Actualités

Actualités (406)

 

Source : Météo Sahel et Afrique de l'Ouest 

Timbuktu Institute, Juillet 2022

Les récents développements au plan politique qui ont conduit à mettre à la tête du parti au pouvoir, Ould Eyih quelques heures après la démission de l’ancien président Sidi Mohamed O. Taleb Amar, sont l'expression de besoins de changements dans le système politique mauritanien. En atteste aussi le changement de nom du parti à la tête du pays, l'Union Pour la République (UPR) devenu, depuis ce 3 juillet 2022, Insaf qui signifie "Équité" en arabe. 

 

Confrontée, ces derniers temps, à la conjoncture économique internationale et à la grogne des populations face à la flambée des prix, la Mauritanie s’est dotée d’un nouveau gouvernement en avril. 

 

Mais ce remaniement ministériel a du mal à convaincre, d’autant plus que les postes clés sont restés entre les mains des hommes forts du même régime. Cependant, deux départs importants sont à souligner: d’une part, celui du Ministre des Affaires Étrangères -ce qui laisse présager que le Président Mohamed Ould Ghazouani n’était pas satisfait du chef de sa diplomatie à la suite de plusieurs assassinats de mauritaniens au Mali voisin-. 

D’autre part, le Ministère des Finances est désormais confié à l’ex-directeur des impôts. Cette stratégie vise à renflouer les caisses de l’État -ce qui devient une impérieuse nécessité- mais aussi d’amoindrir les coûts des denrées alimentaires qui éloignerait le spectre d’ “émeutes de la faim” au moment où le monde est confronté à une crise qui concerne deux pays principaux exportateurs de céréales. 

 

La République Islamique de Mauritanie semble toujours hantée par de vieux démons. Après les évènements de 1989 exaspérés par des disparités communautaires, ce système continue de faire l’objet de dénonciation par la communauté noire mauritanienne qui se dit victime d’un “racisme d’État” caractérisé par des recrutements “mono-ethniques” dans les écoles d’excellence du pays ; ce qui rend les équilibres sociaux encore très fragiles. Le climat social reste délétère en Mauritanie pendant que la situation économique post-covid et les conséquences que la crise Russo-Ukrainienne continuent d’impacter ce pays à l’instar des autres Etats sahéliens. 

La détention de l’ancien Président cristallise encore les débats pendant que le pays tend vers une Concertation Nationale Inclusive (CNI) qui vise à traiter de “tous les maux que traverse la Mauritanie”.

 

Toutefois, sur le front de la lutte contre le terrorisme, la Mauritanie a adopté des stratégies qui, jusque-là, ont produit des résultats probants sur le terrain, malgré l’insécurité ambiante au Sahel et les attaques terroristes dans la région. Le dernier incident sécuritaire attribué à un groupe terroriste dans ce pays remonte à 2011. La question que se posent de nombreux experts est d’ailleurs de savoir si la stratégie mauritanienne de lutte contre le djihadisme pourrait faire des émules dans d’autres pays du Sahel malgré les lourdes pesanteurs sur le vivre-ensemble dans un Etat dont la gouvernance semble encore loin d’être inclusive. 

Entre pressions du « dedans » et contraintes du « dehors », l’actualité béninoise oscille entre la décision de retrait de ses forces militaires de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) et la préparation des joutes électorales pour les législatives. 

Tout d’abord, dans une note adressée au secrétariat des Nations Unies, le Bénin annonce sa décision de retirer progressivement ses forces  (environ 390 hommes) de la MINUSMA au plus tard en novembre 2023, au regard de l’impérieuse nécessité de renforcer sa sécurité intérieure. Certains observateurs analysent cette décision comme une prise de conscience accentuée du risque terroriste à la frontière du Burkina FasoPendant ce temps, certains interprètent cette décision comme un moyen d’être paré contre d’éventuelles représailles de la part des groupes armés en provenance du Mali. 

In fine, dans les deux hypothèses, il s’agit de se préserver davantage de la menace terroriste qui s'accroît de plus en plus au Bénin. Le pays a connu depuis quelques mois de nombreuses attaques terroristes, la dernière étant celle de la nuit du 26 au 26 juin contre le commissariat de Dassari (commune de de Matéri) dans l’Atacora faisant quatre morts dont deux policiers. On se rappelle aussi de l’attaque d’avril 2022 dans le parc Pendjari, où cinq soldats béninois ont perdu la vie. Un hommage leur a été dédié le mercredi 25 mai et fortement relayé par les médias et la classe politique. 

Pendant ce temps, le pays est en pleine préparation des élections législatives qui auront lieu dans quelques mois. Ces joutes électorales sont, à la fois, un moment d’exercice démocratique important, mais aussi, d’incertitude qui mettront en lumière certains conflits latents depuis les dernières joutes controversées. En ce sens, le secrétaire général de la Cour constitutionnelle béninoise, Gilles Badet, pose d’ores et déjà le débat sur l’éligibilité même des potentiels élus en rappelant les conditions dans lesquelles une élection est contestable : « les conditions d’éligibilité peuvent être contestées à tout moment” avant d’insister sur le fait que ce dialogue juridique autour des élections, est un élément de paix, tout en invitant à prendre connaissance des règles électorales.  

