ou apparenté par une législation claire et cohérente au lieu de rester sur des fuites en avant successives pour une question éminemment stratégique comme l’éducation », alerte l’auteur des « Contestations islamisées »,  (Ed. Afrikana, Montréal, Octobre 2018)

 

Selon ce chercheur spécialiste des rapports entre politique et religion, « cette affaire qui est loin de se tasser a aussi été un exutoire des crispations et frustrations accumulées : des organisations musulmanes qui y projetaient des revendications non satisfaites d’une plus grande reconnaissance de l’enseignement islamique aux divers mouvements catholiques qui ont montré les signes d’une communauté dans ses derniers retranchements ».

 

« Il va falloir, tôt ou tard, s’attaquer à cette brûlante question de la dualité du système éducatif sénégalais qui veut modeler des citoyens mais sans le ciment national d’une école uniformisée même avec une diversité des langues d’enseignement qui peut être une richesse », soutient Dr. Bakary Sambe.

Convaincu qu’un « règlement définitif » est nécessaire pour éviter les « crises à répétition », le directeur du Timbuktu Institute en conclut que « la question éducative reste l’une des plus grandes vulnérabilités de notre pays comme cette crise l’a montré avec des signaux évidents de crispations, mais aussi de faiblesse d’une cohésion sociale tant vantée et qui, à chaque occasion, étale ses limites de même que ses inconséquences constamment refoulées... »

Où va la Tunisie ? Comment les enjeux de cette élection présidentielle sont vus d’Afrique subsaharienne ? Quel avenir pour les réformes sociales et politiques entamées depuis la révolution ? La démocratie tunisienne est-elle encore assez enracinée au point de donner des gages pour des transitions paisibles ? Les interrogations se multiplient alors que la crainte d’errements politiques, de compromissions « décomplexées » avec les islamistes inquiètent, de plus en plus, la société civile et les franges progressistes du pays..

L'auto-immolation par le feu du jeune vendeur ambulant Mohamed Bouazizi en fin 2010[1], a constitué l’élément déclencheur du soulèvement populaire contre le régime de Ben Ali, ainsi que l’avènement inattendu du printemps arabe. En effet, partant d’un divorce avec un régime dictatorial, en passant par lachute de Ben Ali, la révolution tunisienne a fait souffler le vent de  la démocratie dans le pays, et ouvrant ainsi la porte aux pays du Maghreb et même du Moyen-Orient. Le retour sur la scène politique de Beji Caïd Essebsi[2], illustre homme politique et avocat tunisien pour occuper le poste de premier ministre et assurer la transition démocratique marquait le début d’une nouvelle ère pour la Tunisie.

D’ailleurs, il va créer son propre parti, le Nidaa Tounes[3] et ainsi devenir le premier président tunisien élu démocratiquement au suffrage universel en 2014. Sous Ben Ali, un climat de crainte gagnait le quotidien des tunisiens avec une presse muselée, une liberté d’opinion bafouée, des opposants politiques emprisonnés, une instabilité constitutionnelle qui sont entre autres des ingrédients de la dictature. Au lendemain de l’insurrection de 2011, si les tunisiens savourent la liberté, le gouvernement lui, fait face à de nouveaux défis notamment l’apaisement du climat politique, la satisfaction des urgences sociales, le cas du chômage, bref rebâtir le pays.

Autrement dit, pour prendre en charge les exigences sociales, motifs de soulèvement populaire, le nouveau gouvernement va s’inscrire dans une logique de mener une réforme institutionnelle qui marquera le début d’une nouvelle époque avec une volonté de prise en charge des préoccupations des populations. Et c’est dans ce sillage qu’une nouvelle Constitution[4] a été adopté afin d’apaiser le climat politique et de fonder un Etat de droit, même si la demande en termes d’emploi des jeunes reste pressante.

