Actualités

Actualités (378)

(Source : Le Soleil 29/09/2021)

S’exprimant sur la bisbille existante entre la France et le Mali suite au rapprochement Bamako-Wagner, le Directeur régional de Timbuktu Institute pense qu’aucun partenariat conventionnel n’est de trop pour que le Mali recouvre la paix et la stabilité. Selon Bakary Sambe, la sous-région n’a pas besoin de ligne de fracture supplémentaire face aux défis sécuritaires.

Le rapprochement entre la Russie (Wagner) et Bamako ne semble pas plaire Paris qui menace de retirer ses troupes du Mali. Enseignant-chercheur au Centre d’études des religions (CER) de l’Université Gaston Berger (UGB), Ufr Cra, Bakary Sambe, par ailleurs Directeur régional de Timbuktu Institute, a été interpellé sur le développement de ce malentendu durable entre la France et le Mali. Selon lui, l’escalade a commencé depuis l’avant Sommet de Pau et lorsque la France, qui était critiquée au sein de l’opinion publique, avait, par la suite, brandi la menace de se retirer.

            « Je pense que Emmanuel Macron a eu le courage de ses positions, mais dans le ton de son discours, il a manqué quelquefois de tact dans la manière de s’adresser aux autorités africaines. Car, quiconque connait bien la culture africaine sait qu’on ne hausse pas le ton devant l’autorité politique ou traditionnelle », a exprimé M. Sambe. À son avis, ce qui se passe aujourd’hui, ce sont des effets aggravants, notamment avec le coup d’Etat, la manière de gérer la transition. Et a-t-il renseigné, « cette information sur l’arrivée de Wagner a transformé le conflit de perception en une escalade verbale et diplomatique ». Or, pour lui, la région du Sahel, au regard des menaces et des défis partagés à relever, a plus besoin d’une synergie d’action, d’un partenariat franc, que d’escalade diplomatique. 

            Ce qui pousse le Directeur régional de Timbuktu Institute à dire : « Entre le Mali et la France, nous n’avons pas besoin de cette escalade au regard du positionnement stratégique des deux acteurs en jeu. La France reste le partenaire le plus constant dans sa coopération militaire. La sécurité et la stabilité de la région ont besoin d’une synergie entre la France et le Mali. Mon intime conviction est qu’aucun partenariat conventionnel n’est de trop pour que le Mali recouvre la paix et la stabilité ». Estimant qu’on ne doit pas laisser cette crise perdurer, l’Enseignant-chercheur a invité le milieu diplomatique à intervenir afin qu’on puisse retrouver une forme de partenariat équitable répondant aux intérêts et aux priorités du Mali. « Pour moi, ce n’est ni dans l’intérêt du Mali ni dans le rôle de la France en tant que partenaire traditionnel d’entrer dans une escalade infinie pendant que les urgences sécuritaires sont là. Devant l’ampleur des défis sécuritaires partagés, la sous-région n’a pas besoin de ligne de fracture supplémentaire », a conclu Bakary Sambe.

 

En marge de la conférence-débat sur « religions, laïcité et citoyenneté : quels enjeux pour le vivre-ensemble au Mali ? », la nouvelle directrice de Timbuktu Institute-Mali, nous a accordé la première interview depuis sa prise de fonction, la semaine dernière. A la tête de cette structure de recherche-action, prônant la prise en compte des ressources endogènes et l’expérimentation des approches agiles en contexte de crise, Fatima al-Ansar décline sa vision tout en lançant un « appel pressant » à toutes les organisations maliennes travaillant dans le domaine de la résolution des conflits, de la médiation et de la prévention de l’extrémisme violent à « unir leurs efforts dans le cadre d’une coalition inclusive d’acteurs ».

 

L’Indépendant : Vous venez d’être nommée à la tête du Think Tank, Timbuktu Institute, qui est un Centre africain d'études sur la paix. Quelle est la portée de la mise en place de cette structure au Mali, d’autant qu’il y a bon nombre d’organisations qui interviennent sur cette question ?