Mais la question se pose de savoir s’il faut séparer le domaine politique du levier traditionnel de médiation. D’où le débat sur le rôle des rois béninois dans ce tournant démocratique. En effet, par une déclaration en date du 6 mai, le secrétaire général du Haut conseil des rois du Bénin, Gangoro Suambou, invite « les rois et chefs traditionnels à ne plus prendre part aux réunions politiques ». Cette réunion a été l’occasion de féliciter le gouvernement pour les mesures prises « en faveur du développement du pays » et pour la reconnaissance constitutionnelle des rois et chefs traditionnels.

La situation sociopolitique au Bénin est l’expression d’une tendance générale dans laquelle les Etats de la région sont à la fois bousculés par des agendas politiques internes au même moment où ils doivent faire face à la pression sécuritaire régionale. Le Bénin est en train de devenir l’un des pays côtiers les plus exposés aux attaques terroristes au point où il deviendrait légitime de se poser la question de savoir si, au rythme actuel, il ne serait pas en train de devenir un nouvel épicentre, du moins un point d’attention préoccupant au niveau ouest-africain.

Le Niger cherche à consolider ses efforts et mieux « armer » ses forces de défense et de sécurité face à la menace terroriste, notamment dans la zone des trois frontières, entre Burkina Faso, Mali, et le Niger, où les groupes armés, les affrontements communautaires et les violences récurrentes se multiplient. Pour faire face à ces menaces, des opérations militaires sont menées dans la zone frontalière avec le, notamment à l’ouest du pays, proche de la frontière avec le Burkina Faso, où les populations ont dû quitter leurs localités en raison de la menace djihadiste. Dans ce sillage, l'armée a annoncé avoir neutralisé 65 terroristes ainsi que leurs équipements et matériels, et ce dans une perspective de permettre aux nigériens déplacés de pouvoir retrouver leur logement en sécurité. C'est un pays sous pression et sur au moins trois front contre la menace terroriste qui tente, aujourd'hui, sur le plan diplomatique d'occuper la place que lui confère la géographie, l'activité diplomatique d'un président qui veut s'imposer sur l'échiquier régional mais surtout un contexte géopolitique qui l'expose et l'interpelle à la fois.

Dans ce contexte, pour endiguer la menace terroriste, le Niger souhaite mettre en œuvre une coopération internationale, et que les occidentaux cherchent à redéployer.
Le président nigérien, Mohamed Bazoum, semble opter pour une redéfinition plus concertée de la coopération sécuritaire. En effet, le mercredi 18 mai, le Président demande, en plus d’un déploiement de forces européennes plus conséquent, des règles d’engagement différentes et davantage d’équipements militaires. Plus précisément, il affirme ensuite affirmé que les dirigeants européens et français doivent être prêts à prendre plus de risques lors des actions militaires et ne doivent pas être « hantés par les pertes », arguant la nécessité de faire des sacrifices. Cependant, l’opposition nigérienne affirme des positions réfractaires par rapport à cette décision de redéploiement des forces françaises et européennes qui, selon nombre de ses ténors, exposerait davantage le Niger. D’un côté, certains leaders d’opinion y voient un risque d’exacerbation du sentiment anti-français, qui, in fine, aggraverait l’instabilité du pays, à l’instar du Mali. D’autant plus que cette stabilité a pu être remise en question, au vu de la tentative de coup d’Etat au Palais présidentiel, dont trois soldats soupçonnés d’en être à l’origine ont été radiés au mois de mai pour faute grave dans le service et contre la discipline militaire. D’un autre côté, l’opposition pointe du doigt une « inefficacité » et un « opportunisme des forces françaises » au Mali et au Sahel de manière générale.

Dans la même logique d’intensifier la coopération internationale, lors de sa dernière tournée régionale, le nouveau Chancelier Allemand, Olaf Scholz, a rendu visite aux soldats allemands de l’opération Gazelle, mission chargée de former et entraîner les soldats nigériens. Le Niger semble intensifier ses relations avec les pays membres de l’Union européenne et entrer dans les faveurs de la communauté internationale au moment où le chancelier allemand affirme que « la situation ne s’améliorera pas avec la présence de mercenaires russes ». Il confirme ainsi la concurrence diplomatique de plus en plus nette entre la Russie et l’Union européenne sur le sol africain, notamment dans les pays du Sahel. 

Ainsi, la question sécuritaire semble inscrite au cœur de l’action du président nigérien qui, dans cette perspective, a reçu le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, lors d’une visite en date du 2 mai. A l’issue de cette rencontre, ce dernier déclare : « la paix, la stabilité et la prospérité du Niger et de l'ensemble du Sahel représentent une priorité absolue pour les Nations Unies » et que l’Organisation des Nations Unis doit aider les populations nigériennes.

A la croisée des chemins et sous les projecteurs internationaux, le Niger s’impose dans le débat régional avec un président dont le style « affirmé » divise au sein même de son pays. Bouclant une année au pouvoir au palais de Niamey, Mohamed Bazoum ne cherche plus ses marques, il semble vouloir les imposer dans le contexte d’un débat tendu sur la sécurité et surtout les rapports avec la France. Un partenaire stratégique historique aujourd'hui bien préoccupé par l'équation d'un difficile redéploiement au Sahel... après Barkhane.

