Actualités

Actualités (560)

La présence turque en Afrique a suscité ces dernières années beaucoup d’intérêt chez les diplomates mais aussi les spécialistes des relations internationales. Elle est souvent analysée par les experts occidentaux sous le prisme d'une irruption dans un espace que certains considéraient comme une chasse gardée ou parfois avec une lecture inscrite dans le cadre de la nouvelle compétition des modèles entre puissances incarnant la démocratie libérale et d'autres qui seraient le symbole d'un retour des autocraties. Dans cette interview donnée par Dr. Bakary Sambe, directeur régional du Timbuktu Institute, revient sur la trajectoire de l'ancrage turc en Afrique subsaharienne avec une vision à partir du continent et des nouvelles réalités géopolitiques qui s'y dessinent. Cette interview est issue de la chronique hebdomadaire en partenariat avec Medi1TV en entretien avec Sana Yassari.

Dr. Bakary Sambe, Recep Tayyib Erdogan vient d’être réélu à la tête de la Turquie. Ces dernières années, il a été beaucoup question de la présence turque en Afrique. Cette réélection d’Erdogan va-t-elle renforcer l’implication de son pays sur le continent? Ou pourrait-on plutôt s’attendre à une rupture majeure?

Il est clair que le Président Erdogan avait initié une véritable politique d’intensification des relations avec l'Afrique. Mais un fait important est qu’Ankara, lui-même, a procédé au démantèlement de son propre instrument d’influence dans le cadre de la lutte acharné contre Gülen. Suite à la tentative de coup d’Etat de 2014, Ankara a fait pression sur les États de la région pour se débarrasser de deux structures qui faisait figure de relais de la diplomatie turque au Sahel qui réalisait une percée plus remarquée au sein de l’intelligentsia et des acteurs économiques majeurs : la confrérie Gülen et Atlantique Turquie Sénégal Association (ATSA). Alors que ce mouvement disposait d’une grande capacité de mobilisation et de déploiement à l’étranger, réunissant au sein d’une confédération de différentes associations d’hommes d’affaires qui comptent plus de 15 000 membres, des adeptes se regroupent autour de projets de grande envergure. Malgré l’intérêt pour l’Afrique, la prise de position du président Erdogan suite au retour des Talibans au pouvoir en Afghanistan, ses déclarations sur les réfugiés menaçant la sécurité intérieure et la stabilité même de la Turquie en plus de son « problème kurde »,  ne laissent aucun doute sur les véritables préoccupations internationales de la Turquie. Oui la Turquie s’impose davantage sur le plan commercial et de la réalisation d’infrastructures bénéficiant, comme la Chine d’ailleurs, de l’image d’un pays sans passé impérial, principalement orienté vers la conquête de nouveaux marchés au détriment des anciennes puissances coloniales. Mais il est clair que les ambitions africaines de la Turquie vont bien au-delà de l’économie

Pour une analyse sur la durée, pourriez-vous vous expliquer comment la Turquie a pu s’implanter en Afrique au point de concurrencer aujourd’hui des puissances classiques qui commencent même à la voir comme un réel concurrent dans le cadre des nouveaux partenariats en cours sur notre continent?

Oui dès le début des années 2000, certaines initiatives turques venaient soutenir une politique étrangère qui prenait à peine ses marques sur le continent. La Turquie suivait, ainsi, les pas du Maroc qui s’appuyait sur l’Agence marocaine de coopération internationale (AMCI). Pour soutenir cette nouvelle politique, à l’instar des partenaires traditionnels et des nouveaux « players » dans la région, Ankara voulait se doter d’un outil d’échanges performant : la TIKA. L’Agence de coopération et de développement de Turquie ouvrit un Bureau Régional à Dakar en 2007. Dans ce contexte, la diplomate confiait que la politique étrangère turque vers l’Afrique « n’est pas seulement basée sur des objectifs économiques et commerciaux, mais intègre également une approche globale qui inclut le développement de l’Afrique par une assistance technique et des projets dans les domaines tels que la lutte contre les maladies, le développement agricole, l’irrigation, l’énergie et l’éducation, et un flux régulier d’aide humanitaire ».