 

Fatima Al-Ansar : Cette démarche est en droite ligne avec la conférence-débat que nous avons organisée, le samedi 25 septembre dernier. Avant la création de Timbuktu Institute, les différents acteurs, nationaux, régionaux ou internationaux rencontrés et consultés, ont tous déploré soit l’insuffisance de capacités endogènes ou leur non-valorisation dans la recherche de solution aux conflits ou la prévention des crises en Afrique. Saisissant ce retard accusé dans ces efforts de production d’une pensée critique et constructive à la fois pour traiter des grandes problématiques liées à la paix et à la stabilité mais aussi la rareté déplorable de cadres de réflexion prospective valorisant les solutions endogènes et inclusives, Timbuktu Institute s’est voulu un instrument régional pouvant pallier ce manque.

 

L’Indép : Dans ce cas, quelle sera votre recette magique pour y parvenir lorsqu’on sait que d’autres l’ont tenté avant vous ?

 

  1. A :Il faut savoir que l’autre vocation de Timbuktu Institute est la formation des nouvelles générations sur les méthodes et approches innovantes en matière de promotion de la culture de la paix mais aussi le renforcement des capacités des acteurs devant élaborer les politiques publiques. Bien que tenant beaucoup de la dimension endogène des solutions, cela ne nous empêche pas de travailler avec les partenaires internationaux sur les questions liées à la consolidation de la paix et à la prévention des conflits ainsi que des violences qu’elles soient d’ordre politique, identitaire, voire religieux, etc. Mais tout cela en assumant pleinement notre passé riche de ses métissages et brassages. Ces ressources sont parfaitement mobilisables, aujourd’hui, pour accélérer notre processus de réconciliation.

 

L’Indép : Depuis l’éclatement de la crise multidimensionnelle au Mali en 2012, on a tellement entendu de déclarations de bonnes intentions et des vœux pieux. Quels sont vos atouts pour atteindre les objectifs fixés à savoir le retour de la paix?

 

F.A : La différence est que l’installation de l’Institut dans notre pays coïncide avec un moment critique, un tournant où nous n’avons plus le choix que d’avancer ou exposer le pays à une inextricable crise en plus des difficultés actuelles. Justement, dans ma vision à la tête de Timbuktu Institute-Mali, je milite avec des partenaires internationaux du Mali à la co-construction des solutions par une approche qui prenne en compte nos préoccupations.

 

Dans cet esprit d’une approche holistique et inclusive, notre premier programme qui sera bientôt lancé est intitulée « la Parole aux Maliens : pour la réconciliation » s’inscrivant pleinement dans le cadre des documents stratégiques comme la Stratégie nationale de réconciliation et celle sur la prévention de l’extrémisme violent récemment validée. L’échec des stratégies basées sur le « nation building » en Afghanistan nous rappelle qu’il faut écouter le terrain et non pas lui imposer des paradigmes conçus ailleurs.

 

L’Indép : Dans vos propos, vous avez émis l’idée de lancer une large coalition des acteurs de la recherche-action pour des solutions endogènes. En quoi consiste-t-elle ?

 

F.A : Vous savez, il y a tellement de dispersion de précieux efforts dans le cadre des actions menées par les structures de recherche-action comme par les organisations de la société civile malienne. Mais, de plus en plus, on peut noter une réelle volonté de synergie surtout que les urgences nationales sont bien là au point de rapprocher les visions. Timbuktu Institute cherche, dans l’urgence à donner corps à cet esprit unitaire qui se dessine malgré la gravité de la situation. Après la prise de contact avec nombre de ces acteurs dans toutes les régions du Mali, j’entame avec mon équipe, dès la semaine prochaine, une série de rencontres avec les organisations partageant cette vision. Je pense que c’est le moment ou jamais d’agir. Il faut bâtir ces synergies pour booster les initiatives endogènes inclusives, les promouvoir et les appuyer par une réflexion stratégique.

 

Pour moi, ce n’est pas antinomique avec la coopération internationale ; c’est une simple valorisation des solutions que les Maliens eux-mêmes peuvent proposer. Je crois beaucoup plus à cette autonomisation de la réflexion sur nos problèmes qu’à la volonté de jouer des rivalités internationales ou d’importer des conflits. Les Maliens et leur volonté de paix et de réconciliation font aussi partie de la solution. Si nous ne sommes pas autour de la table des solutions nous serons forcément dans le menu des convoitises. Il suffit de créer un déclic et d'avancer vers la réconciliation. Nous en avons les ressources si nous parvenons à faire face aux crises politiques. Reste maintenant la volonté.

