Actualités

Actualités (161)

« Contrer les risques de radicalisation violente des jeunes au Mali et au Sénégal », c’est autour de ce thème que des spécialistes de la sous-région ont tenté de comprendre les facteurs de vulnérabilité dans les zones frontalières qui poussent les jeunes à s’adonner à la violence. C’était au cours d’un atelier régional organisé par Timbuktu Institute, en partenariat avec le Wanep et le Crdi.

Les risques de radicalisation méritent une recherche anticipée de solutions. C’est dans ce cadre que Timbuktu Institute-African Center for Peace Studies inscrit sa ligne d’actions. L’échec des systèmes de gouvernance et les résultats mitigés des politiques publiques dans la plupart des pays du Sahel ont donné naissance à des phénomènes de marginalisation et de paupérisation de couches vulnérables parmi lesquelles figurent les jeunes. En réponse à cette problématique, des chercheurs s’engagent avec d’autres partenaires à cerner les facteurs de basculement des jeunes dans le radicalisme.

L’atelier régional de lancement et de validation méthodologique du projet recherche-action ouvert à Dakar entre dans cette perspective. Ledit projet se déroulera sur une période de trois ans. Selon le directeur de Timbuktu Institute, Dr Bakary Sambe, cette recherche s’adresse sur les zones frontalières du Mali et du Sénégal, deux pays qui ont leurs spécificités, un d’entre eux connaît déjà le phénomène de manière très avancée et l’autre étant dans une stratégie de prévention. Pour se placer en amont de l’intervention et des mesures sécuritaires, Timbuktu Institute ou le West african network for peace (Wanep), sous la couverture de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis et avec l’appui du Crdi, fait de ce projet de recherche-action un moyen de produire des connaissances mobilisables pour accompagner les politiques publiques, mais surtout de se situer dans l’action de prévention.  « Au-delà des difficultés d’ordre économique et politique qui minent la plupart des pays africains, le continent se trouve aujourd’hui confronté à un nouveau type de menace qu’est la  violence extrémiste », a expliqué le directeur de Timbuktu Institute, qui ajoute que « la porosité des frontières entre pays amplifie cette tendance lourde et fait de ce phénomène un enjeu sous-régional ». D’où l’intérêt de développer des stratégies régionales. A en croire M. Sambe, les attentats au Burkina- Faso à partir des frontières maliennes, celui au Grand-Bassam en Côte-d’Ivoire à travers les mêmes frontières maliennes ont signé la fin des exceptions en Afrique. Cet atelier régional a enregistré la présence du conseiller technique du ministre des Affaires religieuses et du Culte du Mali et du représentant du Premier ministre sénégalais.

Abdoulaye Khouma a tenu, au nom de Mahammed Boune Abdallah Dionne, à rappeler l’intérêt de notre pays pour toutes ces initiatives en faveur de la paix et du maintien du modèle de stabilisation du Sénégal. Quant à la spécialiste de programme principal au Crdi, Ramata Thioune, elle a réitéré l’engagement de son agence à poursuivre son action de soutien pour la recherche dans des domaines stratégiques dans le dessein de comprendre les facteurs de vulnérabilité dans les zones transfrontalières, à travers une approche comparative dans les deux pays concernés.

Source: le Soleil

Entretien: Les derniers développements sur les questions liées au terrorisme convoquent la visite du Président français, Emmanuel Macron au Niger. Le triptyque sécurité, démocratie et développement a le vent en poupe dans les chancelleries occidentales. La France n’y échappe pas en donnant une date butoir, le premier semestre de 2018, pour l’éradication du djihadistes dans cette partie de l’Afrique. Dans cet entretien, Bakary Sambe l’enseignant-chercheur à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis et coordonnateur de l’Observatoire des radicalismes et conflits religieux en Afrique dissèque avec profondeur les menaces qui pèsent sur les pays de la région avec le danger qui germe au sud de la Libye tout en formulant des recommandations pour le Sénégal.