La disparition de Béji Caid Essebsi, dont le mandat était presque fini, intervint dans un contexte où la Tunisie se trouvait dans une posture de reconstruction avec de nouvelles réformes qui sont engagées. Le décès du président tunisien a ainsi, bouleversé malgré une transition plus ou moins réussie qui a placé le chef du parlement et actuel président intérimaire Mohamed Ennaceur dans une situation de leadership inattendu. Il a dû occuper le fauteuil présidentiel jusqu’à la fin du mandat comme le prévoyait la Constitution en ces termes : « En cas de vacance provisoire de la fonction de Président de la République pour des motifs qui rendent impossible la délégation de ses pouvoirs, la Cour constitutionnelle se réunit sans délai et constate la vacance provisoire, le Chef du Gouvernement remplace le Président de la République. La durée de la vacance provisoire ne peut excéder soixante jours. Si la vacance provisoire excède les soixante jours ou en cas de présentation par le Président de la République de sa démission écrite au Président de la Cour constitutionnelle, de décès ou d’incapacité permanente ou pour tout autre motif de vacance définitive, la Cour constitutionnelle se réunit sans délai, constate la vacance définitive et en informe le Président de l’Assemblée des représentants du peuple qui est sans délai investi des fonctions de Président de la République par intérim, pour une période de quarante-cinq jours au moins et de quatre-vingt-dix jours au plus ».

C’est dans ce contexte inédit dans son histoire que la Tunisie organise des élections présidentielles et se trouver un dirigeant pour les cinq prochaines années. Dès lors, les tunisiens sont appelés aux urnes ce 15 septembre avec une pléthore de candidatures consacrant le multipartisme dans ce pays tout en interrogeant sur la pertinence des différentes offres politiques. Deux figures connues de la vie politique tunisienne, le Premier ministre Youssef Chahed[5], et le président intérimaire de l’Assemblée Nationale en l’occurrence Abdelfattah Mourou[6] sont très attendues.

Mais l’autre candidature surprenante dans cette course à la présidentielle sera l'avocat Mounir Baatour[7] qui se présente ouvertement comme homosexuel et défenseur du droit des gays. Elle ne sera pas finalement retenue, car l’Instance Supérieure Indépendante pour les Élections en Tunisie (ISIE)[8] ne validera que 26 candidatures sur 97.

Toutefois, cette course à la présidentielle va aussi se distinguer avec la participation de deux femmes qui témoignent, ces dernières années, d’une plus grande reconnaissance d’un rôle féminin sur l’espace politique et dans les institutions publiques.

Un détour historique pour apprécier la position de la Tunisie sur la question du droit des femmes nous amènera à comprendre que cette évolution qui tranche d’avec la situation dans les autres pays arabes sera encore plus prononcée dans les années à venir.

Cette place de la femme dans la société tunisienne pourrait être sujette à double interprétation. D’abord, vouloir apporter une touche de modernité en responsabilisant la femme et lui octroyer plus de liberté mais aussi une ligne de démarcation vis-à-vis du monde arabe où la la reconnaissance des droits de la femme reste limitée. Ensuite, on sait qu’au regard de la situation internationale, l’image que renvoie le pays compte beaucoup et que différents organismes internationaux apprécient la mise en évidence du rôle féminin dans les affaires des institutions publiques. Il faut aussi rappeler que la Tunisie se distingué par l’émergence sur la scène publique de fortes personnalités féministes –comme Raja Benslama - qui ont même pu investir le champ de l’interprétation des textes religieux afin de lutter contre les lectures islamistes qui brident l’évolution de la société comme dans d’autres pays arabes et musulmans.

Mais, c’est avec la nouvelle constitution adoptée le 26 janvier 2014 que ce rôle féminin sera encore mieux pris en compte avec l’octroi de plus reconnaissance des droits à travers d’abord son article 21[9] qui proclame l'égalité entre les citoyens et citoyennes devant la loi sans aucune discrimination, ensuite, l'article 34[10] garantit la représentativité des femmes dans les assemblées élues.

Si l’essence du printemps arabe était de rompre avec l’autoritarisme, la dictature, pour permettre aux populations d’épouser le modèle démocratique, la Tunisie semble le seul pays à avoir préservé les acquis issus des révolutions, même si elle rencontre certains problèmes notamment, une économie moins compétitive, ainsi qu’une forte demande sociale qui constituent des défis auxquels le prochain président devra faire face pour réaliser les rêves de progrès. De son côté, le parti islamiste Ennahda qui continué à tisser sa toile bien au-delà des couches paupérisées et des militants originels, présente officiellement un candidat mais aborde cette présidentielle quelque peu divisé.

