Sur invitation du Ministère espagnol des Affaires étrangères de l'Union européenne et de la Coopération, Dr. Bakary Sambe, Directeur de Timbuktu Institute, basé à Dakar et à Niamey, a pris part à la 7e Rencontre des Envoyés spéciaux de pays l'Union Européenne et partenaires au Sahel.

Dans un contexte où la région sahélienne est marquée par la recrudescence des attaques au Burkina Faso et au Mali, avec une réelle menace sur la sécurité et la stabilité du Sahel, l’Espagne a abrité à Las Palmas de Gran Canaria, la 7eme rencontre « informelle » des Envoyés Spéciaux et partenaires du Sahel les 17 et 18 octobre derniers.

Dr. Bakary Sambe a déclaré que "cette réunion sur l'initiative de l'Espagne va donner sans doutre donner un nouvel élan à une meilleure synergie entre les organisations sous-régionales dans le domaine de la paix et de la sécurité" . Les échanges étaient "constructifs dans un esperit de partenariat de conscience commune des défis qui nous interpellent tous. Je remercuie vraiment l'Ambassade d'Espagne au Sénégal d'avoir bien voulu faciliter la participation de Timbuktu Institute"

Organisée dans l’enceinte de Casa África de Las Palmas, cette réunion a traité de plusieurs sujets avec la participation de diplomates européens, africains issus d’organisations régionales et sous-régionales et d’experts de haut niveau venus de plusieurs pays.

Contribuant au soutien financier de l’Union européenne aux plans bilatéral et multilatéral, au fond fiduciaire de l’Union européenne pour l’Afrique (EU Trust Fund for Africa), l’Espagne, à l’instar de ses pairs européens, « assuré un soutien militaire et sécuritaire pour lutter contre le terrorisme au Sahel », confie un diplomate.

La question de la sécurité et de la stabilisation du Sahel, le développement économique, de même que la contribution des femmes dans la consolidation de la paix et de sécurité, ont été discutés pendant plusieurs sessions en huis-clos dans la salle de conférence de Casa África.

Pour rappel, Casa África, dirigé par José Segura Clavell, est un consortium de diplomatie publique et économique espagnole au service de l’action extérieure de l’Etat sur le continent africain dont le but est de « créer un dialogue et des relations durables entre l’Afrique et l’Espagne ». Cette institution espagnole collabore aussi avec les médias africains et les intellectuels et experts dans plusieurs domaines « pour raffermir les liens avec le continent ».

La région demeure une priorité stratégique pour l’Union européenne et pour l’Espagne qui avaient déjà pris part à la conférence internationale de haut niveau sur le Sahel du 23 février 2018.

 Le Président Issoufou Mahamadou arrive en tête du CEDEAO dans un contexte où la région est énormément inquiète par la menace terroriste et d'autres envies sécuritaires. "Et la nécessité d'une synergie des partenariat est ressentie aussi bien par les pays de la région que par leurs partenaires"

Selon Dr. Bakary Samb,  Directeur de Timbuktu Institute - Centre africain d'études sur la paix Qui a ouvert, récemment, un nouveau bureau à Niamey, «  La Présidence Issoufou devra traiter les grandes questions d'intérêt régional, de sécurité, au delà des orientations et des priorités distinctes de chaque organisation  ».

Pour ce spécialiste des réseaux transnationaux dans le Sahel,   joint par Niamey et les 2 Jours, le rôle des historiques et du Niger dans le G5 qu'il a beaucoup inspiré, sa place  stratégique dans la  sous-région lui permet d'uniformiser les positions et de rapprocher la CEDEAO du G5 Sahel

"Le dernier sommet extraordinaire de la CEDEAO à Ouagadougou était un nouvel élan vers une coopération plus soutenue entre les deux organisations, selon Bakary Sambe qui estime que même les partenaires internationaux du Sahel encourageraient une telle démarche comme le montre la derni_re rencontre des Envoyés spéciaux de l'UE au Sahel tenue récemment à Las Palmas dans l'enceinte de Casa Africa", analyse le directeur de Timbuktu Institute.

Pr. Moulaye Hassane- CNESS : « L’installation de Timbuktu Institute au Niger va mieux nous aider à comprendre et prévenir l’extrémisme violent »

 

Alors que le Sahel est fortement secoué par des attaques et conflits asymétriques d’une fréquence préoccupante, Timbuktu Institute-African Center For Peace Studies a procédé, lundi 14 octobre 2019, à l’ouverture de son nouveau Bureau à Niamey. La cérémonie de lancement  officiel des activités de l’antenne de ce Think Tank spécialisé dans la prévention des conflits et de l’extrémisme violent au Niger, a suscité un réel engouement et la participation de divers acteurs de haut niveau.