Que comprendre quand Emmanuel Macron, Président de la France en visite au Niger, soutient qu’il est indispensable « d’innover d’avantage » dans la lutte contre le terrorisme?

Il est sûr que la seule option militaire classique dans le cadre d’une guerre asymétrique a montré ses limites depuis longtemps comme l’ont montré les expériences américaine en Afghanistan et française au Nord-Mali malgré la brève victoire de Konna, une bataille gagnée qui n’a pas mis fin à la guerre. Je disais dans un récent article de le revue France Forum qu’il faudrait plus d’inventivité face à une nébuleuse qui s’adapte et dépasser la solution du strictement militaire qui, en plus d’être inefficace et non durable, peut même être contre-productive en provoquant de la radicalisation par frustration avec ses ratés et bavures. La surenchère militaire qui ne semble pas s’inverser mériterait au moins d’être nuancée par des solutions alternatives avec pour socle la prévention en amont et des solutions de sortie du djihadisme tel que le Niger l’a imaginé avec les repentis de Boko Haram dans les régions de Bosso, Nguigmi et surtout Diffa.
J’ose espérer que l’innovation dont parle Macron ira dans ce sens surtout que le sommet de Dakar sur l’éducation se prépare activement en février depuis l’appel du Président Sall, lors de la dernière Assemblée générale de l’ONU. Le choix est clair : soit prévenir aujourd’hui par l’éducation, la justice sociale et la résorption des inégalités criantes ou continuellement intervenir inefficacement, à risque et de manière plus coûteuse sachant que l’opération Barkhane absorberait 600 millions d’euros par année des caisses déjà largement déficitaires.
Cependant, certains évoquent la possibilité d’intervenir dans le Sud Libyen où la France semble ne pas vouloir agir directement. Certes, le triptyque « Sécurité, démocratie, développement » semble avoir le vent en poupe dans les cercles diplomatiques aussi bien en France que chez ses partenaires du Sahel. Et si on commençait par la fin ou inversait l’ordre ?

Pourquoi le combat contre le terrorisme au Sahel est-il « essentiel »?

Hannah Armstrong, chercheuse au New America’s International Security Program, estimait que 3 000 djihadistes étaient actifs au Sahel déjà en septembre 2014. Les fronts se multiplient dans ce Sahel et ses points stratégiques si l’on sait que déjà plus de 300 hommes d’Al-Mourabitoune et d’Aqmi sont déjà repérés dans le Sud de Libye qui est une véritable base arrière à partir de laquelle la circulation des armes s’organise depuis le Tibesti jusque dans les massifs de l’Aïr en passant par le plateau de Djado. Aboul Walid Al-Sahraoui ne serait pas non plus hors course dans ce jeu de positionnement qui viserait le Kwar nigérien.
D’ailleurs, le Niger et le Tchad en sont conscients et le débat secoue les Etats-majors français entre les partisans d’une intervention jusqu’en Libye et ceux qui redoutent les contrecoups ingérables d’une opération militaire de plus sans « service après-vente ».
Les Américains eux sont discrètement positionnés à Agadez et ailleurs sous forte crainte des développements imprévus en Algérie. Tous ces éléments font que la guerre qui se mène au Sahel est essentielle pour la sécurité des pays de la région mais aussi pour les intérêts stratégiques de la France qui n’intervient pas seulement au « secours de ses amis ».
Macron a bien dit dans le discours de Niamey que c’est au Sahel que se jouait en partie la sécurité de la France et une partie de son « avenir ». Mais pour nos pays, c’est là, aussi, où se joue notre sécurité de demain et déjà d’aujourd’hui. Aucun de nos pays ne pourrait échapper aux conséquences d’un second chaos libyen.