 

Source : Meteo Sahel -Afrique de l'Ouest 

Timbuktu Institute, Juillet 2022

La grande salle de conférence de l’hôtel Niji de Tambacounda a accueilli la session inaugurale des « Conversations citoyennes : "Jeunes et médias, entre engagement et responsabilité citoyenne » le 30 mai 2022. Une initiative de Timbuktu Institute en partenariat avec l'Institut Français. Étaient aussi en face des jeunes lors de ces échanges, un enseignant, Pr Mohamed Baguidy, une Jeune leader, Mlle Ramatoulaye Mimi Diédhiou et un Journaliste, M. Maké Dangnokho. A l’issue de cette expérience la chaîne marocaine panafricaine Medi1TV, a accueilli lors de la chronique hebdomadaire « Hebdo Africain », Mlle Ramatoulaye Dièye, présidente de la commission féminine du Conseil de la jeunesse, pour revenir sur cette expérience et sa portée dans le contexte actuel marqué par l’emprise des fake news et de la désinformation sur les réseaux sociaux. Pour Ramatoulaye Diedhiou. Revenant sur la capacité des jeunes de faire « l’effort de discernement », la jeune leader politique soutient que « malgré l’idée dominante d’un mauvais usage des réseaux sociaux, les jeunes sont vraiment capables de faire preuve de responsabilité citoyenne si on leur fait confiance et les accompagne sur ce terrain ». Ci-dessous, l’entretien complet

 

 

Bonjour Ramatoulaye Diedhiou, vous êtes la présidente de la section féminine du Conseil régional de la Jeunesse, vous venez de prendre part à la session inaugurale des « Conversations citoyennes », une initiative du Timbuktu Institute en partenariat avec l’Institut français du Sénégal. Vous dites vous féliciter que la région de Tambacounda accueille la première édition. Mais quel est le sens d’une telle initiative dans le contexte actuel ?

 

En lançant ces Conversations citoyennes, Timbuktu Institute et l’Institut français du Sénégal viennent répondre à une forte demande de citoyenneté numérique. A l’heure de la désinformation et des fake news qui ont embrasé certains pays et continuent d’impacter négativement le vivre ensemble de même que nos relations avec d’autres pays tels qu’on le voit dans la sous-région, ces sessions interactives qui redonnent la parole à la jeunesse sont vraiment à saluer. Le choix de Tambacounda a été unanimement salué par les jeunes de cette région que l’on dit souvent périphérique, aux frontières du Mali. Pour moi, les Conversations citoyennes viennent lutter contre le phénomène d’auto-isolement qui enferme les jeunes loin de l’expression publique des idées et des opinions. Et puis, il persiste malheureusement, un grand fossé entre ce public jeune, hyper-connecté et friand d’informations et le discours institutionnel ou politique qui ne prend pas toujours en compte nos spécificités et nos aspirations.

 

Alors, Mlle Diedhiou, après cette session inaugurale, quelle a été la principale leçon à tirer sachant que le thème portait sur la problématique des jeunes et des médias, entre engagement et responsabilité citoyenne ?

 

Contrairement à une certaine idée répandue, les jeunes ne subissent pas seulement l’actualité. Lors de cette session, ils se sont révélés être de véritables acteurs du débat citoyen sur des sujets variés, très préoccupés par l’actualité politique et l’engagement citoyen. Il était impressionnant de voir comment les jeunes de cette région frontalière de Tambacounda se sont complètement approprié les questions socioéconomiques, politiques et géopolitiques.  Les jeunes ont réinterrogé la notion de liberté de la presse face aux enjeux de la désinformation. Même le débat sur la thématique du religieux et des rapports Sud-Nord ont été largement traités sans oublier les échanges internationaux, surtout les nouveaux rapports avec l’Europe et le reste du monde. En fait, les jeunes posent, aujourd’hui, de vraies questions qu’il faudrait désormais inscrire sur l’agenda du politique. Donc, à mon sens, malgré l’idée dominante d’un mauvais usage des réseaux sociaux, les jeunes sont vraiment capables de faire preuve de responsabilité citoyenne si on leur fait confiance et les accompagne sur ce terrain.

 

Alors, après ce succès de la Session inaugurale des Conversations citoyennes, unanimement salué sur les réseaux sociaux, dans la presse locale et même par les acteurs politiques dans leur diversité, quelle suite faudrait-il donner, selon vous, à cette belle initiative qui intéresse déjà d’autres pays de la région ?

 

Les conversations citoyennes vont se poursuivre dans d’autres régions sur la même lancée du plaidoyer fait par Dr. Bakary Sambe à l’issue de la session inaugurale invitant les jeunes à une contribution positive à la consolidation des acquis démocratiques et la cohésion sociale. Et je suis d’avis qu’il urge, aujourd’hui, de mieux écouter et d’entendre tous les jeunes de notre pays dans leur diversité au-delà des appartenances politiques. Il faut leur donner la parole afin que les autorités, la société civile, la famille éducative et les décideurs puissent les prendre en compte dans l’élaboration des politiques publiques. Il est clair que si on ne prend pas conscience de cette nécessité de les écouter dans le cadre du débat public, ils envahiront les réseaux sociaux où ils seront exposés aux effets insidieux de la désinformation et des fake news qui détruisent le vivre ensemble. Comme nous l’avons dit à nos partenaires du Timbuktu Institute et de l’Institut français, les « Conversations citoyennes » devront être davantage élargies pour un usage positif des réseaux sociaux. Mais la manière dont les jeunes de notre région se sont déjà emparé du digital avec toute cette créativité montre qu’ils sont pleins de talents et d’innovation. Ils ont seulement besoin d’être accompagnés pour les faire éclore au service de leur pays.