Par Mamadou Yaya BALDE (STAGIAIRE)

C’est dans un contexte sécuritaire sous-régional assez délétère que Timbuktu Institue-Africain Center For Peace Studies a pris  l’heureuse décision d’ouvrir un Bureau à Niamey, ce lundi 14 octobre 2019. En marge de cette cérémonie,  le Dr. Bakary Sambe, Directeur dudit institut  et M. Moulaye Hassane, enseignant-chercheur à l’Institut de Recherches en Sciences humaines de l’Université Abdou Moumouni de Niamey, ont co-animé une conférence sur un thème d’une brûlante actualité libellé comme suit : « Lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent au Sahel : synergie des partenariats et renforcement de la résilience communautaire ».

Au cours de leurs communications respectives, Dr. Bakary Sambe, fondateur, depuis 2012, de l’Observatoire des radicalismes et conflits religieux en Afrique (ORCRA) et Pr. Moulaye Hassane, ancien ambassadeur du Niger en Arabie Saoudite ont tour à tour examiné la question de la lutte contre le terrorisme au Sahel.  D’où toute la pertinence et  le bien-fondé de cette nouvelle antenne de Timbuktu Institute à Niamey, venue à son heure.

A en croire le Dr. Bakary Sambe, le choix porté sur le Niger pour l’ouverture de ses bureaux est loin d’être fortuite : « A u regard de la dimension géopolitique et géostratégique du pays, je pense qu’il était important que notre bureau soit installé ici et qu’on puisse travailler avec tous les acteurs, aussi bien universitaires qu’académiques, sans oublier les décisionnaires et la communauté internationale qui donne une importance capitale au Niger dans le cadre de la lutte contre le terrorisme », a-t-il expliqué. Poursuivant, M. Sambe fait savoir que la vocation de cet institut c’est la recherche, la documentation afin de mieux formuler des recommandations utiles aux décideurs, aux pouvoirs publics ainsi qu’aux partenaires internationaux. « Nous allons faire beaucoup de recherche, du conseil et aussi de la formation avec le renforcement des capacités des décideurs mais aussi des acteurs de terrain qui travaillent sur la prévention », a-t-il poursuivi.

Pour sa part, M. Hassane perçoit l’arrivée de cet institut comme une valeur ajoutée aux nombreux efforts  et actions qui se déploient dans le cadre de la prévention et de la lutte contre l’extrémisme violent. « Cet institut va nous nous aider à avoir une étude raffinée », espère-t-il.  L’ouverture de ce  Bureau de Timbuktu Institute  à Niamey, en République du Niger, a eu lieu en partenariat avec le média d’actualité nigérien ‘’Niamey et les 2  jours’’.

La pertinence du thème et le choix stratégique porté sur le Niger pour abriter ce nouveau Bureau a suscité un intérêt certain auprès de  nombreux acteurs  et organismes internationaux ayant pris part aux  fructueuses discussions de cette rencontre de haut niveau. Dans la salle, on pouvait  remarquer la présence des universitaires, diplomates, des représentants d’organismes internationaux, des hommes politiques, des personnalités du monde judiciaire, parmi lesquelles Madame Bintou Djibo, (Représentante Résidente du PNUD, Coordonnatrice résidente du Système des Nations Unies), leur Excellence, l'Ambassadeur du Sénégal au Niger, Oumar Maal, l'Ambassadeur d'Espagne (Ricardo Mor Sola), les Représentantes de l'Ambassade de France (Laurence Brattin, Conseillère politique et Delphine Laurore, SCAC) le Représentant de l'Ambassade des Etats-Unis le Représentant Résident de la JICA (Eihiko Obata), le Représentant de la coopération UK, le Représentant résident du FNUAP (Ismaila Mbengue), un Représentant du CICR, des Représentants de l'OIM, des Représentants de Mercy Corps, les Représentants de l'USAID, Dr Saliou Gaye Ndoye (CILSS), les Députés de la Commission de Défense et de Sécurité et de Sécurité de l'Assemblée Nationale du Niger, le Directeur Général du CMEN (Ibrahim Mamane), le Représentant du Président de la Cour des Comptes, des Enseignants et chercheurs de l'Université Abdou Moumouni de Niamey, le Représentant du recteur de l'Université de Diffa, les Représentants de la HACP, du CNESS, du Projet SDS (Secrétaire exécutif Lawali Ada), et de la Police Nationale du Niger.
Monsieur le procureur de la République de Niamey (Chaibou Samna), Monsieur le vice-Président du Tribunal de Grande Instance, Maman Aminou Koundy), Monsieur le vice-Président de la Cour d'Appel (Falalou Nassirou Sofo), du Représentant de Monsieur le Bâtonnier des Avocats