Mais on sait que, culturellement et géographiquement, la Turquie est trop loin de ces régions où elle chercher un plus important ancrage. Cet ancrage est-il alors le fruit d’une stratégie d’influence à laquelle ses concurrents d’aujourd’hui n’ont pas fait attention ces dernières décennies ?

Effectivement, il persiste encore, de fortes pesanteurs qui ne militent pas en faveur d’une politique d’influence efficiente. Ankara est, certes, en train de réaliser une percée au plan économique avec la réalisation d’infrastructures telles que l’aéroport de Niamey au Niger et une forte implication dans la réalisation des projets de la nouvelle ville de Diamniadio aux alentours de Dakar Il y a aussi une redynamisation de cette politique dans le domaine éducatif religieux avec notamment l’implantation d’un complexe islamique dans la capitale guinéenne, Conakry où la Turquie a tenu à dépêcher des enseignants « sous contrôle » surtout après le « coup d’Etat » manqué de 2014. Mais, en définitive, le terrain sahélien pose encore à Ankara plusieurs défis loin d’être relevés pour s’affirmer en tant qu’acteur imposant dans le grand jeu qui s’y déroule. Ankara n’a encore ni la puissance économique de la Chine avec ses leviers diplomatiques et stratégiques, ni l’ancrage historique au sein de l’élite politique à l’instar des partenaires occidentaux et encore moins l’agilité diplomatique de se construire un capital-image au point de rattraper son désavantage par rapport au Maroc et à l’Arabie Saoudite, notamment, sur marché des biens symboliques et religieux. Mais cette présence turque en Afrique de plus en plus affirmée est une réalité géopolitique avec laquelle il faudra, désormais, compter.

 

Source : Timbuktu Institute

Vidéos similaires

Fake news or unverified information distilled on social media networks, the influence of influencers on public opinion, the race for scoops and buzzes, these are all factors exacerbating the uncontrolled effects of the democratisation of the dissemination of and access to information in the digital age. The countries of the Sahel, which also lack regulatory frameworks, have to cope with this flow of information and its manipulation by various players and increasingly with information warfare.

All these are against a backdrop of internal political uncertainties, tensions, security threats and diplomatic escalations. Recently, false information almost sparked off riots in Mali and other countries in the region, against a backdrop of the fight against terrorism and challenges to foreign military presence. Against this backdrop of threats to security, stability and the democratic gains that have been made, Trumpet Newspaper, spoke to Dr. Bakary Sambe, the Regional Director of the Timbuktu Institute, a regional think tank based in Bamako, Dakar and Niamey. His organisation has just set up an Observatory of Social Networks in the Sahel and plans to launch a major initiative to train journalists and online media to combat this scourge.

Trumpet— Dr.Bakary Sambe, in a recent study you conducted in 7 countries in the Sahel and Lake Chad Basin, you drew attention to this phenomenon. Can you go back over to this context?

Dr. Sambe… This perception study conducted by the Timbuktu Institute was a world first, focusing on the Sahel by interviewing more than 4,000 Sahelians simultaneously in 7 countries (Mali, Niger, Burkina Faso, Mauritania, Cameroon, Senegal and Chad) using the CAP (Knowledge, Attitudes and Practices) method. The study measured the perceptions of the people of the Sahel, focusing on misinformation and the manipulation of public opinion through various media, including digital media. Taking place against the backdrop of a serious health crisis coupled with socio-economic anguish, the survey was based on technological means of data collection and processing on a platform designed entirely by African engineers, while making ample room for qualitative approaches to capture endogenous specificities beyond mere statistics.

Trumpet–What were the overall trends, especially in terms of people’s trust in the media and political authorities?

Dr. Sambe— As well as confirming the trends seen at the start of the pandemic, in particular Africa’s surprising resilience during the first wave, the study established the unquestionable plebiscite of the audiovisual media, with Sahelians showing a high level of confidence in the written press. Adopting a differentiated approach, taking into account the specific characteristics of rural and urban areas, the study highlighted the importance that Sahelians attach to religious and traditional leaders as vectors of credible information, far ahead of the highly contested state media and official communication channels, whether national or international.