 

Source : Medi1TV

Bien que classé en tant que pays relativement stable dans un environnement régional mouvementé, le Sénégal connaît tout de même des tensions régulières à l’approche d’échéances électorales. Les élections législatives de fin juillet 2022 ne font pas exception à la règle. Aujourd’hui, la question du rejet de certaines listes depuis l’accomplissement des formalités de dépôt au mois de mai, fait sensation aussi bien au sein de l’intelligentsia sénégalaise que des profanes du domaine politique. Malgré les recours en justice, le Conseil constitutionnel a publié deux décisions relatives à la validité des listes déposées. Plus précisément, la liste de la coalition d’opposition de Yewwi Askan Wi avait été invalidée par la Direction Générale des Élections pour violation de la règle paritaire; mais le Conseil autorise à ladite coalition de modifier sa liste. Concernant la seconde décision, elle concerne le recours intenté par les partis d’opposition contre la liste de Benno Bokk Yakaar (coalition au pouvoir), dont le nombre de parrainages déposés excédait le nombre requis par la loi. Ce dernier recours est jugé irrecevable.

Néanmoins, ces décisions de justice ne signent pas, pour autant, la fin des tensions. L’opposition se radicalise et se mobilise pour des manifestations en se basant sur les dispositions de la Constitution sénégalaise au moment où l’administration territoriale, elle, interdit les rassemblements sur la voie publique s’appuyant sur un article du code électoral. 

Il s’installe un flou au point où le code électoral semble de plus en plus confus pour la population, mais aussi pour les partis politiques. Ainsi, en vue des élections présidentielles de 2024, nombre d'experts appellent à clarifier certaines dispositions-clés de ce code afin de réduire le risque de violences politiques que peut entraîner le contentieux électoral. 

A côté de ce contexte pré-électoral tendu, les conséquences de la guerre en Europe affectent le continent africain et les autorités sénégalaises ne cachent plus que le pays est rudement touché. En effet, selon l’association Actionaid, la hausse des prix sur le continent relative à la guerre Russo-Ukrainienne sera plus importante que la moyenne mondiale. C’est ainsi que, lorsque que le Secrétaire général des Nations Unies s’est rendu au Sénégal, début mai, il affirme : « quand on évoque la situation socio-économique, il est impossible de ne pas aborder la guerre en Ukraine et son impact sur l'Afrique » et se dit préoccupé par la situation, sachant que ces crises économiques peuvent engendrer une instabilité accrue dans des pays déjà en crise, comme c’est le cas de nombre de pays du Sahel. 

En plus de cette situation économique tendue, le pays encourt de réels risques de troubles sociaux et politiques. L’impasse actuelle de l’invalidation de la liste des titulaires de la coalition Yewwi Askan Wi pour défaut de parité de même que la validation jugée injuste de celle de la coalition au pouvoir risquent de mener le pays vers un bras de fer dont l’issue est incertaine. Le pays tant de fois cité comme un modèle démocratique dans la région est aujourd’hui à la croisée des chemins avec des risques réels de troubles voire d’instabilité politique.

Pour Dr. Bakary Sambe : "Un dialogue multi-acteurs s'impose si l'on ne veut pas aller vers une situation inextricable. Il faudra d'abord une entente au sein de l'opposition pour concilier les positions des "validés" et des "invalidés" et ensuite entre cette opposition pour l'heure divisée et la coalition au pouvoir qui doit aussi faire des efforts en termes de décrispation comme l'opposition qui doit entendre les nombreuses voix pour une désescalade préalable au dialogue"

Source : Météo Sahel et Afrique de l'Ouest - Timbuktu Institute - Juillet 2022

Au Mali, depuis la prise du pouvoir par les militaires et les brouilles qui se sont succédées et aggravées avec la communauté internationale, la transition semble être sur une ligne dure. Cette ligne dure est caractérisée par la prise de décisions unilatérales dont la dernière en date remonte à  mai 2022, lorsque la  junte au pouvoir annonce son retrait du G5 Sahel. Ce qui entraîne par ricochet son retrait de toutes les instances du G5, la force militaire anti-djihadistes y compris. Pour justifier sa décision, le Mali affirme que le G5 n’a pas réussi sa mission de lutte contre le terrorisme. Or, certains observateurs font remarquer que la grogne du gouvernement malien de transition provient de l’opposition d’un certain nombre de pays, notamment un “État extra régional”,  à voir le Mali assurer la présidence tournante. Convient-il de reconnaître qu’avant ce retrait, le G5 Sahel n’était pas dans une position avantageuse. En effet, d’un point de vue opérationnel, trois membres sur cinq, que sont le Burkina Faso, le Mali et le Tchad sont dans une situation de transition politique; ce qui pose le problème de la légitimité même des autorités actuelles dans ces pays en même temps qu’il soulève des questionnements sur la stabilité régionale. A cela, s’ajoute le fait que, depuis sa création, le G5 Sahel aux objectifs ambitieux n’a pas pu résoudre l’équation sécuritaire que pose la persistance du risque terroriste. Ensuite, d’un point de vue même de la durabilité de l’Organisation, le G5 fait régulièrement face à des problèmes de financements dépendant principalement d’une générosité internationale qui, finalement, ne s’est pas manifestée comme attendue. Il convient alors de se demander si le G5 Sahel peut subsister et accomplir sa mission sans le Mali, épicentre même de la menace terroriste? . D’où la floraison de réactions pleines  d'inquiétudes malgré l’optimisme du ministre tchadien de la communication Abderaman Koulamallah qui  “espère, pouvoir convaincre le Mali de revenir sur sa décision”, au moment où, le Président du Niger Mohamed Bazoum, lui, assimile ce retrait du Mali  à « la mort » du G5 Sahel. 