 

Source : L’Indépendant

(Extrait de La Tribune*)

L'annonce de la mort du chef de l'Etat islamique au Grand Sahara (EIGS) a fait la Une des chaînes d'information en continu dans l'Hexagone. « C'est un moment de jubilation temporaire, car les réalités vont vite nous rattraper », tempère Bakary Sambe, directeur du Timbuktu Institute-African Center for Peace Studies et coordonnateur de l'Observatoire de radicalismes et conflits religieux en Afrique. « La mort de Ben Laden n'a pas fait miraculeusement disparaître Al-Qaïda. Ben Laden était un symbole et lorsqu'il est mort, Al-Qaïda lui a survécu. Considéré comme un martyr, il a fait de nouveaux émules. Dans la lutte contre le terrorisme, viser l'élimination des cibles ne suffit pas, car cela ne fait pas disparaître les causes structurelles du problème qui poussent des centaines, voire des milliers de jeunes gens dans la région de Liptako-Gourma vers l'EIGS ».

Franc succès militaire ou effet d'annonce ? Le timing de cette victoire militaire dans le Sahel interroge, à 48 heures des révélations de Reuters« La concomitance avec les tergiversations relatives à la présence supposée de milices étrangères vers le Mali est troublante », observe Bakary Sambe. « Depuis l'annonce précipitée du départ de Barkhane et du dispositif français, il y a eu un flou dans la communication sur le jihadisme de la part d'Emmanuel Macron lui-même qui donne aujourd'hui l'impression d'une volonté de reprise en main de la situation sahélienne », poursuit-il. La reprise en main de l'Hexagone doit néanmoins supporter la concurrence des nouveaux acteurs, et face au retour du multilatéralisme et à la redistribution des cartes géostratégiques, l'heure est à la realpolitik.

« Le multilatéralisme dérégulé a conduit à une forme de pragmatisme diplomatique », explique le directeur du Timbuktu Institute. « Depuis des années, les pays occidentaux semblent impuissants face aux coups d'Etat et n'invalident plus aucune élection présidentielle contestée. Dans les années 1980 ou 1990, lorsqu'un régime enfreignait les règles du droit et la constitution, les sanctions du FMI ou de la Banque mondiale tombaient immédiatement. Aujourd'hui, l'arrivée de nouvelles puissances comme la Chine, la Russie ou le Qatar, moins regardantes sur les questions des droits de l'homme et sur l'Etat de droit, avec des capacités financières considérables, représente une alternative de choix pour les régimes autoritaires, mais elle peut aussi devenir une menace pour la démocratie », prévient l'expert en géopolitique.

 

 

Timbuktu Institute (01/09/2021)

 

Dans la foulée des messages de félicitations qui se sont succédés depuis la prise de Kaboul, sur la page Facebook de la Ligue des Oulémas musulmans (Râbitat ulamâ al-Muslimîn), est publiée une « Déclaration de félicitations des ligues, institutions, et organes des oulémas adressées au peuple afghan et au mouvement des Talibans à l'occasion du retrait officiel de l'armée américaine et ses alliés »

 

Il serait intéressant d’analyser le contexte d’une telle Déclaration explicite au sujet d’un mouvement qui, il y a seulement quelques semaines faisait l’objet d’un certain isolement, pour comprendre comment des Organisation musulmanes africaines y compris sénégalaises en sont arrivées à signer cette motion en assumant pleinement leur soutien aux Talibans et au « peuple afghan ».

 

Il y a une tendance générale à la normalisation des relations avec les Talibans, nouveaux maîtres de l'Afghanistan. De la même manière que l'accord de Doha acte de manière solennelle la fréquentabilité des Talibans, les récentes rencontres "diplomatiques" de puissances occidentales annoncées par les Talibans puis confirmées es premières, s'inscrivent dans ce processus qui semble irréversible. Il est vrai que la variable géopolitique dictée par la forte affirmation de la puissance chinoise a été déterminante dans cette évolution des grandes capitales occidentales.

 

Mais la grande différence entre la situation de 2000 et celle de 2021 est qu'un certain pragmatisme et une reconnaissance d'un état de fait semblent avoir pris le dessus sur les "principes" jadis brandis par certains pays vis à vis-à-vis de l'idée même d'un Émirat "islamique". 