This means that, from now on, the region’s governments will increasingly face challenges to official information and information from international organisations such as the UN and international partners such as the European Union, especially the French media, which have been perceived as distilling partisan information. For example, only 32.5% of Sahelians surveyed said they had a certain amount of confidence in the government authorities, even when it came to health information about the COVID-19 pandemic.

Trumpet—, How much trust was placed in the media as information vectors in a context marked by the dominance of social networks?

Dr. Sambe… It’s true that between 2011 and 2018, the rate of Internet used is more than doubled on our continent as a whole, rising from 13.5% to 28%. But there is a paradoxical attitude towards social networks among the people of the Sahel. While they are increasingly seen as alternative media and a space for freedom in relation to official regulated information, there is a certain mistrust of information that is disseminated on them. The statistics are categorical even though more people in the Sahel trust television (86%), radio – which has become much more democratic, even in remote areas, enjoy a high level of trust. Some 84% of Sahelians have confidence in radio. However, the rate of connectivity has risen to over 360% in the last decade, and smart phones have become a widespread means of accessing information.

Trumpet—, Are there disparities in this respect, and what are the consequences for our countries?

Dr. Sambe– According to the study, more men, young people and urban dwellers get their information from the Internet and messaging applications. It would seem that the gender dimension of horizontal inequalities is also reflected in terms of access to online information. Women and people living in rural areas and the elderly make only modest use of it. The paradox is that rumours, for example, are more likely to spread in rural areas than previously among less educated populations with less capacity for discernment and critical questioning in the face of disinformation companies. This is the effect of applications such as WhatsApp, which do not require a high level of literacy to use. The most worrying aspect is that the majority of people in the Sahel appear to be incapable of quickly detecting false information.

In addition to gender disparities, there is the question of educational level. The study clearly showed that educated people are better able to detect false information, while access to the Internet is becoming more widespread with applications that do not require a certain level of education to master. This false information is often aimed at young and vulnerable audiences, targeted directly on their smart phones. The development of an online press in perpetual search of buzz and economically vulnerable accentuates the phenomenon. This represents a real threat to stability and democratic gains in the Sahel.

In Mali and other Sahelian countries, we seem to be seeing signs of real information war in the context of rivalries between foreign powers.

The Sahel has recently become a testing ground for all forms of influence communication. In the context of insecurity and political instability, disinformation takes many forms and hides behind many well targeted communication campaigns. The period of transition with the rise of various forms of contestation of dominance against the backdrop of diplomatic escalation and the war of positioning of new powers, is particularly conducive to this phenomenon. But by stepping up the information war, we are playing with fire.

The situation in Burkina Faso is worrying, with a rise in inter-community conflicts which, as in Mali could spread throughout the region. The fight against disinformation is an issue of security and stability for the countries of the Sahel. In times of crisis and public anxiety, attempts to manipulate public opinion via social media networks and the various mediums can compromise public policies and credibility of institutions. This represents a serious threat to the viability of states, the democratic system, peace and security in the Sahel.

 

Source : The Trumpet (Gambia)

Source : Météo Sahel Timbuktu Institute

Le président Embalo Sissoco est toujours président en exercice de la CEDEAO et continue de voyager. Au début du mois de mars, il s’est rendu en Tunisie pour une rencontre avec le président Kaïs Saïed afin que ce dernier s’explique au sujet des propos tenus sur les migrants subsahariens considérés comme des hordes, des déclarations qui ont eu un retentissement dans toute la région ouest-africaine et même au-delà. En janvier, Embalo Sissoco s’était aussi rendu au Burkina-Faso pour affirmer son soutien face à la dégradation de la situation sécuritaire mais cela n’a pas empêché la CEDEAO de confirmer ses sanctions contre les militaires à la tête du Burkina-Faso, comme ceux de la Guinée et du Mali.