(Niamey et les 2 jours) - Suite au départ des forces françaises de la base nigérienne de Madama, mise « en sommeil », le débat s’est installé autour d’un certain désintérêt par rapport à la position stratégique que représente cette région du Niger aux portes de la Libye, où la situation sécuritaire s’est beaucoup détériorée ces derniers temps. D’autres analystes penchent aussi pour la thèse d’un « mauvais calcul » au regard de l’enjeu de la stabilisation du couloir sud-libyen traversant le Niger, avec toutes les incidences sur la circulation des groupes terroristes et des armes à travers le Sahel. Mais, pour Dr. Bakary Sambe, directeur du Timbuktu Institute* basé, le récent redéploiement sur Gossi, au Mali, s’inscrit dans « la suite logique dans l’approche différenciée de l’armée française au Sahel à travers Barkhane ».

Interrogé par le site d’informations Niamey et les deux jours, ce spécialiste des réseaux transnationaux dans le Sahel et expert auprès des pays de la région sur leurs stratégies de prévention l’extrémisme violent, revient, dans cette interview, sur la nouvelle dynamique sécuritaire ainsi que les choix stratégiques qui, selon lui, expliqueraient un tel redéploiement. Mais Sambe soutient, arguments à l’appui, que le renforcement d’une approche civilo-militaire aiderait Barkhane à atténuer les incompréhensions autour d’une force qui a eu le mérite de stabiliser ces vastes zones et d’apporter un soutien précieux au Niger et aux pays de la région dans la lutte contre le terrorisme.

« Il ne suffit pas de gagner seulement la guerre contre les terroristes, il faut aussi gagner la paix avec les populations locales.»

 

Niamey et les 2 Jours : Barkhane est-elle une opération militaire de plus dans le Sahel ? Comment l’analysez-vous ?

Bakary Sambe : L’opération Barkhane, devenue opérationnelle en août 2014, était comme la suite de Serval déclenchée en janvier 2013, en réponse à la demande en aide du gouvernement malien suite à l’avancée inquiétante des groupes djihadistes sur la route de Konna. Cette force dont la mission est différente de Serval, a la particularité d’opérer aussi en dehors du Mali, couvrant d’autres pays avec un quartier général à Ndjaména, au Tchad. Il est vrai que ces dernières années ses effectifs sont passés de 3000 hommes à ses débuts à 4500 courant 2018, avec des troupes au sol qui ont enregistré environ une quinzaine de pertes dans leurs rangs. Cette force dont les missions peuvent être parfois floues pour certaines populations, est caractérisée par sa mobilité et l’importance stratégique des vastes étendues qu’elle couvre. Quelles que soient les questions que peuvent soulever ses interventions, leur pertinence et leur efficacité, la présence de Barkhane joue un rôle multiple : dissuasif, préventif et opérationnel avec de nombreux succès parfois peu mis en exergue, mais déterminants dans la lutte contre le terrorisme dans la région…

N2J : Mais justement, selon vous, comment, dans une telle situation sécuritaire, expliquer le départ d’un point aussi stratégique que la base de Madama au Niger ?

BS : Madama était ce qu’on appelle une base avancée, qui a été un poste de commandement tripartite (français, nigérien, tchadien). On se souvient de l’opération Mangouste en 2014. Cette base se situait à 340 km au Nord de Dirkou, avec comme vocation principale le renseignement, du moins à l’origine. C’était une sorte de filtre stratégique aux portes de la Libye, contre la descente des groupes terroristes vers le Sahel à partir du Niger via la région d’Agadez, vaste comme deux fois la France, au plus fort de la crise qui perdure encore en Libye. Il est vrai qu’à l’époque, on avait beaucoup évoqué les tentatives d’Abul Walid Al-Sahraoui qui était à la recherche d’un espace de déploiement, tout en excluant l’option du Sud algérien, domaine où ont régné pendant longtemps un certain Belmokhtar et ses hommes. Dans une telle configuration, le Niger, dans sa partie frontalière avec la Libye, représentait une priorité stratégique voire un véritable enjeu de sécurisation de la région dans son ensemble. Je ne dis pas que le Niger a perdu en importance stratégique, mais il a dû y avoir d’autres impératifs qui ont fait basculer le centre de gravité vers le Liptako et le Gourma…

N2J : Barkhane se chercherait-il, donc, ou il y a, selon vous, un véritable cadre logique qui en guiderait l’action ?