De fortes personnalités de la société civile avec un passé militant assez marqué à gauche expriment encore des craintes quant à l’attitude de certains hommes politiques qui, pour des raisons électoralistes, n’hésiteront pas à répondre aux sirènes des islamistes au prix de « liaisons dangereuses » pour l’avenir de la démocratie en Tunisie. Au même moment les formations progressistes sont plongées dans de profondes divisions, des querelles de chapelles qui les ont considérablement affaiblies au point que l’universitaire tunisien, Mohamed-Chérif Ferjani, estime qu’à cette veille de présidentielle décisive la gauche « perd complètement la boussole[11] »

Mamadou SOW, stagiaire, Observatoire Africain du Maghreb et du Moyen-Orient, Dakar (Sénégal)

 

 



[1]https://fr.wikipedia.org/wiki/Mohamed_Bouazizi consulté le 27 Août 2019 à 10h 15 minutes

[2]https://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9ji_Ca%C3%AFd_Essebsi consulté le 27 Août à 10h 25minutes

Le projet intitulé « Les jeunes des OSC et des ASC mobilisent leurs cités pour des valeurs citoyennes et contre la violence » a été soutenu par l’Ambassade de France à Dakar à travers son dispositif PISCCA (Projets Innovants de la Société Civile et des Coalitions d’Acteurs). Le principal objectif était de renforcer les capacités de ces jeunes des mouvements associatifs pour l’acquisition d’outils afin de promouvoir le vivre-ensemble, la culture de la paix et la non-violence. En effet, lors de la cérémonie de lancement le 2 juillet 2018 à Mbour, Timbuktu Institute lançait un appel solennel en faveur du rapprochement et de la réunification des fractions pour le bien du mouvement navétanes. Et tout au long du déroulement des activités du projet à Dakar, Mbour, Kaolack et Saint-Louis, des messages de paix ont été véhiculés en étroite collaboration avec les partenaires allant dans le sens d’une saison apaisée.

Malgré tous les efforts consentis par les différentes parties prenantes, la violence ne s’est pas estompée. Pour rappel, plus de 50 associations sportives de la ville avaient décidé de créer une structure parallèle conduisant à l’existence de deux championnats émaillées de perturbations et de manifestations. Sur le terrain, plusieurs fois la police a eu à intervenir pour rétablir l’ordre avant, pendant et après l’organisation des matchs et l’occupation du stade Caroline Faye qui faisait l’objet de polémique entre les deux championnats rivaux. Cette situation a abouti à l’interdiction des activités de navétanes depuis le 28 janvier dernier, à la veille de la campagne présidentielle de février 2019. Fort heureusement, la plupart de ces ASC frondeuses ont rejoint la « grande famille », l’organisme départemental de coordination des activités de vacances (ODCAV) authentique dirigé par Pape Amar Mbodj. Un grand pas vers l’organisation d’un championnat sans risque de violence.

C’est ce mardi 27 août 2019 que le Préfet du département de Mbour, Saër NDAO sort enfin l’arrêté tant attendu portant levée de la suspension des activités du championnat national populaire. En effet, les autorités administratives du département avaient interdit les activités de « navétanes » depuis le 28 janvier dernier, veille de la campagne présidentielle. Suite à des concertations sérieuses entre le Préfet et les acteurs des tous bords du mouvement, les matchs peuvent enfin démarrer sur toute l’étendue du département à compter de la date de publication de l’arrêté n° 19-528 / DMB / P. Un ouf de soulagement pour les dirigeants et supporters du football amateur mbourois qui ont vécu la saison dernière dans la division.

A la capitale, la saison passée a été émaillée de scènes de violence graves et un manque criard d’infrastructures pouvant accueillir correctement les compétitions. Des dysfonctionnements ont été notés et les amateurs du football local ont dénoncé cet état de fait. Il s’avère urgent de résoudre ces tares congénitales afin d’anticiper sur l’organisation de l’année à venir. Avec la Coupe d’Afrique des Nations, la tenue comité local de développement (CLD) de Dakar-plateau concernant la saison 2019-2020 qui était initialement prévu le 18 juillet a été reportée à une date ultérieure. Ce sera l’occasion de discuter profondément sur la question brûlante de la réouverture du stade Demba Diop fermée depuis la date du drame ayant abouti à la mort de huit supporters du Stade de Mbour le 15 juillet 2017 au cours du match contre l’US Ouakam.

