Timbuktu Institute a organisé la 2e session du « débat participatif estudiantin » sur l’importance de la prévention de l’extrémisme En collaboration avec le Club de philosophie de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar

pour regarder la vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=klwNaap-nSk&feature=youtu.be

« La Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD) appelait déjà à mettre en place des « interventions audacieuses » dans le domaine de la population au vu des sensibilités culturelles et religieuses. C’est du reste pourquoi la CIPD dans ses principes avaient déclaré que « La mise en œuvre des recommandations figurant dans le programme d’action est un droit souverain que chaque pays exerce de manière compatible avec ses lois nationales et ses priorités en matière de développement, en respectant pleinement les diverses religions, les valeurs éthiques et les origines culturelles de son peuple, et en se conformant aux principes des droits de l’homme universellement reconnus[1] »

« L’audace, c’est d’aller vers certains de ces gardiens de religions et cultures, ouvrir des discussions sans complexes et sans préjugés sur la façon de travailler ensemble pour le bien- être des populations. Car comme dit un principe du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), depuis que la culture est mise en exergue : « Nous savons tous que le changement qui contribue à l’universalité des droits de l’homme dans divers contextes culturels ne peut être imposé de l’extérieur ; pour perdurer, il doit venir de l’intérieur. La culture compte parce que les traditions et les croyances culturelles sont souvent plus fortes que les lois… Les institutions religieuses, à travers leurs dirigeants ainsi que les organisations y affiliées, sont les agents importants du changement pour influencer leurs sociétés à réduire les stigmatisations et discriminations, et occasionner le changement qui émane de l’intérieur des communautés elles-mêmes ».

C’est dans ce cadre que doit être envisagé le nouveau paradigme de l’accélération d’une transition démographique pour permettre très rapidement aux pays africains de tirer profit du dividende démographique. Comment faire pour tirer le maximum de profit de ce dividende démographique ? L’UA a adopté  une feuille de route qui met l’accent sur un des éléments clés, la jeunesse avec quatre piliers à mettre en exergue : l’emploi et l’entreprenariat, l’éducation et le développement des compétences, la santé et le bien-être, les droits, la gouvernance et l’autonomisation de la jeunesse.Mais comment mettre en action de façon pratique ce plan tout en impliquant tous les acteurs dans la dynamique d’une participation volontaire, éclairée, multidisciplinaire et sans méfiance aucune ?

Au-delà des techniciens du gouvernement, du personnel des institutions nationales et internationales, des ONG qui vont travailler sur ces différents projets pour mener vers une transition démographique, la participation massive et éclairée des gardiens des traditions, des cultures, et des religions est cruciale comme mentionnée plus haut. Sachant que dans nos sociétés africaines, la religion, les us et coutumes sont au début et à la fin de toutes les décisions et actions des populations, il est donc primordial d’approcher les garants de ces religions et cultures pour les informer et les former sur les questions de population pour qu’ils influent positivement sur les actions des membres de la communauté. Ils peuvent être une courroie de transmission très efficace de la bonne information aux cibles pour amorcer un changement dans le domaine population et développement et dans le domaine du changement social. L’UNFPA a une longue expérience de travail avec les réseaux confessionnels et traditionnels qu’ils soient nationaux, régionaux ou internationaux.

Le thème de l’année 2017 de l’UA : «Tirer pleinement profit du dividende démographique en investissant dans la jeunesse » donne une occasion de collaborer avec les confessions religieuses et les réseaux confessionnels musulmans existants. En effet,  Les pays du sahel dont la majeure partie de la population est de religion musulmane ont une croissance démographique qui est l’une des plus fortes au monde, avec une population dont les 45 % sont âgés de moins de 15 ans. L’indice synthétique de fécondité varie de 5 à plus de 7 suivant les pays, et leurs faibles taux de prévalence contraceptive sont en deçà de la moyenne de l’Afrique subsaharienne qui est de 24%. Les raisons de ces faibles prévalences contraceptives les plus évoquées sont les pesanteurs culturelles ou la désapprobation de la communauté qui encourage parfois les femmes à maximiser leur fertilité et à commencer à procréer à un âge précoce, la faible scolarisation des filles et son corollaire le manque d’accès à l’information sur les méthodes contraceptives modernes.  L’âge au premier mariage reste généralement très bas dans la région, Il est inférieur à 18 ans dans presque tous les pays.

Cependant les membres de ces confessions religieuses ont besoin d’être informés et formés sur la problématique de la transition démographique et du dividende démographique pour être mieux armés afin de formuler des messages et les faire passer aux communautés et aux familles. Pour ce faire, l’UNFPA a organisé en juillet 2017 d’un : Symposium  sur Islam, Dividende démographique et bien-être familial.