« Le premier semestre 2018 doit donner lieu à des victoires [militaires] claires contre les terroristes », affirme Emmanuel Macron. Quels sont les facteurs explicatifs d’une éventuelle situation, sinon quels en seront les problèmes auxquels il risque de se confronter sur le terrain?
Le Président Macron dit cela en parfaite conscience du danger imminent qui proviendra de la Libye dont le Sud est déjà refuge des groupes djihadistes. Je fais partie de ceux qui pensent que l’opérationalisation accélérée de la force conjointe du G5 Sahel entre dans le cadre de la stratégie qui se met en place pour étendre le champ d’intervention vers le Sud de la Libye. C’est seulement le modus operandi qui se discuterait encore. Serait-elle sous la forme d’une guerre préemptive à la Bush ou d’une suite d’incursions coordonnées entre les forces du G5 et celles de Barkhane ? Ou bien va-t-on vers une Otanisation (OTAN) de Barkhane tel que pourrait le suggérer l’invitation des autres militaires américains et allemands lors du discours de Macron au Niger ? Toutes ces questions se posent avec autant d’acuité si l’on prend en considération les alertes américaines sur les retours imminents de milliers de djihadistes africains du front syrien largement maîtrisé par la coalition internationale.
Dans un tel contexte qui se complexifie davantage pour notre défense et notre sécurité de manière générale, je ne peux que réitérer mon plaidoyer pour que notre pays, le Sénégal, se dote d’une stratégie nationale de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme. Les premiers procès de présumés djihadistes sur notre sol avec tant de difficultés et de complexités juridiques qui vont surgir montrent à suffisance qu’il est temps de mettre en place une stratégie coordonnée et inclusive avec comme socle de véritables politiques préventives.

Source : 24 HEURES/ Timbuktu Institute

Dans un livre témoignage, « Moi, musulman, je n’ai pas à me justifier » (éd. Eyrolles), le Franco-Sénégalais Seydi Diamil Niane condamne toute violence perpétrée au nom de l’islam. Le jeune chercheur lance au contraire un appel au dialogue, à l’intelligence et à un « humanisme théocentré ».

C’est un livre court, dense et lumineux. Celui d’un citoyen français musulman broyé par la violence islamiste mais aussi par la sourde hostilité qu’elle fait monter envers toute la communauté musulmane.

Alors, il prend la parole. Lui, le jeune chercheur en islamologie – il vient de soutenir une thèse de doctorat à l’université de Strasbourg – n’est-il pas aussi autorisé à le faire que certains « spécialistes de l’islam » des plateaux télé ?

Une éducation marquée par l’approfondissement de la foi musulmane

Seydi Diamil Niane est né en 1991 dans une famille modeste du nord-ouest du Sénégal, un pays où 90% des habitants sont musulmans. Il y a fait de bonnes études, à l’école sénégalaise mais aussi franco-arabe islamique. Puis son père ayant émigré en France de longue date, il est venu poursuivre ses études au département d’études arabes de l’université de Strasbourg. Il y a décroché un double master en islamologie et en études arabes, puis poursuivi en doctorat.

Ainsi, explique-t-il dès le début du livre, « je suis né et ai grandi dans un milieu traditionnel, et toute ma vie, en tant qu’élève, étudiant, et aujourd’hui chercheur, l’islam a été essentiel pour moi. »

« Je n’ai pas à me justifier de crimes que je n’ai pas commis »

Mais Diamil est aussi un militant de la rencontre des cultures. Approfondir et pratiquer sa propre foi ne l’empêche pas de s’intéresser aux autres religions, au contraire. Il est donc membre actif de l’association Coexister, qui rassemble des jeunes de toutes confessions souhaitant créer des liens et mener des actions communes. Tout le contraire du communautarisme et du repli !

Alors, quand en novembre 2015 après l’attentat du Bataclan à Paris, des amis lui disent « Ouh là, Diamil, qu’est-ce que vous avez fait encore ? », il sent qu’il ne peut plus se taire. « Auparavant, explique-t-il, mes ami(e)s se contentaient de me demander ce que, en tant que musulman, je pensais de chaque tuerie commise au nom de ma religion »…

Là, il se sent injustement accusé. Cloué au pilori des regards soupçonneux comme d’ailleurs toute la communauté musulmane en France. Il lui faut expliquer que non, il n’a pas « à se justifier ». Parce que la foi qu’il professe et vit n’a rien à voir avec ces crimes et l’esprit qui les porte !