La Guinée-Bissau a aussi accueilli l’ancien président centrafricain, François Bozizé, alors que sa présence au Tchad n’était plus souhaitée. Sur le plan intérieur, le parlement a été dissous l’an dernier et des élections prévues en décembre, ont été finalement repoussées pour juin prochain. Alors que le pays a connu une tentative de coup d’Etat en janvier 2022, les relations entre différents acteurs politiques restent tendues. De même, des attaques contre la liberté de presse n'ont fait que renforcer le climat délétère qui prévaut entre le pouvoir et les et les journalistes. Par ailleurs, les prochaines élections législatives de juin sont d’un grand enjeu pour l’avenir politique de l’actuel président, dans la mesure où l’élection d’un premier ministre issu de l’opposition pourrait rendre plus ardue sa tâche de réformer l’administration et l’armée. Les velléités ethniques, la montée de l’insécurité aggravée par l’économie criminelle, la circulation des armes et le vol de bétail notamment dans les zones frontalières du Sénégal sont autant de signaux des moins rassurants.

Note du Timbuktu Institute - Avril 2023

La présence de l’islam politique en Libye s’inscrit dans l’histoire des relations de ce pays avec l’Egypte où a vu le jour, dans les années 1920, l’organisation des Frères musulmans. Le grand frère égyptien a toujours eu une influence et des visées sur son voisin de l’Ouest. Les courants politiques qui se disputent l’hégémonie sur le champ politique du plus grand pays arabe avaient et ont encore l’ambition d’exporter leur hégémonie aussi bien au Moyen Orient qu’en Afrique du Nord et au Sud du Sahara : C’était l’ambition du nationalisme arabe, longtemps dominé par la figure de Nasser, et de l’islam politique dominé par les Frères musulmans.

Cette note d’analyse s’intéresse aux origines de l’islam politique en Libye, analyse comment la fin de la Jamâhîriyya a contribué à la prolifération des groupes islamistes tout en revenant sur l’impact des opérations françaises avant de s’interroger sur le lien entre le devenir des groupes islamistes en Libye et la menace terroriste au Sahel.

Origine de l’implantation de l’islam politique en Libye

Le règne de Kadhafi, héritier du nassérisme, a été marqué par l’hostilité à l’égard des héritiers libyens de H. Al-Banna et de Sayyid Qotb. Au départ, Kadhafi s’est appuyé sur les oulémas qui lui ont fait allégeance et auxquels il a confié de hautes responsabilités dans l’enseignement et la justice, dans le « Conseil national de la guidance » supervisant la réforme du système judiciaire. C’est ce conseil qui a institué l’obligation de la zakât pour tout le monde, pour les Libyens comme pour les étrangers. Elle est devenue un impôt obligatoire que l’Etat prélève et dont une partie importante est destinée à l’Organisation de l’Appel Islamique qui ne reconnait aucune cléricature religieuse.

Au fil des années, la position de Kadhafi s’est radicalisée. En 1978, il déclara : « Je considère que la Charia est l’œuvre des Oulémas et qu’elle est une œuvre humaine et juridique… Je considère que les Oulémas ont élaboré une loi positive qui ne constitue pas une religion… » [1]. En 1979, il a osé cette déclaration : « Le livre vert est le gospel, le nouveau gospel, le gospel d’une nouvelle ère, celle de l’ère des masses. »[2]

Cette orientation a poussé la classe cléricale traditionnelle sur laquelle le pouvoir s’est appuyé jusqu’à ce tournant, à devenir, au fil des années, l’une des composantes de l’opposition au régime de Kadhafi, aux côtés et en concurrence avec l’organisation des Frères musulmans opposée, dès le début, au nationalisme arabe et accusée, en 1984, d’être à l’origine de l’attaque contre sa résidence privée de Bab Al-Aziziyya, et objet d’une répression violente obligeant ses partisans à la clandestinité ou à l’exil, comme ce fut le cas de l’un de ses dirigeants, Ali al-Sallabi, qui a trouvé refuge au Qatar en 1999.