Les travaux qui sont ouverts ce matin se poursuivent au Palais des congrès de Ndjamena jusqu’au 27 juillet 2017

(Extrait de la note conceptuelle du Symposium)

Etude Timbuktu Institute sur « Religion et religieux dans les élections législatives au Sénégal »

Pour télécharger le PDF: lettre de l’observatoire Législatives Sénégal

Bakary Sambe, enseignant-chercheur à l’université Gaston-Berger de Saint-Louis, est coordonnateur de l’Observatoire des radicalismes et conflits religieux en Afrique et directeur du think tank Timbuktu. Pour lui, les terroristes ont « la volonté de faire du Burkina Faso un pays carrefour, un espace d’extension des zones d’intervention des groupes jihadistes ».

L’attaque d’un restaurant à Ouagadougou dimanche 13 août, suivie d’une prise d’otages, est-ce que c’est exactement le même scénario qu’il y a un an et demi, le 15 janvier 2016, au café Cappuccino et à l’hôtel Splendid, ou voyez-vous des différences ?

Bakary Sambe : Le modus operandi de la dernière attaque laisse croire quand même à une similitude par rapport aux attaques qu’on a connues avec le Cappuccino et le Splendid. Mais tout de même le Burkina Faso n’a pas cessé d’être attaqué depuis les attentats de 2015 et de 2016.

En novembre 2016, il y avait déjà un double attentat à Soum, à Djibo et à Pétéga, avec des attaques à Ariel. Et en mars 2017, les mêmes attaques à Baraboulé. Et trois autres attaques, en juin, dans la région de Soum.

Donc toutes ces localités – les localités de Titabé, de Sentangué, de Tin-Akof -, ont continué à être la cible des jihadistes, et de manière continuelle. C’est dire que le Burkina Faso, dont le premier attentat marquait la fin des exceptions en Afrique de l’Ouest, commence malheureusement à s’habituer au phénomène jihadiste. Et ce dans un pays qui a constitué un exemple de stabilité, un modèle de cohabitation et où règne une véritable cohésion sociale.

Pour vous, c’est ce modèle que sont venus attaqués les jihadistes ?

Le Burkina Faso symbolisait un modèle, dans le sens de la cohabitation pacifique entre toutes les communautés religieuses, que le jihadisme veut remettre en cause. Notamment avec l’émergence de jihadisme endogène, avec d’Ibrahim Malam Dicko et son groupe Ansarul Islam qui constitue une nouveauté, si l’on sait que jusqu’ici, c’était plutôt les groupes transnationaux – comme Al-Mourabitoune, al-Qaïda au Magrheb islamique, etc. – qui opéraient dans cette région du Sahel.

La société burkinabè est-elle perméable aux divisions religieuses ?

Je crois qu’il y a une capacité de résilience au Burkina Faso – on la trouve d’ailleurs en Côte d’Ivoire -, qui fait qu’il sera difficile d’arriver à un jihadisme de masse dans ce pays-là. En tout cas au niveau de la population, qui a encore des capacités de résilience, des capacités de régénérer ses ressources cultuelles, qui ont été à la base de ce modèle tant cité en Afrique de l’Ouest.

Quelles peuvent être les autres raisons qui font du Burkina une cible privilégiée des jihadistes aujourd’hui ?

Il y a aussi la volonté de faire du Burkina Faso un pays carrefour, un espace d’extension des zones d’intervention des groupes jihadistes. Il faut quand même noter que, au Burkina Faso, pas moins de six groupes sont impliqués dans des enlèvements et des attaques : Ansar Dine, le Front de libération du Macina, l’État islamique dans le Grand Sahara, Ansarul Islam d’Ibrahim Malam Dicko. Et tant d’autres.

Si l’on sait que ce pays aujourd’hui est entenaillé avec des plusieurs opérations militaires en même temps : l’opération Celo qui est menée par les forces maliennes dans le nord-ouest, l’opération Tapoa à l’est du pays, et l’opération Segéré au Nord en alliance avec les forces togolaises.

 « On ne peut pas se contenter seulement de solutions sécuritaires. Si les solutions militaires étaient des solutions durables entre le terrorisme ou contre l’extrémisme, il n’y aurait pas encore de talibans en Afghanistan »

Néanmoins, tout semble avoir commencé en 2015 ?

Il y a eu une forme de rupture avec le départ de Blaise Compaoré. Tant que cette forme de… je ne dirais pas de « Gentlemen’s Agreement »… existait, le Burkina était épargné. A partir de la transition et de la fin de la transition, et le départ de personnalités comme Diendéré [lors putsch manqué du général burkinabé Gilbert Diendéré en 2015] ou d’autres, on voit quand même qu’il y a une détérioration du climat sécuritaire.

Bamako au Mali, Grand-Bassam en Côte d’Ivoire, Ouagadougou : assiste-t-on à une progression inexorable du jihadisme vers le Sud, à partir du Mali ?