Répandre la paix et non semer la mort

« Je tiens à exprimer mon indignation et à rappeler que rien, absolument rien au monde, ne peut, et surtout pas Dieu, justifier le massacre d’innocents« , martèle Diamil en appuyant sa condamnation sur de multiples versets du  Coran engageant d’abord à répandre la paix.

« La première chose à laquelle appelle le messager de l’islam est de répandre la paix, écrit-il, sans distinction de religion, de culture, de couleur ou de langue. Un musulman doit répandre la paix s’il veut voir les couleurs du paradis, de la même façon qu’un chrétien doit oeuvrer pour la paix s’il veut avoir l’agrément du Seigneur. »

L’intelligence et le savoir sont les meilleures armes contre l’extrémisme

 

Certes, il ne prétend pas parler « au nom de l’islam », et explique que ses propos n’engagent que lui. Mais tout de même. Sa profonde connaissance des sources scripturaires du Coran force le respect.

Le message du Coran, explique-t-il, doit être à la fois replacé dans le contexte historique où il a été écrit – le monde des tribus arabes du 7ème siècle – et lu dans son ensemble, comme d’ailleurs les textes sacrés d’autres religions.

« Que la jeunesse se purifie par le savoir » Il en appelle donc à l’intelligence des musulmans pour chasser l’ignorance qui les expose, surtout les jeunes, aux manipulations extrémistes. « Que la jeunesse se purifie par le savoir pour ne plus avoir à être manipulée par les laveurs de cerveau », écrit-il. Et aux non-musulmans, qu’ils cessent les amalgames et les paroles d’exclusion qui attisent le racisme et font le lit des extrémistes.

Accepter et aimer l’altérité

« Le point de départ du terrorisme et de l’extrémisme, selon moi, c’est la négation de l’altérité, explique Diamil. Si je ne n’admets que d’autres puissent avoir d’autres opinions que moi, notamment religieuses, alors je vais les traiter par le mépris ou la domination ».

Et à nouveau de nous entraîner dans la lecture de versets du Coran et d’auteurs musulmans rappelant que l’Unicité de Dieu se conjugue avec la multiplicité de sa création. Confesser l’Unicité d’Allah n’empêche donc aucunement de le rechercher dans le dialogue et la multiplicité des êtres. « Le dialogue avec l’autre s’impose de plus en plus », écrit même Diamil.

Mais comment s’y prendre concrètement pour dialoguer avec des personnes d’autres religions ? « Ce que je conseillerais à des jeunes, répond Diamil, ce n’est pas de commencer par des débats théologiques sur les différences entre les religions. Montez plutôt des actions ensemble, par exemple pour l’accueil des migrants ou pour l’écologie. Ainsi vous apprendrez à faire-ensemble pour l’intérêt de l’homme et à vous respecter. C’est ce que nous faisons à CoExister ». 

Pour un humanisme théocentré

Dans la deuxième partie de son livre, l’auteur dévoile un peu plus le coeur de sa foi musulmane.  Depuis l’âge de 17 ans, il s’inscrit dans le soufisme, courant spirituel de l’islam sunnite qui invite l’homme à revenir à sa nature primordiale, à l’âge d’or prééternel où il contemplait la face de Dieu.

Et c’est parce qu’il est « réceptacle du souffle créateur » que l’homme doit être ainsi respecté, que la vie humaine doit être « sacralisée ». C’est à cet « humanisme théocentré » que les soufis appellent. 