Aux Frères musulmans et aux clercs traditionnels rejetés par Kadhafi, se sont ajoutés différentes expressions de la mouvance salafiste dont le rôle a commencé à devenir important avec le retour d’Afghanistan, des jihadistes libyens dans les années 1980 tels qu’Abou Yahya al-Lîbî, proche collaborateur de Ben Laden, l’un des théoriciens d’Alqâ‘ida et coordinateur des mouvances jihadistes au Maghreb, Abou Anas Al-Lîbî qui a participé aux attaques de Dar Al-Salam et Nairobi en 1998, (Jean-Pierre Filiu, Les Neuf Vies d’Al-Qaida, Paris, Fayard, 2009) et d’autres activistes à l’origine d’actions militaires contre les troupes de Kadhafi comme dans les régions de Benghazi et Derna en 1998. L’une des expressions les plus importantes de la mouvance salafiste est le Groupe Islamique Combattant Libyen (GICL). Après le 11 Septembre 2001, le GICL, appela au jihad en Libye accusant Kadhafi de « collaboration avec les étrangers, d’apostasie et de falsification »[3]. Il s’est rapproché du GSPC (le Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat) algérien, dont il facilita l’intégration à Al-Qaida avant que ce groupe ne devienne, en 2007, Al-Qaida au Maghreb Islamique (AQMI). De nombreux Libyens ont rejoint les camps d’AQMI, dans le sud algérien, pour y suivre un entraînement avant de rejoindre l’Irak ou l’Afghanistan pour y combattre les Américains.  En 2008, aux abois, Kadhafi a tenté une politique d’apaisement envers l’opposition islamiste en libérant 800 prisonniers du GICL passés à Al-Qaida, qui joueront un rôle décisif dans sa chute.

De la fin de la Jamahiriyya à la prolifération des groupes islamistes

Les différentes oppositions politico-religieuses ont contribué, non sans rapport avec des soutiens étrangers pariant sur elles, à la fin du régime de Kadhafi. Elles ne sont pas étrangères à l’orientation donnée par le Conseil National de Transition (CNT) dont le Président, Mustapha Abdeljélil, déclara le 23 octobre 2011 à Benghazi : « En tant que pays musulman, nous avons adopté la charia comme loi essentielle, et toute loi contraire à la charia est légalement nulle et non avenue ». Cependant, comme partout ailleurs, la charia n’a pas tardé à faire l’objet d’interprétation différentes selon ce qui est recherché par les différentes oppositions politico-religieuses : celles qui se réclament des zawâyâ et de la classe cléricale traditionnelle, les Frères musulmans selon leurs alliances étrangères et les ramifications auxquelles ils se rattachent, les différentes expressions du salafisme, etc.

Dès l’effondrement du régime de Kadhafi, Al-Qaida et d’autres expressions de l’islam politique, ont choisi la Libye comme point d’appui pour l’expansion du djihad en Afrique du Nord et au Sahara.

En effet, la Libye a été choisie comme l’une des bases de repli de certains djihadistes fuyant les combats sur d’autres fronts. Elle est devenue un terrain favorable à l’implantation et à la reconstitution de tous les groupes jihadistes démantelés ailleurs. Plusieurs facteurs militent en faveur du redéploiement de ces groupes en Libye : la disponibilité d’armes lourdes abandonnées par l’armée libyenne ou introduites par les contrebandiers et les marchands d’armes, l’effondrement de l’Etat libyen et l’affaiblissement de ses forces armées et de sécurité, la popularité de figures de l’islamisme dont les disciples ont pris pied dans cette vaste porte ouvrant sur l’Afrique subsaharienne et sur la Méditerranée, etc. Les rivalités entre les dirigeants libyens qui se sont succédés depuis 2011, et leur incapacité à contrôler le pays et ses frontières, les a conduits à sous-traiter la sécurité à des sociétés privées étrangères. Des régions entières, notamment au Sud, ont été abandonnées aux milices, aux contrebandiers, à des groupes ethnico-religieux concurrents ou aux brigades islamistes. Tout en considérant les milices et brigades armées comme des facteurs de déstabilisation, ceux qui se disputent le pouvoir à Tripoli, à Syrte et à Benghazi cèdent une partie de leur autorité aux milices et aux factions armées qu’ils décrient tout en contribuant à les légitimer et à accroître leur pouvoir.