Saint-Louis aussi avait enregistré des scènes de violence ayant abouti à la mort d’un jeune supporter dans le département de Dagana. Par la suite, le sous-préfet avait interdit toute activité de navétanes dans cette localité.Les phases nationales se déroulent du 20 août au 7 septembre dans la région de Louga sans incident majeur.

Timbuktu Institute appelle les différentes parties prenantes au calme et au dialogue inclusif pour une saison de championnat populaire sans problème.

Ensemble, œuvrons pour la non-violence dans le milieu sportif !

"It is clear that this kind of event allows France to heal her diplomacy. But I think we can hope for more. Africa's participation in the G7 is a good thing if we go beyond the stage. This contrasts, of course, with the vision of a great ball of the powerful, between-rich. But the process will be inclusive only if we succeed in giving substance to this spirit of openness. The Sahel expects more actions, not speeches. I hope that the voices of these heads of state will be heard in the hubbub of this felted high mass. "

Are the concerns of Bakary Sambe, director of the Timbuktu Institute-African Center for Peace Studies and coordinator of the Observatory of Religious Radicals and Conflicts in Africa, well-founded? The G7, the gathering of the seven richest countries on the planet, was this year on the theme of reducing inequalities. The French presidency of the G7 has made it her warhorse with, in a line of sight, the African continent which she wants to ensure the development "on new bases partnership", as Emmanuel Macron has repeatedly said, goaded into this. Germany, which wants to put a stop to illegal immigration to Europe by helping Africans stay at home.

Even if this meeting, in the end, focused much on other subjects than Africa, starting with the Amazon ravaged by fires, the Iranian nuclear, the international trade, even Hong Kong, the initial objective France to put Africa at the heart of the discussions has nevertheless been achieved. Most of our African colleagues have hailed the "good intentions" of the French presidency in their coverage of the summit, but are nevertheless very skeptical about the ability of the rich to take an interest in the poor, especially when they arrogate to seven the right to decide the fate of the planet:

"The sad reality is that Africa, which accounts for about 5% of world trade, has a hard time hearing about its specific problems related to climate change, the tax evasion orchestrated by multinationals, unemployed , insecurity, etc., "comments the Burkina Faso newspaper Le Pays, which also regrets that the five African presidents invited to this summit" have been just to furnish the decor. "

The composition of the African delegation has been much in the news in Africa. Kigali's main daily, the New Times, believes, for example, that the choice of guest countries owes nothing to chance, but to a clever mix. Thus, "Paul Kagame of Rwanda was officially invited as former President of the African Union, Al-Sissi of Egypt as current President of the African Union, Cyril Ramaphosa as newly elected President of the African Union. South Africa's second largest economy, Senegal's Macky Sall as president of NEPAD, and finally Roch-Marc Christian Kaboré as president of G5 Sahel and as head of state for a country, Burkina Faso, first line concerning the fight against terrorism in a region under secure tension ", writes the newspaper.
Which, in the opinion of most African commentators, hides also the diplomatic backslides of France who would have benefited from it to "work its bilateral relations with Africa". According to the Elysee, President Macron will make an official visit to South Africa in 2020. As for the country of Paul Kagame with which France has long had a heavy judicial liability on the causes of the 1994 genocide, it is a question of reunion assumed:

"Rwanda has a major geostrategic role to play in the Great Lakes area. In addition, since October 2018, it is a Rwandan, Louise Mushikiwabo, who is at the head of the International Organization of the Francophonie (OIF), "recalls the New Time.

Two new conferences to bring Libya out of the crisis

Speaking on behalf of the G5 Sahel member states (Burkina Faso, Mauritania, Mali, Niger, Chad), the Burkinabe head of state pleaded with both the French presidency and German Chancellor Angela Merkel, for the international community to take concerted action to stabilize Libya. Making a connection between the security crisis in Libya, instability in the Sahel and that prevailing in the world in general, he called on the G7 to "show a clear position to bring peace and stability to Libya".
A satisfied request since the paragraph on Libya in the final declaration was described by Emmanuel Macron in an interview on August 27 on a large French television channel, as "one of the main advances of this summit with Iraq." After reaffirming their support for the work of the United Nations to set up an inter-Libyan conference, the G7 leaders have agreed to organize two new international conferences to discuss a way out of the crisis in this country oil-laden, but who knows the chaos since the fall of Moamer Khadafi in 2001 and his subsequent assassination:

"We support a truce in Libya that can lead to a lasting ceasefire. We believe that only a political solution will ensure the stability of Libya. We look forward to a well-prepared international conference involving all stakeholders and regional actors involved in this conflict. In this regard, we support the work of the United Nations and the African Union to set up an inter-Libyan conference, "said the communiqué adopted by the seven richest countries on the planet, on August 26, summit of Biarritz.