L’importance de l’amour et de la liberté dans la foi

Autre valeur importante pour l’islam soufi, l’amour. « Le soufisme insiste sur l’amour plus que sur la crainte de Dieu », écrit Diamil.
Un peu plus loin, il explique : « Dieu a opéré toute la Création par pur amour. Les hommes et les génies, l’eau et le feu, les montagnes et la terre, les cieux et les étoiles ne sont rien d’autre que le reflet de l’amour divin. Dans cet amour il n’est pas question de faire la différence entre une personne de notre religion et une autre avec qui nous ne partageons pas la même foi ».Enfin, si l’islam est « soumission », la foi est une « adhésion intime » et « elle ne peut être entièrement réalisée sans une liberté garantie par Dieu lui-même ». Pour prévenir toute mise en question, le chercheur précise : « Musulman pratiquant, loin de moi l’idée ou la volonté d’inviter qui que ce soit à quitter la religion musulmane. Je dis tout simplement que la foi n’a de sens que si elle est libre ».

Pour un islam spirituel

C’est donc à l’approfondissement de ces valeurs que Diamil invite ses frères musulmans, afin qu’il vivent un « islam spirituel ».

Et les cinq prières quotidiennes de l’islam, ne faut-il plus les faire ? « Bien sûr que si, nous a répondu Diamil. Cela me paraissait si évident que je ne l’ai pas précisé dans mon livre. Les soufis respectent les cinq prières à la mosquée et croient au Prophète. Mais leur prière ne se limite pas aux simples inclinaisons et prosternations. « Accomplis la prière afin de te souvenir de Moi », dit le texte coranique. Se souvenir de Dieu et aller à la conquête de son amour, voilà le but ultime de la prière. Cet amour, est-on prêt à le mettre en oeuvre? Il serait contradictoire de prétendre à l’amour de Dieu tout en méprisant une créature de l’aimé ».

Une ouverture qu’il illustre à la fin de son livre par de belles citations de penseurs musulmans comme Ibn ‘Arabi (1165-1240) :
« Mon coeur est devenu capable de prendre toutes les formes,
Il est un pâturage pour les gazelles,
Un couvent pour les moines,
Un temple pour les idoles,
La Kaaba pour le pèlerin.
Il est les tables de la Torah et le livre du Coran.
Je professe la religion de l’Amour où que se dirigent ses caravanes,
Car l’Amour est ma religion et ma foi ».

« Voilà, conclut Seydi Diamil Niane, le message de l’islam qui m’a été transmis : une religion de paix, de miséricorde mais surtout d’amour et d’altérité ». Un témoignage à partager pour promouvoir une laïcité ouverte et prévenir les funestes entreprises de radicalisation.

Source: www.reussirmavie.net

 

Timbuktu Institute-African Center for Peace Studies condamne fermement les terribles actes de violence qui se sont déroulés à Niaguis le samedi 6 janvier 2018. Ces atrocités regrettables, à tous points de vue, visent à porter un sérieux coup au processus et à la dynamique de paix dans cette région de notre pays.

Exhortant l’Etat à poursuivre ses efforts constructifs dans le sens d’un règlement définitif et inclusif de cette crise, Timbuktu Institute appelle, par ailleurs, tous les chefs religieux de toutes confessions à jouer pleinement leur rôle et à appuyer le processus de paix pour l’intérêt du Sénégal

La finalité de toute activité humaine doit être le bonheur de l’Homme. On pourrait ainsi résumer toute l’œuvre et l’action d’Amadou Hampâté Bà (m.1991). Et l’humanisme n’est autre chose que cela. En outre, soulignons que l’humanisme de l’auteur malien se différencie de celui d’un Jean-Paul Sartre. En effet, il y a deux sortes d’humanisme : un humanisme qui pourrait être qualifié d’anthropocentré et un autre théocentré…

Télécharger: Lhumanisme-dans-la-pensée-dAmadou-Hampâté-Ba

Le choix des zones frontalières n’est pas anodin au regard du caractère stratégique qu’elles représentent pour les candidats aux attaques terroristes. En effet, une analyse plus profonde des différentes attaques terroristes perpétrées récemment sur certains pays d’Afrique de l’Ouest (Burkina Faso, Côte d’Ivoire et Niger) montre qu’elles ont toutes eu lieu à quelques kilomètres des frontières maliennes.