 

Les organisations islamiques ont très vite compris cette nouvelle tendance et se sont engouffrées dans la même brèche. Dès la chute de Kaboul, un flot de félicitations ouvertes s'est déversé sur les Talibans de la part des organisations islamiques les plus diverses indépendamment de leurs obédiences et orientations dogmatiques.

 

Élan de solidarité panislamique …. au-delà des obédiences

 

Bien que l’idéologie talibane ne relève pas du salafisme et soit plus proche du soufisme confrérique, la solidarité des mouvances salafistes, wahhabites ou des Frères Musulmans ne s’est pas fait attendre sans compter le soutien explicite de diverses personnalités musulmanes de premier plan : Cheikh Sadiq al-Ghiryânî, moufti de la Libye, Dr. Raysûnî du Maroc, Cheikh Mohammed Hassan Al-Deddew de la Mauritanie proche du Qatar et des Frères Musulmans, de même que des organisations proches de la mouvance islamiste à travers le monde. Il faut noter aussi que des organisations extrémistes et leurs dirigeants comme Mahfûz Bin Al-Wâlid plus connu sous le nom d’abû Hafs Al-Mûritânî (ancien numéro 3 d’al-Qaida ) ainsi que les ténors d’Al-Qaida dans le Presqu’île arabe se sont prononcées dans la même direction dès le lendemain de l’entrée des Talibans à Kaboul.

 

C'est dans cet élan que s'inscrit ce Communiqué de la Ligue des oulémas musulmans qui a été signé par 25 organisations islamiques et d’oulémas dont deux sénégalaises bien qu'au plan national elles n'aient jamais exprimé leur satisfecit à cette victoire des Talibans.

 

Malgré le titre du communiqué qui précise qu'il s'agit de félicitations aux Talibans et au « peuple Afghan » le fait est marquant en tant que tournant général dans le sens d'une inscription de ces tendances sur l'échiquier international indépendamment du fait que, par exemple, le Sénégal, comme beaucoup de pays de la région, ne s'est pas encore officiellement prononcé sur les derniers événements en Afghanistan.

Au Sénégal, il y a eu, certes, des précédents comme les manifestations de soutien à Oussama Ben Laden à Dakar en 2001 dans la cour de la grande Mosquée de Dakar.

 

Mais à l'époque les organisations impliquées s'étaient aussi exprimées sur les médias locaux et de manière explicite dans l'espace public sénégalais alors qu’au niveau international la situation étaient plus tendue.

 

Perception d’une « grande victoire » de l’islam contre les « occupants »

 

Les termes de la Déclaration font ressortir, la perception générale largement partagée dans les milieux islamistes d’une victoire et de la réalisation, au « bout de l’effort », du « rêve » de l’établissement d’un Etat ou « émirat » islamiques : « les organisations, institutions et ligues des oulémas du monde islamique sont très heureuses de suivre les triomphes de leurs frères en Afghanistan et la chasse des occupants. Ce, après une marche longue et pénible, mais aussi une résistance, endurance, constance, combat et sacrifices qui ont abouti à la chasse des occupants et la reprise de la souveraineté, conduite par un mouvement nourri d'endurance et d'esprit combattant, les talibans » 

 

Dans la même optique et sur un ton plus ou moins nuancé, les signataires de la déclaration reprennent pour leur compte la littérature sur le combat contre les « armées d’occupation » occidentales longtemps vulgarisée par Al-Qaida et même, récemment, par les groupes comme le JNIM d’Iyad Ag Aly au Sahel « en félicitant les frères afghans sur leur exploit qui a débouché sur la chasse des occupants et la restauration de sa souveraineté et de ses droits à décider sur son sort »

 

L’analyse de cette « réussite » talibane par les organisations signataires s’articule autour de l’idée suivante, explicitement, exposée dans le communiqué :  « La victoire du peuple afghan vient montrer que les peuples peuvent bien se détacher et vivre indépendants, hors du joug de la colonisation, de l'oppression des impérialistes, en dépit des de l'ampleur des conspirations qui se font contre nos peuples et communautés »

 

L’autre aspect important de la Déclaration des oulémas est la prise en compte des contraintes politiques et de la nécessité pour les Talibans de sauvegarder les « acquis » d’une normalisation et d’une reconnaissance internationale d’un Émirat islamique tant rêvé.