Avec les frontières maliennes qui ne sont plus seulement un problème pour le Mali, mais un problème pour tous ses voisins. Rappelons-nous que Grand-Bassam, cela a été effectué à partir des frontières maliennes ; les premières attaques sur le Burkina Faso aussi, c’était aussi à partir de ces mêmes frontières maliennes.

C’est-à-dire avec le phénomène de « ventre mou », on est rentrés dans une généralité de la vulnérabilité de tous ces pays-là, et que les exceptions n’existent plus.

Les chefs d’Etat appellent à renforcer la lutte contre le terrorisme au Sahel. Est-ce que le G5 [Mali, Tchad, Niger, Mauritanie et Burkina Faso] est la solution ?

On ne peut pas se contenter seulement de solutions sécuritaires. Si les solutions militaires étaient des solutions durables entre le terrorisme ou contre l’extrémisme, il n’y aurait pas encore de talibans en Afghanistan malgré une quinzaine d’années de présence américaine ; Il n’y aurait plus le jihadisme au nord du Mali avec Serval et Barkhane.

Mais je crois que les politiques d’ajustement structurels sont venues dans les années 1990 affaiblir nos États, puis complètement le système éducatif, ce qui a donné beaucoup plus de visibilité à ces groupes-là qui se substituent à l’Etat et profitent des vulnérabilités, profitent aussi de la porosité des frontières. A côté, des solutions sécuritaires qui s’imposent pour la gestion des urgences, il faut réfléchir à une véritable stratégie préventive en amont, avec des solutions de développement, l’éducation.

Pour écouter Inviter Afrique: https://www.youtube.com/watch?v=7Pv8R8YOt3E

Plus d’une semaine après, l’attaque terroriste de Ouagadougou n’est toujours pas revendiquée. Cela rompt d’avec les pratiques des groupes terroristes qu’oppose même une certaine concurrence dans la région. Dans cet entretien, le Directeur de Timbuktu Institute-African Center for Peace Studies (Dakar) analyse cette « situation assez singulière ».

Pour Bakary Sambe, « au début, certains indices comme le retard de la revendication avaient dirigé les analystes vers la piste Etat Islamique qui ne disposerait pas encore d’un appareil de communication huilé dans cette région assez éloignée du centre de commandement, mais aussi en se penchant sur les précédentes attaques attribuées à Abul Walid Al-Sahraoui qui cherche un territoire de déploiement dans la région ».

Mais, soutient le spécialiste des réseaux transnationaux,  « de plus en plus, on pourrait penser que  le fait que l’attentat ait touché des victimes qui comptent parmi les plus grands prédicateurs salafistes comme les deux koweïtiens et le Cheikh Tano, a dû mettre les commanditaires dans un certain embarras, ne pouvant pas justifier au niveau de leur base affective de s’en prendre à des personnalités jugées proches idéologiquement. »

« Ils ne peuvent pas facilement admettre d’avoir commis un attentat qui a coûté la vie à des acteurs salafistes aussi importants comme Cheikh Walid El Aly et Cheikh Fahd Al-Housseiny, proches de la mouvance d’Ihyâ Turâth qui répand l’idéologie wahhabite dans le monde et dans la région avec plusieurs voyages déjà effectués en Guinée, Gambie mais aussi des liens avec des groupes salafistes sénégalais identifiés », explique le coordinateur de l’Observatoire des radicalismes et conflits religieux en Afrique. « Pour toutes ces raisons, il faut absolument redoubler de vigilance », insiste-t-il.

« On dirait même que cette dernière attaque de Ouagadougou semble avoir plus touché les mouvances radicales africaines qui ont beaucoup communiqué à travers des condamnations aussi claires comme jamais auparavant », souligne le directeur de Timbuktu Institute.

Et cela « expliquerait aussi, d’après lui, que des communiqués aient émané de différents mouvements islamistes qui n’ont jamais réagi officiellement de la sorte ces dernières années ni contre les exactions récurrentes de Boko Haram, d’Aqmi au Mali et encore moins les attentats de Bassam ou la destruction des mausolées de Tombouctou bien avant ».

Selon toujours Bakary Sambe, « il faudrait déplorer le fait que dans le communiqué des acteurs proches de la mouvance wahhabite, de la Ligue des anciens étudiants sénégalais d’Arabie Saoudite dirigée par Mohamed Ahmad Lô et d’autres mouvements islamiques sénégalais, on puisse noter une hiérarchie des indignations contre cette horrible attaque, différenciant, de manière indécente, entre musulmans et non musulmans mais aussi qualifiant, arbitrairement, certains de victimes et d’autres de martyrs selon leurs obédiences ».

« Cette pratique qui en dit long sur une certaine proximité idéologique a, d’ailleurs, beaucoup choqué au Burkina Faso, un pays africain frère, où la population a encore une fois montré son unité conformément à l’harmonieuse tradition de cohabitation religieuse que les djihadistes essaient, d’ailleurs, de détruire », conclut Dr. Bakary Sambe.