BS : Tout d’abord, je crois que l’opération Barkhane entrait dans le cadre de l’approche différenciée de la France au Sahel. Si Serval avait pour mission initiale d’éviter que le verrou stratégique de Konna ne sautât ; ce qui ouvrirait la route sur Bamako et peut-être plus loin au Sud, Barkhane pourrait être analysée sous l’angle d’une mission de sécurisation durable et de lutte accélérée contre le terrorisme au regard des urgences sécuritaires. Ensuite, la base de Madama servait d’avant-poste et de verrou afin de parer aux dangers à partir du Sud Libyen longtemps considéré – à tort ou à raison - comme le nouveau refuge naturel des groupes terroristes, surtout à l’amorce de la déroute de Daech en Irak et en Syrie. Maintenant, avec la multiplication des zones d’instabilité telle que théorisée par Al-Sahraoui, juste après Serval, des priorités semblent se signaler autour des frontières communes entre le Burkina Faso, le Mali mais aussi le Niger. On peut même dire que l’Etat Islamique au Grand Sahara (EIGS) est devenu une réalité dans cette zone avec l’accélération des attaques entre les environs de Gorom-Gorom et Markoye, mais aussi le Niger et le Mali (Liptako Gourma) et l’acharnement sur le Burkina Fasso, comme le verrou à casser pour atteindre l’Afrique côtière.

N2J : Mais pourquoi seulement maintenant, alors que les risques restent élevés dans tout le Sahel ?

BS : N’oublions pas que l’insécurité est aussi présente, par exemple, aux environs du département d’Ayerou (région de Tillabéri) avec des attaques qui se multiplient. Il doit être opérationnellement plus simple d’intervenir dans cette zone à partir du Liptako tout en couvrant les régions stratégiques aux alentours de Gao, au Mali, mais aussi des zones fragilisés autour d’Aribinda et de Dori au Burkina Faso. Il ne faut pas, non plus, oublier le caractère vital du contrôle de cette vaste zone carrefour sous la boucle du Niger, avec cette route faisant la jonction entre Bamako et Gao qu’est le Gourma et qui s’étend sur les trois départements maliens de Mopti (Centre), Tombouctou et Gao. Loin de négliger la sécurité du Niger, ce redéploiement de Barkhane me semble plutôt un positionnement stratégique sur le nouveau carrefour des menaces transnationales au Sahel, qui concerne aussi ce pays.

N2J : On dirait aussi que Barkhane a, encore, beaucoup de défis à relever notamment en termes d’image et d’une bonne compréhension de ses missions dans la région …

BS : Vous savez la complexité de la mission de forces comme Barkhane réside dans le fait qu’il ne suffit pas de gagner seulement la guerre contre les terroristes, il faut aussi gagner la paix avec les populations locales. Même après avoir relevé les défis sécuritaires, le retour à la paix dans un pays comme le Mali rudement touché par une crise qui perdure va nécessiter un long processus. Il faudrait anticiper et se projeter dans l’avenir. Il me semble que Barkhane avait expérimenté des actions civilo-militaires en participant à l’amélioration de la vie des populations partageant ses points d’eau comme les éléments de la force tentent aujourd’hui de sécuriser les activités économiques dans la zone Gossi où les habitants des localités avoisinantes avaient coutume de tenir des marchés hebdomadaires. Je pense que tout effort dans le sens de rétablir progressivement les bases d’une vie sociale, publique, économique, toute initiative pour répondre aux nombreuses urgences dans les zones d’intervention seraient en faveur d’une meilleure perception de la présence de Barkhane par les populations locales. Il sera important, à cet effet, de multiplier ces actions civilo-militaires afin d’assister et de faciliter la projection des populations vers l’avenir dans ces zones meurtries par les conflits. En fait, il faudrait agir de sorte que les actions entreprises dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie de la force soient en même temps bénéfiques et profitables aux acteurs locaux comme les populations, les ONG actives dans la zone et même les acteurs locaux. En d’autres termes, la présence de Barkhane, en plus des opérations de sécurisation, doit participer à recréer les conditions d’une vie plus décente des populations qui ont tendance à subir l’impact des conditions draconiennes de sécurité tout en ayant le sentiment de vivre dans l’insécurité. Cette forme de conquête des cœurs pourraient améliorer et rendre plus positives les perceptions développées sur Barkhane dans la région où son rôle est jugé assez constructif. L’action de cette force qui, selon les observateurs, assure des missions essentielles, devrait, à mon sens, être accompagnée par un véritable travail de communication pour être mieux comprise. C’est dans sa relation quotidienne avec les populations locales que Barkhane devrait corriger certaines incompréhensions.