C’est dans ce sens que le communiqué, outre, un appel pressant au monde musulman à soutenir l’Afghanistan et son nouveau régime se distingue par la formulation de recommandations aux talibans pour qu’ils puissent « rester à l'abri des complots ».

 

La principale recommandation des Oulémas porte sur l’importance qu’accordent les courants islamistes à la durabilité du régime taliban, produit du laboratoire afghan qui devrait faire des émules : « Nous recommandons aux talibans, particulièrement, et au  peuple Afghan de manière générale de sauvegarder ce grand acquis qu’ils ont réalisé sur leur sol et s’y agripper tout en sauvegardant les droits légitimes, la justice, et de tirer leçons des expériences passées ».

 

La chute sur ce verset du Coran (sourate 24, verset 55) est on ne peut plus symbolique d’un état d’esprit de victorieux interprétant leur succès comme un accomplissement final d’une « volonté divine » venue récompenser un « effort soutenu » : « Allah a promis à ceux d'entre vous qui ont cru et fait les bonnes oeuvres qu'Il leur donnerait la succession sur terre comme Il l'a donnée à ceux qui les ont précédés. Il donnerait force et suprématie à leur religion qu'il a agréée pour eux. Il leur changerait leur ancienne peur en sécurité. Ils M'adorent et ne M'associent rien et celui qui mécroit par la suite, ce sont ceux-là les pervers"

 

Le « laboratoire afghan », le nouveau « variant » Taliban et le soft-djihadisme

 

La victoire des Talibans semblent acter la naissance d’un récit, d’un Storytelling inspirant et mobilisateur autour de la possibilité d’établissement d’un Etat islamique internationalement reconnu au 21e siècle. C’est un acquis à la fois psychologique et politique qui galvanisera bien loin des vallées afghanes et du monde arabe, les mouvements islamiques sahéliens malgré tout le débat sur la reproduction du scénario afghan. La reconnaissance occidentale tacite lui donne encore plus de brio.

Le retentissement médiatique de cette prise de pouvoir, de même que l’élan de solidarité qui l’a accompagnée dans le monde musulman sont renforcés par le shift pragmatique d’un Occident qui a succombé aux sirènes du réalisme diplomatique.

 

Tout en permettant de facto une fréquentabilité internationale des Talibans, les puissances occidentales sont dans la logique de ne jamais vouloir céder le terrain des nouvelles amitiés avec le régime de Kaboul aux rivaux chinois et russes.

 

L’idée d’un soft-djihadisme est désormais acquise et le laboratoire afghan a bien pu produire un nouveau variant taliban qui semble réussir son lifting idéologique lui permettant de nouer toutes formes d’alliances en Occident comme dans le monde musulman qui suivra le mouvement irréversible de la normalisation.

 

Mais, au-delà du constat, se posent d’énormes questions sur la crédibilité, au Sahel comme dans le reste du monde, du combat contre l’extrémisme et le terrorisme du moment où les valeurs qui le sous-tendaient sont désormais sacrifiés sur l’autel des intérêts stratégiques.

 

Selon une étude qui se propose d’analyser les comportements des habitants de certains pays du Sahel, au regard des informations circulant sur la COVID-19, les Maliens s’en remettent majoritairement à la télévision. Menée en décembre 2020, cette enquête a été conduite par Timbuktu Institute et Sayara International.

La télévision est le principal canal médiatique de confiance des Maliens. 62% des personnes interrogées affirment lui faire confiance. En revanche, les services de messagerie (SMS, WhatsApp) n’engrangent la confiance que de de 29% des Maliens. Enfin, 36% s’en remettent aux journaux, et 34% à leur entourage.

Au Mali, seulement 6% des personnes interrogées disent avoir entendu     des fausses informations relatives à la COVID-19 la semaine précédant l’enquête, contre 42% ayant répondu par la négative     . Une preuve que la circulation des fausses informations observe un recul dans le pays.

 

Kensio Akpo

Le Timbuktu Institute, le CESTI et Sayara International ont mis en place une veille de l'opinion publique digitale concernant la pandémie de la COVID-19. Grâce à notre plateforme de veille, nous analysons des milliers de publications qui émanent des réseaux sociaux, des sites d'information et des blogs, et qui, chaque jour, sont diffusées dans 8 pays du Sahel (Sénégal, Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso, Cameroun, Tchad, Soudan).