Si l'opinion publique malienne a été jusque-là unanimement favorable à la junte au pouvoir, quelques voix discordantes contre le régime ont néanmoins été relevées ces derniers temps. C’est le cas l’Imam Mahmoud Dicko qui, lors du dernier Forum de Bamako sur la Paix, s’est encore illustré en critiquant ouvertement les autorités de la transition d’avoir “pris en otage” le peuple malien sans ménager la  entre une communauté internationale qu’il qualifie  d’« orgueilleuse ».  et des dirigeants « arrogants » selon l’imam Mahmoud Dicko. La suite des propos de l’Imam est révélatrice des risques qu’encourent les tenants d’un discours qui s’opposerait à celui de la junte et à ses orientations plutôt isolationnistes. Car, lui-même affirme en tenant ces propos, l’imam précise qu’il a « conscience des risques qu’il prend”, d’autant plus que de tels propos critiques à l’encontre de la junte deviennent de plus en plus rares.

Ainsi, le Mali s’isole, d’une part du Sahel, mais aussi davantage de l’Union européenne, pour se rapprocher de la Russie devenu son partenaire international surtout dans le domaine sécuritaire. En effet, les Etats membres de l’Union européenne ont retiré une partie des effectifs déployés dans le pays en raison de la cessation de la formation des unités des forces armées et de la garde nationale malienne. De plus, début mai, le Mali a dénoncé les accords de défense passés avec la France depuis 2013, en réponse aux violations de l’espace aérien malien et de la souveraineté étatique par l’Etat français dont le Mali serait victime. Pendant ce temps, la junte militaire se rapproche alors de la Russie et du groupe militaire privé Wagner. Ainsi, le ministre des affaires étrangères  malien, Abdoulaye Diop, et le chef de la diplomatie Russe ont, tous les deux,  dénoncé des agissements “coloniaux” français au cours d’une rencontre à Moscou. En dépit de ce rapprochement, il faut reconnaître que le Mali connaît des difficultés d’ordre financier en raison des sanctions économiques que la CEDEAO a prononcées contre lui et peinerait à obtenir les fonds nécessaires pour financer le groupe Wagner. A ce sujet, en avril, la banque mondiale énonçait le risque de récession dans lequel pourrait plonger le pays à la suite de ces sanctions.

Le dernier Sommet de la CEDEAO qui semble donner une chance supplémentaire au régime de Bamako de sortir de son isolement de même que les efforts promis sur l’agenda de la transition avec la nouvelle Constitution et la loi électorale semble augurer d’un dégel dépendant  encore de nombreux paramètres. Même encore timide, la levée de bouclier d’une partie de la classe politique malienne avec la possible candidature du Colonel Goïta présage d’un contexte politique malien mouvementé alors que le pays se préoccupe plus qu’auparavant d’un retour progressif dans les instances régionales malgré les nombreux obstacles.

 

Source : Météo Sahel et Afrique de l'Ouest - Timbuktu Institute - Juillet 2022

Le général Mouhamad Hamdan Daqlou, vice-président de Conseil souverain, a rencontré le 4 juin dernier, au Soudan, l'expert indépendant de l'ONU pour les droits humains et ancien Secrétaire général Adjoint des Nations Unies, M. Adama a Dieng.

Après avoir souhaité la bienvenue à l'expert indépendant qui effectue sa deuxième visite en cette qualité, au Soudan, le Général a formulé des vœux pour la réussite de cette « importante mission ». De manière exhaustive, le conseil a fait part à l'expert indépendant les efforts que l’état est en train de consentir en ce domaine, en référence aux améliorations que l’on constate parfois dans tout le pays. 

 

Le général Daqlou a réaffirmé l’engagement du conseil à améliorer la situation des droits humains dans le pays, travaillant en synergie avec les agences des Nations Unies ainsi que le Conseil des droits de l’homme. A l’issue de cet entretien fortement relayé par la presse soudanaise,  il a été rappelé avec insistance que « la collaboration avec le Soudan est importante, mais renforce aussi les efforts nationaux contribuant aux conditions de la stabilité dans tous les secteurs ». Ils ont également signalé la préoccupation partagée « à continuer à la mise en œuvre de toutes les recommandations exhortant à l’amélioration de la situation des droits de l’homme dans le pays ». 

 

De son côté, l’expert indépendant pour les Droits de l’homme dans le Soudan, en l’occurrence M. Adama Dieng, a accueilli à bras ouverts les résolutions du gouvernement pour mettre fin à l’état d’urgence et la libération de détenus, en qualifiant ces décisions de tendances rassurantes et louables qui pourraient être propices à un dialogue inclusif dans le pays. Il a, par ailleurs, appelé toutes les parties à s’activer résolument pour mettre un terme à la situation actuelle qui, selon lui, influe négativement sur le secteur économique de même que sur le respect des Droits humains.