Les frontières libyennes, très perméables, se trouvent au croisement de grandes routes commerciales devenues, à la faveur de l’effondrement de l’Etat, des voies de passage empruntées par les trafiquants, les migrants, les convois de drogue et d’armes. Les groupes armés contrôlant ces frontières ont la possibilité d’entrer facilement dans plusieurs pays à partir de la Libye, transportant hommes, armes et divers produits d’un pays à l’autre.

Par ailleurs, les soulèvements de 2011 ont permis la réactivation de conflits locaux longtemps gelés mais jamais résolus. Les groupes jihadistes en ont profité pour se présenter tantôt comme médiateurs rapprochant les protagonistes, tantôt comme des stratèges experts en manipulation, utilisant les belligérants les uns contre les autres pour imposer leur domination.

Cette situation a facilité les manœuvres des groupes islamistes transnationaux. Ainsi, AQMI (Al-Qaida au Maghreb Islamique) a profité du vide politique et sécuritaire pour établir des liens avec des groupes locaux, dont Ansar Eddine et Ansar al-Charia, et pour élargir son rayon d’action régional. Une lettre de l’émir algérois Abdelmalek Droukdel, adressée aux leaders islamistes présents au Nord-Mali, révèle qu’une réelle coordination entre AQMI et Ansar Eddine existait bien avant l’arrivée des chef d’AQMO en Libye. ; le rassemblement de l’ensemble des forces radicales était l’un des objectifs à long terme de leur implantation dans l’Azawad. 

Les efforts déployés par AQMI pour fonder des cellules en Libye en leur apportant une aide financière, datent des débuts de l’effondrement du régime de Kadhafi. Les émirs algériens Abou Zeyd et Mokhtar Belmokhtar arrivent dans la province du Fezzan dès la fin de l’année 2011. Le rapprochement entre AQMI et Ansar al-Charia, à Benghazi et Derna a permis  l’établissement, à Ghat, de bases pour lancer des opérations en territoires voisins et pour approvisionner AQMI en armes.

En 2011, Mokhtar Belmokhtar se vantait d’avoir acquis des armes libyennes. C’est à partir du Sud de la Libye qu’il lança, avec la participation de membres de l’ancienne brigade de l’islamiste libyen Abdelhakim Belhadj, l’attaque contre Tiguentourine via les routes reliant le Nord-Mali au Sud libyen par le désert de Tafassasset. En 2011, Mokhtar Belmokhtar rencontra un vétéran libyen d’Afghanistan, dans le Sud de la Libye, dans le but d’établir des camps d’entraînement près de Sebha, pour des recrues libyennes comme des éléments venus d’Algérie, de Tunisie, du Maroc, de Mauritanie et du Mali.

En novembre 2012, deux mois avant la prise d’otages à In Amenas, le démantèlement, d’une katiba se dénommant Mouvement du Sahara pour la Justice Islamique  dans le Sud de l’Algérie, a révélé le rôle de la Libye comme base opérationnelle pour ce groupe qui projetait des attentats contre les installations pétrolières algérienne au Sahara pour exiger des négociations en vue d’obtenir l’indépendance du Sud algérien. La katiba était alors dirigée par Mohamed Lamine Bencheneb, l’un des sous-lieutenants de Mokhtar Belmokhtar, tué lors de la contre-offensive des forces algériennes à Tiguentourine. De même, c’est à partir de la Libye que fut organisée la conquête du Nord-Mali, par AQMI, le MUJAO (Mouvement pour l'Unification et le Jihad en Afrique de l'Ouest ) et Ansar Dine, et que furent lancées des attaques surprises dans les territoires voisins, dont attentats de 2012 à Tamanrasset et à Ouargla (Algérie).