*Timbuktu Institute, basé à Dakar, annonce l’ouverture prochaine d’un bureau à Niamey, au Niger.

 

Propos recueillis par Babacar Cissé

Le Débat BBC Afrique-Africa Radio, 52 minutes pour comprendre l'Afrique et ses changements, vus d'ici et de là-bas.

Deux journalistes passent en revue les événements de la semaine avec un invité au cœur de l'actualité.

Cette semaine, notre invité est Dr. Bakary Sambe, directeur du Timbuktu Institute - African Center for Peace Studies basé à Dakar et à Niamey

 

 

Pour écouter le Debat :Le Débat BBC Afrique - Dr Bakary Sambe

Source: https://www.bbc.com

La tempête semble encore passée et les choses rentrées dans la normalité avec la réadmission des filles voilées à l’Institution Sainte Jeanne d’Arc. Mais pour le Dr. Bakary Sambe,  directeur de Timbuktu Institute, cette affaire est « loin d’être vidée » d’autant plus que « l’Etat sénégalais n’a jamais cherché à résoudre définitivement la question plus générale de l’enseignement privé confessionnel avec une réglementation claire, égalitaire et définitive ».

 

Selon cet enseignant-chercheur au Centre d’étude des religions  (CER) de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis « il y a bien eu une différence entre la gestion précipitée de cette crise au mois de mai, à ses débuts, et l’attitude finalement plus souple de l’Etat du Sénégal qui a heureusement cherché le dialogue. L’Etat ne pouvait pas imposer à une institution catholique une règle à laquelle il a fait de multiples exceptions ailleurs en fonction du rapport de force et des logiques électoralistes».

 

Pour le Dr. Sambe, par ailleurs, coordonnateur de l’Observatoire des radicalismes et conflits religieux en Afrique (ORCRA), « l’embarras de l’Etat s’explique par sa faiblesse et ses inconséquences dans la gestion des questions religieuses dans un pays où, concernant le religieux, les autorités politiques ont multiplié les exceptions sans avoir jamais voulu définir des règles ». 

Se disant perplexe, le Dr. Sambe estime que « le calme est revenu, juste le temps d’une nouvelle affaire qu’on se précipitera d’étouffer avant de passer la patate chaude au prochain régime ; c’est ainsi, malheureusement, la recette politique depuis les indépendances »

 

« Notre Etat continuera toujours à être embarrassé par de telles questions tant qu’il ne réglera pas définitivement le statut de l’enseignement privé confessionnel ou apparenté par une législation claire et cohérente au lieu de rester sur des fuites en avant successives pour une question éminemment stratégique comme l’éducation », alerte l’auteur des « Contestations islamisées »,  (Ed. Afrikana, Montréal, Octobre 2018)

 

Selon ce chercheur spécialiste des rapports entre politique et religion, « cette affaire qui est loin de se tasser a aussi été un exutoire des crispations et frustrations accumulées : des organisations musulmanes qui y projetaient des revendications non satisfaites d’une plus grande reconnaissance de l’enseignement islamique aux divers mouvements catholiques qui ont montré les signes d’une communauté dans ses derniers retranchements ».

 

« Il va falloir, tôt ou tard, s’attaquer à cette brûlante question de la dualité du système éducatif sénégalais qui veut modeler des citoyens mais sans le ciment national d’une école uniformisée même avec une diversité des langues d’enseignement qui peut être une richesse », soutient Dr. Bakary Sambe.

Convaincu qu’un « règlement définitif » est nécessaire pour éviter les « crises à répétition », le directeur du Timbuktu Institute en conclut que « la question éducative reste l’une des plus grandes vulnérabilités de notre pays comme cette crise l’a montré avec des signaux évidents de crispations, mais aussi de faiblesse d’une cohésion sociale tant vantée et qui, à chaque occasion, étale ses limites de même que ses inconséquences constamment refoulées... »