 Soumettez-nous une information, les journalistes du CESTI la vérifieront.

Restez informés sur les actions et activités menées par le CESTI et le Timbuktu Institute pour combattre la désinformation au Sahel.

Pour toutes informations sur " La vérité sur la COVID-19 "

 

La majorité des Soudanais soutient la stratégie d’auto-isolement des personnes ayant été déclarées positives à la COVID-19. Cependant, la tendance à plus ou moins adhéré à cette mesure de prévention contre le virus fluctue avec le niveau d’éducation. C’est ce que révèle l’étude sociologique de Timbuktu Institute et Sayara international, réalisée en décembre 2020 dans huit pays du Sahel (Burkina-Faso, Cameroun, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Soudan et Tchad), sur un échantillon hautement représentatif de plus de 4000 personnes interrogées.

L’auto-isolement comme mesure de prévention contre la COVID-19 trouve un soutien plus ou moins fort chez les Soudanais en fonction de leur niveau d’éducation et d’instruction. Pour mesurer l’impact de cette variable, 828 personnes ont été interrogées dans le cadre de cette enquête.

Il en ressort que même les Soudanais n’ayant jamais fréquenté l’école ont conscience de l’importance de l’auto-isolement. Ils sont ainsi 55% à être d’accord sur le fait que si une personne est testée positive à la COVID-19, elle doit s’isoler. Quant à ceux qui n’ont fréquenté que l’école primaire, ils sont 67% à aller dans ce sens. Les Soudanais ayant été au collège sont eux à 84% d’accord avec ce principe. Ce taux monte à 89% pour les Soudanais ayant été au lycée. Enfin, 93% des sondés ayant suivi un cursus universitaire s’entendent sur cette mesure de prévention.

Ces taux mettent en évidence la peur de propager le virus, ce qui se traduit par la conscience de la responsabilité individuelle des Soudanais à préserver leur communauté. Ainsi, le Ministre soudanais de la Santé pendant cette enquête a affirmé : « Nous sommes arrivés à la conviction que nous devrions laisser la corde sur le bateau. C'est une pandémie. Nous ne savons pas combien de temps elle va durer, donc les gens doivent s'adapter et suivre les précautions ou mourir. Tout se résume à la responsabilité personnelle et individuelle. »

Le Timbuktu Institute, le CESTI et Sayara International ont mis en place une veille de l'opinion publique digitale concernant la pandémie de la COVID-19. Grâce à notre plateforme de veille, nous analysons des milliers de publications qui émanent des réseaux sociaux, des sites d'information et des blogs, et qui, chaque jour, sont diffusées dans 8 pays du Sahel (Sénégal, Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso, Cameroun, Tchad, Soudan).

 Soumettez-nous une information, les journalistes du CESTI la vérifieront.

Restez informés sur les actions et activités menées par le CESTI et le Timbuktu Institute pour combattre la désinformation au Sahel.

Pour toutes informations sur " La vérité sur la COVID-19 "

 

Les théories du complot resurgissent dans les pays du Sahel avec l’arrivée des vaccins anti-COVID et alimentent d’autant plus la réticence des populations.

Le scepticisme à l’égard des vaccins anti-COVID gagne du terrain au Sahel. En effet, la circulation des fake news et des théories conspirationnistes relatives à la COVID-19 a renforcé cette défiance. Une défiance déjà présente en Afrique au sujet d’autres vaccins, tels que celui contre la méningite ou le choléra.

Ainsi, d’après une veille médiatique conduite au mois de février sur la plateforme « COVID-Mention » dans les 8 pays de l’étude (Sénégal, Mali, Mauritanie, Burkina Faso, Niger, Cameroun, Tchad et Soudan), les théories complotistes envahissent autant l’espace public sahélien que les informations vérifiées et correctes. Parmi les théories les plus en vue, celle concernant la Fondation Bill et Melinda Gates, très active dans la recherche sur les maladies et les vaccins en Afrique, s’est vue très populaire. Selon certains, la COVID-19 aurait été créée par le fondateur de Microsoft pour réduire la population mondiale et s’enrichir davantage.