 

L’expert indépendant des Nations Unies a ensuite assuré avoir exhorté la communauté internationale, à travers les ambassadeurs accrédités au Soudan, à apporter une aide impérative et soutien affirmé au Soudan. Il a affirmé que le Soudan, « riche de toutes ses potentialités », figure parmi les pays les pays-clés de la région. Et de ce fait, rappelle Adama Dieng, « forts de de tous ces atouts, les Soudanais, dans leurs différentes composantes peuvent ouvrir, ensemble, une nouvelle page de leur grande histoire »

Dans le cadre d'un partenariat sur la thématique de la prévention de la violence politique, Timbuktu Institute et la Fondation Konrad Adenauer ont organisé, ce 31 mai 2022, à Tambacounda, un atelier. Il s'agit, pour ces deux structures, de voir, entre autres thématiques, comment trouver un équilibre entre l'information utile et la responsabilité de contribuer à la cohésion sociale à travers le levier médiatique. Voir comment trouver un équilibre entre l'information utile et la responsabilité de contribuer à la cohésion sociale à travers le levier médiatique. C'est le but de la rencontre organisée, avant-hier à Tambacounda, par Timbuktu Institute et son partenaire, la Fondation Konrad Adenauer. Pour les organisateurs, le Sénégal, qui est habituellement présenté comme une exception dans cet environnement sahélien agité, doit préserver son image et servir d'exemple au reste du Sahel.

 

Selon la Représentante-résidente de la Fondation Konrad Adenauer, Caroline Hauptmann, cette rencontre est un dialogue multi-acteurs impliquant  les femmes et les jeunes des partis politiques, la société civile, les forces de sécurité et les leaders religieux. « Avec ce séminaire, nos deux structures ont fait montre d'une anticipation sur les thématiques susceptibles de compromettre la cohésion sociale mais aussi d'interpeller nos États qui se trouvent confrontés à ce défi de traiter d'un fléau relativement nouveau qui gangrène leur sécurité et leur stabilité » souligne-t-elle.

 

La paix sociale, estime Dr Bakary Sambe, Directeur de Timbuktu Institute, « se construit quotidiennement et de manière inclusive ». Tout en soutenant qu'il faut prêter attention aux signaux, il pense que c'est le lieu de lancer un appel solennel pour l'union de toutes les forces vives contre les violences politiques dont on aperçoit déjà les germes dans des discours de plus en plus passionnés.

 

Pour lui, toutes les forces vives doivent se mobiliser pour préserver la stabilité et les acquis démocratiques du pays surtout pour ces périodes à venir marquées par les compétitions électorales et des risques sur lesquels il nous faudra anticiper. « Nous ne devons pas perdre de vue l'enjeu énorme de la stabilité du Sénégal qui reste la seule constante, même après les échéances électorales et quel que soit le vainqueur », souligne Dr Sambe, selon qui la consolidation de notre résilience est une responsabilité partagée.

 

La crise malienne, soutient-il, est loin d'être réglée et « la région de Tambacounda ne doit pas être regardée comme une périphérie, mais comme le dernier verrou face aux risques de débordement de l'épicentre du djihadisme à partir d'un pays voisin qui ne contrôle plus ses frontières. Dans un tel contexte, poursuit le Directeur Régional de Timbuktu Institute, nul ne peut avoir le droit à l'escalade verbale, à la violence symbolique à travers les réseaux sociaux ou physique par la casse ou la répression arbitraire ».

 

 

Source : Le Soleil

Pape Demba SIDIBE

 (Correspondant)

 

 

 

 

 Par Hervé Briand

Expert-Associé au Timbuktu Institute

Suite aux crises successives de la covid 19 et de la guerre russo-ukrainienne, force est de constater que la "globalisation" et la mondialisation à outrance sont
des concepts aujourd'hui fortement critiqués, dénoncés, écologiquement non durables, et finalement dépassés...

En matière sécuritaire, il en va de même : des stratégies militaires globalisantes, conceptuelles souvent "hors-sol", ont montré leurs insuffisances et leurs limites,
notamment au Proche et Moyen-Orient, mais aussi et surtout en Afrique, particulièrement en Afrique de l'Ouest et plus précisément au Sahel...

 

En effet, si les conflits en Afghanistan, en Syrie, voire au Yémen sont de nature et de causes très différentes, et leurs acteurs ethniques totalement distincts, il en est de même pour les divers conflits africains, qui sont de causes très diverses : le conflit en Somalie avec les AL SHEBABS n'est pas de même nature que le conflit armé régionaliste au nord de l'Ethiopie, et encore moins que le conflit "larvé" et de nature plus "clanique" actuellement sous-jacent en Libye. De même, en Afrique de l'Ouest, les problématiques politiques générés par le FRONT POLISSARIO au Sahara Occidental et au Maghreb, ne sont pas de même nature que les conflits terroristes (EIGS, JNIM -AQMI/FLM/ANSAR DINE) présents au Mali, au Burkina Faso ou au Niger, qui eux-mêmes n'ont pas la même genèse que le conflit sectaro-terroriste au Nigeria perpétré par les combatants de BOKO HARAM (EIAO/ISWAP). Précisons toutefois que si les rébellions politiques tchadiennes sont de nature très différentes, le Niger pâtit, quant à lui, essentiellement d'incursions et de conflits terroristes frontaliers ("zone des trois frontières") avec le Mali (région de Tilabéry) et le Burkina Faso (secteur de Torodi), mais aussi avec le Nigéria (département de Diffa).

Par ailleurs, les conflits armés "internes" dans le monde, notamment en Afrique et plus particulièrement au sein des trois pays "frères", à savoir le Mali, le Burkina Faso et le Niger, ne sont pas tous d'ordre terroriste ou jihadiste. En effet, ces pays tribaux sont confrontés depuis toujours à d'autres types de conflits intérieurs, tels que :

Des conflits ethniques locaux, des disputes inter-tribales, des conflits pastoraux souvent très meurtriers, mais aussi des "guérillas" incessantes de narco-trafics, dont des guerres de territoires avec droits de passage exorbitants, avec malheureusement aussi des représailles et autres règlements de compte vis à vis des populations locales, et bien sûr des conflits migratoires et leurs criminalités associées, des délits, des crimes et des violences de droit commun.