Comme rappelle Dr. Bakary Sambe,  « la crise du Nord Mali est devenue une préoccupation pour tout pays ayant des frontières communes avec ce pays »

Mais « Le Sénégal qui jouit, jusque-là, d’une certaine stabilité aux yeux de la communauté internationale ne doit pas se targuer d’une telle réputation car le fléau de l’extrémisme violent étant devenu de plus en plus un problème transnational et, de ce fait, n’épargne plus aucun pays », analyse le coordonnateur du projet.

Pour cette raison, soutient, Seydi Djamil Niane, chercheur au Timbuktu Institute, « une recherche est envisagée sur les zones frontalières du Sénégal et du Mali plus particulièrement à Tambacounda (au Sénégal) et à Kayes (au Mali), zones de brassages d’individus venant de toutes parts en Afrique avec les problèmes sécuritaires que cela peut engendrer ».

Et, globalement, selon Mbassa Thioune, statisticien et consultant du Projet, « l’objectif est de comprendre les raisons qui poussent les jeunes à adhérer à cette nouvelle tendance et de dégager les moyens de la prévenir »

L’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis ont annoncé respectivement des décaissements de 100 et de 30 millions de dollars, le 13 décembre 2017 à Saint-Cloud (France) pour soutenir la mise en place de la force multinationale du G5Sahel (coalition de cinq pays sahéliens contre le terrorisme). Que cherchent ces monarchies du Golfe à travers un tel geste ? Le fardeau ou le fameux pré-carré sahélien serait-il désormais trop lourd pour le président français Emmanuel Macron ?

Dans cet entretien exclusif accordé à Ouestafnews, Dr Bakary Sambe, enseignant à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (Sénégal), spécialiste du monde musulman et des réseaux transnationaux dans le Sahel, analyse cette immixtion saoudienne et émiratie dans le dossier sahélien.

Ouestafnews – Pourquoi les monarchies du Golfe ont décidé d’aider financièrement les forces militaires des pays du Sahel seulement en ce moment?

Bakary Sambe – C’est un des signes de la profonde mutation de l’attelage diplomatique et des relations internationales contemporaines. La logique d’influence s’est substituée indéniablement à celle de puissance. Mais la visite de Donald Trump en Arabie Saoudite et l’apparente révolution de palais à Ryad n’y sont pas pour rien. Que l’Arabie Saoudite s’engage aussi activement dans la lutte contre le terrorisme est un signal fort et une volonté de donner des gages sur son changement d’attitude par rapport à cette question qui lui donnait l’image de pays exportateur d’idéologies radicales.

Que cela se fasse sur le terrain miné du Sahel devenu le cadre géostratégique d’une compétition entre les puissances occidentales et où la France promeut le G5 Sahel pendant que les Etats-Unis, bien positionné à Agadez, garde encore dans un tiroir à portée de main le dispositif Africom, relève vraiment d’un calcul savamment mené.

Il s’agit, en tout cas, d’un positionnement clair loin des tentatives timides, surtout dans un contexte de rivalités entre l’Arabie Saoudite, le Qatar et l’Iran.

Ouestafnews- Quels gains peuvent-elles escompter suite à cette contribution financière?

B.S – En plus d’un lifting politico-diplomatique de leur image de pays dont l’exportation des idéologies a contribué à la radicalisation depuis des décennies, ces monarchies ne veulent pas se mettre en dehors d’un terrain où se jouent les grandes compétitions pour l’accès et le contrôle des ressources et des positions stratégiques.

Certes, on savait l’intérêt de ces pays pour les terres agricoles en prévision d’une crise alimentaire annoncée et qui risquerait de les affecter. Mais, il y a aujourd’hui, leur souci de diversification des partenariats dans un monde incertain, de faire circuler et fructifier leurs pétrodollars dans un vaste espace d’opportunités d’investissements loin des pays occidentaux qui pourraient les geler sur fond de lutte contre le terrorisme, comme après le 11 septembre.