Au début du mois de mars, les théories du complot continuent d’inonder la toile sahélienne. Cela peut s’expliquer par l’arrivée au Soudan de 828 mille doses de vaccins grâce au dispositif onusien COVAX. Au même moment, une vidéo figurant la première dame sénégalaise se faisant vacciner avec ses proches fait polémique. Certains en sont venus à dire qu’il existerait une « vaccination de privilégiés ». Le pic de cette effervescence des théories complotistes va s’observer le 3 du mois, deux jours avant la date à laquelle le Mali reçoit 396 mille doses du vaccin AstraZeneca. Ces débats vont se poursuivre jusqu’en avril, au moment où le Cameroun reçoit ses premières doses du vaccin Sinopharm. 

La peur des effets secondaires méconnus de ces nouveaux vaccins explique, entre autres, le refus de bien des personnes de se faire vacciner. Tout dernièrement, les problèmes observés avec le vaccin AstraZeneca ont accentué ce climat de suspicion. Même si le lien entre les thromboses observées chez certaines personnes vaccinées et le vaccin AstraZeneca lui-même n’a pas encore été établi, les opinions publiques sahéliennes ont majoritairement exprimé leur appréhension et leur refus de se faire vacciner. 

Par ailleurs, ces craintes ont pris une envergure particulière suite à l’interview de Jean-Paul Mira, chef de service à l’hôpital Cochin de Paris, diffusée en avril 2020. Le médecin a alors suggéré de réaliser les tests du vaccin anti-COVID en Afrique. La séquence télévisée a fait le tour du monde et a hautement choqué l’opinion. De plus, des scandales passés, comme la mort en 1996 de onze enfants nigérians à la suite d’essais cliniques conduits par le géant pharmaceutique Pfizer contre la méningite, ont également causé des blessures historiques.

Les sites internet : entre complots et bonnes informations

Parmi les différentes sources d’information en ligne, ce sont les sites d’information qui engagent le plus de débats complotistes concernant la COVID-19. Un top sept de ces sites web liste par exemple 4 de nos pays cible (Sénégal, Mali, Burkina Faso, et Cameroun).

Toutefois, les sites web essaient aussi de distribuer la bonne information relative au virus. Au Sénégal, il existe par exemple environ 300 sites d’information, et ils profitent d’un taux de pénétration d’Internet relativement considérable dans le pays.

Dans tous les cas, les théories complotistes, aussi bien diverses dans le fond que dans la forme, compromettent le partage et l’assimilation des vérités sur la COVID-19 et ses corollaires par les populations de la région. 

 

 

Suzanne Batista

Le Timbuktu Institute, le CESTI et Sayara International ont mis en place une veille de l'opinion publique digitale concernant la pandémie de la COVID-19. Grâce à notre plateforme de veille, nous analysons des milliers de publications qui émanent des réseaux sociaux, des sites d'information et des blogs, et qui, chaque jour, sont diffusées dans 8 pays du Sahel (Sénégal, Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso, Cameroun, Tchad, Soudan).

 Soumettez-nous une information, les journalistes du CESTI la vérifieront.

Restez informés sur les actions et activités menées par le CESTI et le Timbuktu Institute pour combattre la désinformation au Sahel.

Pour toutes informations sur " La vérité sur la COVID-19 "

Selon une étude qui se propose d’analyser les comportements des habitants de certains pays du Sahel au regard des informations circulant sur la COVID-19, les Mauritaniens préfèrent largement s’en remettre à leur entourage. Menée en décembre 2020, cette enquête a été conduite par Timbuktu Institute et Sayara International.

Les résultats de cette étude soulignent que les Mauritaniens sont 72% à faire confiance à leur entourage pour s’informer sur la COVID-19. Une tendance cohérente, dans ce pays musulman, où le mode de vie dit traditionnel est encore prisé. Le constat est relativement le même au sujet des services de messagerie (SMS, WhatsApp), qui engrangent la confiance ou une certaine confiance de 64% des Mauritaniens interrogés. Enfin, 70% s’en remettent aux journaux, 46% à télévision, et 42% à la radio.

La désinformation reste, cependant, un problème à considérer, même s’il est peu étendu. Dans les faits, 36% des Mauritaniens ont affirmé avoir entendu la semaine précédant l’enquête des fausses informations sur la COVID-19. Ceci montre que des efforts restent à faire pour éradiquer ce phénomène dans le pays.