De temps à autres, des mouvements sociaux, des soulèvements populaires, mais aussi des rébellions politiques historiques (touarègues...), éclatent sporadiquement et se confrontent avec violence aux gouvernances locales...

Mais, ce qui retient surtout l'attention médiatique internationale, ce sont les luttes jihadistes fratricides, claniques et les attaques terroristes parfois savamment orchestrées, très médiatisées, visant par surprise des villageois locaux ou des cibles et des intérêts occidentaux...

Or, tous ces conflits ne devraient pas se traiter de la même façon selon leur origine, leur nature (cf. supra), l'environnement où ils se déroulent (pays, région, zones sahélo-sahariennes arides ou non...), mais aussi et surtout, selon les clans et les ethnies des acteurs et instigateurs de ces conflits aux origines très diverses.

Cependant, certaines stratégies militaires ou sécuritaires trop globales et trop conceptuelles peuvent parfois laisser à penser (à tort) qu'elles pourraient régler, à elles seules, tous ces divers types de conflits sahélo-sahariens, quelles que soient leurs natures, le profil de leurs acteurs et l'environnement où ils se déroulent... Leurs résultats plutôt décevants sur le long terme devrait pourtant inciter à reconsidérer l'efficience de certaines formations sécuritaires, voire le fonctionnement et les réels objectifs de certaines structures internationales sécuritaires (mais aussi certaines ONG ou autres structures diplomatiques...), jugées par certains comme des "mastodontes occidentaux essoufflés", de type "usines à gaz" aujourd'hui inadaptées aux réalités actuelles du terrain africain, au pragmatisme et à l'urgence des populations locales, voire inconsidérées par une partie d'entre elles...

Il est souvent perçu par certains locaux que des conceptions européennes (UE) parfois figées, mal adaptées aux réalités locales et souvent déjà trop complexifiées au sein de l'Europe et pour les Européens eux-mêmes, l'étaient bien évidemment encore davantage en terrain difficile qu'est la zone sahélo-saharienne et surtout auprès de ses populations et ses acteurs sécuritaires aux besoins plus immédiats et pragmatiques.

Parallèlement, des convois militaires de tous ordres (MINUSMA, BARKHANE..) ont pu également, au fil du temps (souvent ingrat), apparaître injustement aux yeux d'une minorité grandissante (manipulée ou non par les nombreuses officines de propagande...), comme des troupes d'occupation ou des forces impérialistes manoeuvrant parfois en plein désert, tels des contingents de "Fort Saganne"...

Dans un discours de vérité, il est parfois fait état du "malaise", de l'incompréhension ou de la frustration de certains Touaregs admettant plus difficilement aujourd'hui qu'un Américain ou qu'un Européen puisse encore occuper leur espace saharien, ce après plusieurs années de présence occidentale sur leur sol qu'ils jugent malheureusement infructueuse. Certains "nomades" locaux ajoutent sur le ton de la boutade, que face à des "Nordiques" européens, "descendants des Vikings leur expliquant la paix dans LEUR désert" (selon leurs termes - sic), ils ne verraient pas "des Touaregs discuter de la fonte des glaces au Pôle Nord dans un comité de pilotage européen" ! Si ces "piques" locales acerbes et très exagérées prêtent évidemment à sourire, sachant que les forces armées occidentales en question remplissent avant tout une tâche (ingrate) de sécurisation et de protection des populations locales et ce, à la demande initiale des États concernés, il n'en reste pas moins que ces réflexions sont symptomatiques d'une population ouest-africaine qui se veut aujourd'hui plus indépendante que jamais...

Mais, les incompréhensions ou des "frustrations" de certains Sahélo-sahariens ne sont pas toutes exclusivement formulées vis-à-vis de l'Occident (UE, USA, France...). Des interrogations s'élèvent également à l'encontre des États africains, de la "mal-gouvernance", de la corruption parfois endémique, et des structures de défense intra-africaines, jugées encore trop "lourdes", complexes et peu réactives, à l'instar du "G5 Sahel" :

Sur les cinq pays constituant l'actuel G5, seuls les trois "pays frères", que sont le Mali et le Niger (de "construction" similaire), mais aussi le Burkina Faso, ont réellement de nombreux points communs en terme de culture, d'ethnies et modes de vie, tandis que la Mauritanie et plus encore le Tchad font face à des problématiques (politiques, ou rébellions...) de natures très différentes de leurs pays voisins : alors que la Mauritanie semble, quant à elle, sortie de la spirale terroriste, le Tchad est davantage en proie aux "sous-rébellions politiques" et au conflit secto-terroriste de BOKO HARAM (EIAO/ISWAP), là encore d'une autre nature terroriste que celle du JNIM/GSIM et de l'EIGS

Aussi, bien avant le putsh militaire au Burkina Faso, puis la sortie récente du Mali du "G5 Sahel", cette "globalisation sécuritaire occidentalo-africaine" semblait déjà marquer le pas...