Neither the date nor the venue of this conference have yet been disclosed. But, according to French diplomatic sources, this is a "revised and corrected" version of that initially planned by Ghassan Salamé, UN special envoy, before the April 4 offensive on Tripoli by the National Army. Libyan Arabian Army (ANL), which is led by Marshal Khalifa Haftar, strongman of Cyrenaica in the East. The difference with the organization of this new inter-Libyan conference is that it will be "more inclusive" with, in particular, "the presence of the military leaders of Misrata and Zintan", at the head of Western militias supporting the Prime Minister. Libyan minister Fayez el-Sarraj who heads the Government of National Unity (GNA), the only one to be recognized by the international community.
Another international conference on Libya is also scheduled to take place in New York at the end of September in the margins of the UN General Assembly and Security Council. Long divided, G7 leaders now seem to want to be pragmatic to leave the country, now deeply divided, the political impasse in which it is located. "In this perspective, France is conducting consultations with London and Rome and seeks to install a lasting truce in Tripoli nearly five months after the start of the conflict," said sources.

Towards an enlargement of the G5 Sahel

The intense lobbying of Roch-Marc Christian Kaboré in Biarritz did not however fully bear fruit concerning the reinforcement of the financial means of the G5 Sahel. One of the ambitions displayed by the French presidency at the summit was to unlock the funding promised for the security forces of the five Sahelian states concerned. Opposed to the transformation of this force into a UN mission, which would have solved the question of its financing, the United States has always shown its preference for bilateral aid as they currently do with Niger or Burkina Faso.

Faced with a resurgence of jihadist attacks in this region for several months, the security forces of the G5 Sahel states found themselves in the front line, despite the presence of the Barkhane force in Mali. However, of the 420 million euros originally pledged to them, "a large part of this money has still not been received by G5 Sahel. The disbursement did not follow, "confirmed . Bakary Sambe.

"This situation gives the impression of a great competition between the military powers that are France, Germany – which asserts itself more and more – China and Russia, among others. And sends a very negative image to the local populations who are subjected to the draconian measures imposed by the authorities, while feeling less and less secure. The Sahel is a patient around whom there are many doctors. But nobody agrees on the diagnosis, "he added.

Speaking at a press conference attended by Burkinabe President Emmanuel Macron and Angela Merkel spoke of the importance of "better arming" and "better training" the region's military and police. However, there is no question for the German Chancellor to go beyond the 200 German soldiers deployed in Mali to support MINUSMA, the UN mission in Mali. For now, France and Germany are seeking to convince other donors, not just the G7, to commit to a "new partnership" for the Sahel.
This hand extended to other countries in the region is aimed essentially at "expanding" the G5 Sahel and "strengthening" financially the international coalition fighting against jihadist groups in Mali, Niger, Mauritania, Chad and Burkina Faso. The first step is to involve the Gulf of Guinea countries, particularly Senegal, Côte d'Ivoire and Ghana, in the efforts of the G5 Sahel. A Franco-German meeting scheduled "before the end of the year" must set the terms. While an ECOWAS summit, set in mid-September in Ouagadougou, will examine the feasibility of creating a broad military coalition encompassing the G5 Sahel states and some of their neighbors.
Criticized by NGOs who find this partnership too vague and too much access to strategic considerations, "while Paris and Berlin should have, in their eyes, announced an initiative to fight against inequalities," they argue, the possibility of an extension of the G5 Sahel to other ECOWAS countries is rather well received in West Africa. At the last summit of this regional organization, in July in Abuja, this prospect had already been announced. Ivorian President Alassane Ouattara has never concealed his support for a rapprochement between the G5 Sahel and the rapid intervention forces of ECOWAS, and even an extension to Central African countries such as Cameroon and Chad. who are also victims of Boko Haram attacks.

 

Source :https://fr.sputniknews.com/afrique/201908291042009059-invitee-au-g7-lafrique-na-t-elle-vraiment-fait-que-de-la-figuration/