Cependant, un élément important est, aussi, la rivalité entre ces puissances qui datait déjà des lendemains de la révolution iranienne, lorsque l’Arabie Saoudite était dans une logique de «containment» de la poussée présumée du chiisme. Ce souci a toujours été, aussi, partagé par le Maroc qui est devenu le pays de transit, d’intermédiation et de redistribution financière avec ses nombreuses institutions bancaires en Afrique subsaharienne.

Les derniers développements avec la tension qui monte entre le Qatar et l’Arabie Saoudite ont aussi montré qu’on n’est toujours pas vraiment sorti de la diplomatie du chéquier adossée aujourd’hui à une quête effrénée d’influence n’hésitant pas à emprunter le biais religieux. Dans ce contexte, la position équidistante, modérée et prudente est la meilleure pour notre pays.

Ouestafnews – Pour l’Arabie Saoudite, est-ce un moyen de gommer un peu l’image de promotrice du salafisme qui lui colle à la peau ?

B.S – Il est sûr que Ryad est dans une vaste opération de charme et d’énoncé de bonnes volontés contre le terrorisme, après des années d’ambiguïtés par rapport à son influence religieuse en termes d’exportation et de promotion du salafisme wahhabite. Son dernier geste envers aussi bien les pays du G5 que ceux du monde occidental qu’elle veut rassurer et rallier à sa cause contre le Qatar diabolisé après avoir été choyé au regard de ses énormes investissements au secours des économies européennes, le monte à suffisance.

Mais la grande équation que l’Arabie Saoudite aura à résoudre est des plus complexes : comment les Al-Saoud au pouvoir pourraient concilier la volonté de réformes telles que préconisées par le prince Mohamed Ben Salmane et l’impératif de maintenir l’union sacrée et le pouvoir dont l’aile religieuse est justement représentée par les tenants du wahhabisme ; les Al-Shaykh.

Tout dépendra de cette alliance objective et l’ingéniosité de Ben Salmane à concilier souci de modernisation socioreligieuse même en apparence et raisons politiques. L’avenir proche nous édifiera.

Ouestafnews – Comment analysez- vous l’attitude de la France qui décide de « partager » sa sphère d’influence avec ses acteurs du Golfe ? 

B.S – L’allusion claire et explicite à l’Arabie Saoudite comme nouvelle alliée de la lutte contre le terrorisme lors du discours d’Emmanuel Macron à Ouagadougou semble insinuer plutôt une entente saoudo-française sans précédent pour ne pas dire de circonstances. Mais la France se trouve aussi devant le même dilemme de défendre et de promouvoir les valeurs démocratiques base de sa lutte anti-terroriste au Sahel et de ménager un nouvel allié dont elle ne partage pas toutes les valeurs même devant les raisons réalistement économiques que l’on peut deviner.

L’autre question est de savoir si la lutte contre le terrorisme devrait seulement se limiter aux options militaires qui semblent jusqu’ici avoir la faveur des partenaires internationaux des pays du Sahel.

Ouestafnews – Y a-t-il en particulier un autre moyen en dehors des armes ?

B.S – Peut-être que le prochain sommet de Dakar sur l’éducation posera le débat de la diversification et de la complémentarité des approches et attaquera de front la question éducative et son étroite relation avec la diffusion des idéologies pouvant mener à la radicalisation.

Sachant que c’est dans les universités de ceux qui injectent, aujourd’hui, des milliards dans la surenchère militaire que l’idéologie à la source du mal sahélien en partie est largement véhiculée. D’ailleurs, cette dernière question semblait être au cœur des demandes de Donald Trump lors de sa fructueuse visite en Arabie Saoudite qui a depuis montré d’importants signaux.

Source: www.ouestaf.com