Les pays côtiers, tels le Bénin, le Togo ou le Ghana (connaissant il est vrai de rares infiltrations djihadistes sporadiques), ni même le Sénégal ou la Côte d'Ivoire, n'auraient pour l'heure, à mon sens, aucun intérêt à rejoindre une force éponyme de type "G7 ou G10 Sahel", qui serait alors surdimensionnée, moins efficiente, face à des groupuscules jihadistes ultra-mobiles et principalement centrés sur la zone dite des "trois frontières" (Mali, Niger et Burkina). Ce serait pour ces États, prendre le risque "d'importer" sur leurs sols la question terroriste et les problèmes qui y sont liés, alors qu'ils n'ont aujourd'hui aucune réelle implantation jihadiste durable sur leurs territoires, ni même d'idéologie radicale directement menaçante...

C'est donc, je pense, une approche moins globale, mais beaucoup plus pragmatique et locale des conflits qu'il conviendrait de privilégier aujourd'hui, à savoir une pragmatique mutation de l'actuel G5 en un "G3 SAHEL", concentrant sur un même espace seulement les trois pays "frères" : Mali, Niger et Burkina, tous en proie aux mêmes menaces ou difficultés et conflits de même nature (JNIM/GSIM, EIGS).

Bien entendu, ce "G3 SAHEL", recentré sur un espace plus réduit aux fins d'un pragmatisme et d'une efficacité optimale, devrait être soutenu par un partenariat plus "discret", sans doute moins coûteux, et finalement plus efficient de l'Occident.

En effet, afin d'être plus efficace, mieux admise et "intégrée" par les populations locales, la puissance des forces armées occidentales, notamment françaises, au Sahel pourrait se muer aujourd'hui en un strict appui discret d'ordres stratégique, technique (formation, renseignement - drones - sources techniques et humaines...), logistique et financier, mais sans les aspects strictement opérationnels, c'est à dire sans aucune présence physique régulière au sol de troupes (patrouilles) militaires occidentales.

À ce changement de statut et de mission, un changement de nom de "feu Barkhane" s'imposerait alors...

Avec cette éventuelle "mutation" de l'actuel dispositif sécuritaire sahélo-saharien, appuyé alors exclusivement "techniquement" par l'Occident, les forces armées locales de ce "G3 SAHEL" auraient la vocation d'assurer dorénavant elles-mêmes les opérations de terrain en se dotant principalement "d'unités spéciales" très mobiles, composées à la fois de combattants militaires "nomades" locaux aguerris (dont Peulhs et Touaregs...) et de commandos militaires régionaux. Commandés par des cadres militaires nationaux exclusivement issus du G3, et parfaitement "reconnus" et légitimés par les populations locales concernées, ces "unités nomades G3" pourraient également s'appuyer sur le "Renseignement Nomade" qu'il conviendrait de développer encore davantage...

Ce nouveau partenariat militaire et sécuritaire plus efficient "G3 SAHEL/OCCIDENT", à la fois discret, "technique" et financier, représenterait un soutien considérable, essentiel, et je l'espère, mieux intégré par les populations locales, ce, en faveur d'une Afrique plus souveraine et de la promotion d'une paix durable au Sahel !

Hervé BRIAND

Dans son allocution lors du Forum de Bamako, cette semaine l’Imam Dicko est allé droit au but avec un langage dépouillé des convenances : « Je vais parler du Mali aujourd’hui. Pendant que les Maliens sont pris en otage par un gouvernement arrogant (je dis bien arrogant !!), la communauté internationale pense que le peuple malien doit rester dans cette situation, mourir à petit feu, assailli par la famine, par l’insécurité et le djihadisme qu’on arrive pas à contrôler »

 

Pour le guide religieux qui a été très engagé dans les manifestations qui ont eu raison du président IBK, il y a, aujourd’hui, un statu quo incompréhensible dans cette crise malienne « On ne cherche pas de solutions, la communauté internationale est dans son orgueil, nous nous sommes (Mali) dans notre arrogance et le peuple est en train de mourir et vous, vous venez parler de paix, de sécurité… «

 

« De quelle paix s’agit- il? » se demande le guide religieux en poursuivant sur le même ton et en précisant : « je parlerai avec mon cœur. Je ne comprends pas l’attitude de la communauté internationale dans son orgueil, pour dire que nous avons dit ceci, il faut des élections ». A cette « incompréhension, il ajoute des « interrogations » sur la portée des valeurs pour lesquelles la communauté internationale « justifierait » les sanctions sur son pays : « Mais le caractère fondamental des droits de l’homme c’est le droit à l'existence pourtant le peuple malien est menacé dans son existence et on est là à faire de la surenchère sur les délais pour l’organisation des élections (18 mois, 20 mois, 30 mois…) ».

 

« C’est la raison pour laquelle je parle de l’arrogance de nos dirigeants, je le dis ici. Je peux sortir et ils peuvent m’interpeller mais je leur dirai leur arrogance et l'orgueil de la communauté internationale, c’est le peuple malien qui est en train de payer cela! », se désole-t-il en concluant sur la situation actuelle du Mali :

 

« C’est extrêmement grave, une classe politique moribonde, qui ne bouge pas, qui n’existe plus! Une société civile qui a cessé d’exister, il faut le dire! Le peuple est trimballé entre des gens qui veulent une transition indéfinie et des gens qui ont des principes alors que ces principes doivent être pour l’épanouissement du peuple. Est-ce que, au nom de ces principes le peuple malien, l’Afrique entière doit assister à sa destruction du Mali, à son effondrement sans lever le petit doigt? Je crois que l’histoire retiendra cela!! »

Vidéos similaires