Al-Qaida, a profité de l’environnement géopolitique chaotique consécutif aux soulèvements de 2011 et de la militarisation croissante d’acteurs non étatiques pour accroître sa présence au Maghreb et au Sahel. Ayman Al-Zhawahiri a appelé à l’instauration d’un État islamique en Libye où il a dépêché, dès le mois de mai 2011, Abdoul Basit Azouz, pour recruter 300 hommes dans l’Est.

De la Libye au Sahel : l’impact des opérations françaises

La France a, depuis les années 1980, lancé des opérations, en concertation avec ses alliés régionaux et internationaux, dans l’objectif d’assurer la stabilité d’une région où elle a des intérêts français économiques et stratégiques importants : l’opération Épervier, lancée en 1986 au Tchad, l’opération Serval, lancée en 2013 au Mali avant que ne soit lancée l’opération Barkhane en 2014. La menace des groupes jihadistes s’affirmant a fil des années et, surtout, avec le chaos en Libye, donna à l’intervention de la France et de ses alliés, à la demande des pays concernés, le caractère d’une opération visant l’éradication du terrorisme. Certes, ces opérations ont permis de détruire des sanctuaires jihadistes au nord du fleuve Niger. Elles ont également permis, un moment, le rétablissement de la vie politique malienne avant qu’un coup d’Etat, applaudi par la population et soutenu par la Russie et les mercenaires du Groupe Wagner, n’oblige la France en novembre 2022, à mettre fin à son opération au Mali, pour se redéployer au Niger et au Tchad. Malgré les pertes subies, les groupes armés islamistes ont réussi à se reconstituer, à se redéployer et à se relancer, surtout à partir de la Libye, devenue, comme on l’a vu, un sanctuaire pour divers groupes jihadistes, dont en particulier des troupes d'AQMI ou d'al-Mourabitoune, présents dans le sud de la Libye d’où ils font passer des armes et des munitions au Mali en utilisant plusieurs pistes à travers le Niger ; la passe de Salvador, la passe de Tummo, située à la frontière libyenne ; la passe de Korizo, entre la région du Tibesti au Tchad et la Libye ; le plateau du Djado, situé dans le nord du Niger et les environs de Tazerzait, dans le massif de l'Aïr.

Les opérations françaises ont obligé les groupes armés à fuir les territoires où ils sont attaqués pour se reconstituer dans les territoires des pays voisins, et en particulier en Libye. Cependant, les frappes françaises n’ont pas éradiqué la présence des groupes armés dont les actions continuent à menacer la sécurité de la région ; elles n’ont fait que déplacer le problème. Les spécialistes parlent d’un « effet mercure » facilité, entre autres, par la présence dans les rangs des groupes jihadistes de beaucoup de ressortissants de la région comme c’est le cas des groupes affiliés à Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) et au Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO). Cependant, cela est loin d’être un phénomène propre aux effets des opérations de la France et de ses alliés ; c’est aussi le cas pour les actions menées par d’autres pays. Ainsi, lorsque l’Algérie a réussi à chasser le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), celui-ci s’est redéployé au Mali et en Mauritanie où il a accompli plusieurs actions à la faveur des situations de crises et de conflits dans ces pays.  

Devenir des groupes islamistes en Lybie et de la menace terroriste au Nord et au Sud du Sahara

(voir aussi : islamo-nationalisme au Sahel)

Plus de deux décennies après les soulèvements donnant lieu aux « printemps arabes » et à l’effondrement de l’Etat libyen, les autorités libyennes peinent toujours à trouver une issue à la crise dans laquelle le pays s’enlise du fait du conflit qui oppose les gouvernements rivaux : celui de Tripoli, soutenu par les islamistes et leurs protecteurs internationaux, dont en particulier les parrains de l’Organisation Mondiale des Frères Musulmans, le Qatar et la Turquie, et celui de l’Est soutenu par le Maréchal Haftar et ses parrains, l’Egypte, la Syrie, l’Arabie et les Emirats du Golfe. Malgré les changements intervenus avec l’avènement du gouvernement de Fathi Bachaga, à Syrte, soutenu par le Maréchal Khalifa Haftar, et celui de son rival, Abdel Hamid Dbeibah, à Tripoli, l’espoir d’une sortie de la crise continue à fuir. Malgré les reculs électoraux de l’islam politique, dans les divers pays de la région, y compris en Libye, la prolifération des groupes armés islamistes continue à peser sur l’évolution de la situation au Nord comme au Sud du Sahara. Divers conflits agitent cet espace, s’alimentent réciproquement et offrent un terrain favorable aux groupes jihadistes dont la grande mobilité se joue des frontières pour articuler les conflits des deux rives du Sahara, narguant des États dont la légitimité a été usée par des décennies de politiques néolibérales dites de « réajustement structurel » leur imposant de renoncer à leur rôle social   .

Dans ce contexte, la Libye continue à jouer le rôle d’un arsenal alimentant plusieurs foyers terroristes ou mafieux en armes individuelles et collectives, y compris des missiles terre-sol-air, des territoires qui s’étendent de l’Afrique de l’Ouest, au Levant et à la Corne de l’Afrique. Les affaires de transferts illicites à partir de la Libye se font par voie terrestre et maritime à destination de plus de près de quinze pays.

Tant que perdureront les conflits à l’intérieur de la Libye entre ceux qui se disputent l’héritage de la Confrérie Sénoussie et du régime de Kafhafi, - conflits entretenus par les interventions directes ou indirectes des puissances internationales et régionales-, les différentes expressions de l’islam politique continueront à trouver dans ce pays un sanctuaire à partir duquel elles pourront mener des actions de déstabilisation transnationales dans les pays voisins au Nord comme au Sud du Sahara, voire plus loin.

 A l’heure où les contestations se multiplient au Mali au sujet de la nouvelle Constitution dont les acteurs islamistes voudraient supprimer la référence à la laïcité au moment où au Burkina Faso les nouvelles autorités semblent « involontairement » mettre en scelle les acteurs salafistes après avoir dénié la liberté de parole aux partis politiques classiques, la montée en puissance des de l’islamisme politique devient un enjeu à prendre en considération dans la reconfiguration du champ politique au Sahel.

____________________________
[1] Moncef Djaziri, , État et Société en Libye, Paris, L’Harmattan, 1996., p. 86.

[2] Interview avec O. Fallaci, « The Iranians Are Our Brothers : An Interview with Col. Muammar El Qaddafi », New York Times Magazine, 16 décembre 1979

[3] Mathieu Guidère, Al-Qaida au Maghreb Islamique, Paris, Editions du Rocher, 2007.

En Afrique, bien que les femmes demeurent avant tout les victimes de certaines des pires formes de criminalité organisée, un constat s’impose : depuis quelques années, elles sont également présentées comme des participantes actives, à tous les niveaux, des réseaux criminels, le nombre de délinquantes et de criminelles ne cessent ainsi d’augmenter[i].  

La criminalité transnationale organisée génère dans le monde entre 1,6 et 2,2 trillion de dollars par an[ii]. Elle est, selon l’ONUDC, en constante évolution: « c'est une économie qui s'adapte aux marchés et génère de nouvelles formes de délinquance. Il s'agit d'un commerce illicite qui transcende les frontières culturelles, sociales, linguistiques et géographiques et qui ne connaît ni limites, ni règles »[iii].

L’Afrique, terreau fertile pour la criminalité organisée
L’index du Global Initiative Against Transnational Organized Crime publié en 2021, classe l’Afrique deuxième continent enregistrant le niveau le plus élevé de crime organisé, derrière l’Asie.
Crime organisé en Afrique : classement des pays par indice

[i] INTERPOL-ENACT Report: Women as actors of transnational organised crime in Africa, November 2021, 32 pages.

[ii] https://gfintegrity.org/press-release/transnational-crime-is-a-1-6-trillion-to-2-2-trillion-annual-business-finds-new-gfi-report/
[iii] Criminalité transnationale organisée : l’économie illégale mondialisée, https://www.unodc.org/documents/toc/factsheets/TOC12_fs_general_FR_HIRES.pdf