Kensio Akpo

Le Timbuktu Institute, le CESTI et Sayara International ont mis en place une veille de l'opinion publique digitale concernant la pandémie de la COVID-19. Grâce à notre plateforme de veille, nous analysons des milliers de publications qui émanent des réseaux sociaux, des sites d'information et des blogs, et qui, chaque jour, sont diffusées dans 8 pays du Sahel (Sénégal, Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso, Cameroun, Tchad, Soudan).

 Soumettez-nous une information, les journalistes du CESTI la vérifieront.

Restez informés sur les actions et activités menées par le CESTI et le Timbuktu Institute pour combattre la désinformation au Sahel.

Pour toutes informations sur " La vérité sur la COVID-19 "

Selon une étude qui se propose d’analyser les comportements des habitants de certains pays du Sahel au regard des informations circulant sur la COVID-19, les Nigériens font majoritairement confiance en la radio. Menée en décembre 2020, cette enquête a été conduite par Timbuktu Institute et Sayara International.

Au Niger, les populations font massivement confiance à la radio pour s’informer sur la COVID-19 (70%). Ils sont 65% à faire confiance à la télévision, et 44% à se fier aux sources en ligne (médias sociaux, sites web, etc.). Même son de cloche au sujet des services de messagerie (SMS, WhatsApp), qui engrangent la confiance ou une certaine confiance de 52% des Nigériens interrogés. Enfin, 47% s’en remettent aux journaux, et 60% à leur entourage – ce qui s’explique aisément par le fait que le bouche à oreille est assez répandu dans cet environnement.

En outre, les fausses informations sur la COVID-19 circulent relativement peu au Niger. En effet, 55% des personnes interrogées ont déclaré ne pas avoir entendu     de fausses informations relatives à la COVID-19 la semaine précédant l’enquête, contre seulement 24% ayant répondu par l’affirmative.

Kensio Akpo

Le Timbuktu Institute, le CESTI et Sayara International ont mis en place une veille de l'opinion publique digitale concernant la pandémie de la COVID-19. Grâce à notre plateforme de veille, nous analysons des milliers de publications qui émanent des réseaux sociaux, des sites d'information et des blogs, et qui, chaque jour, sont diffusées dans 8 pays du Sahel (Sénégal, Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso, Cameroun, Tchad, Soudan).

 Soumettez-nous une information, les journalistes du CESTI la vérifieront.

Restez informés sur les actions et activités menées par le CESTI et le Timbuktu Institute pour combattre la désinformation au Sahel.

Pour toutes informations sur " La vérité sur la COVID-19 "

Le Burkina Faso a enfin lancé, ce 2 juin, sa campagne de vaccination anti-COVID. Le défi sera maintenant de convaincre les populations à se faire vacciner, dans un pays perméable aux théories complotistes relatives à la COVID-19, à cela s’ajoute le mécontentement des populations face à la fermeture des frontières terrestres.

Alors que plusieurs pays africains avaient déjà reçu leurs doses de vaccins, le Ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement du Burkina Faso, déclarait, il y a de cela quelques semaines, que la question du vaccin n’était pas  un sujet de grande préoccupation pour son pays, au regard de la tendance baissière du nombre de cas enregistrés. Néanmoins, le pays a reçu dans la soirée du dimanche 30 mai, quelques 115 000 doses de vaccins AstraZeneca contre la COVID-19 via le dispositif onusien COVAX. Ce lot va permettre à ce pays d’Afrique de l’Ouest d’entamer dès le 2 juin une première phase de vaccination. Si le ministre burkinabé de la Santé, Charlemagne Ouédraogo, s’est dit satisfait de l’arrivée du vaccin, il existe néanmoins une réticence évidente à son égard dans le pays.

Les thèses complotistes inondent l’opinion publique

Nombre de jeunes restent tout de même réfractaires aux décisions gouvernementales, affirmant, sur Facebook en particulier, ne pas faire confiance aux autorités du pays. Ils doutent de la réalité de l’existence de la pandémie en Afrique. Ils estiment que la COVID-19 se résume à une grippe ne pouvant nuire aux Africains et pensent que les autorités déclarent des cas de COVID pour générer des fonds. Toujours selon ces jeunes burkinabè, les vaccins anti-COVID auraient été créés par Bill Gates et certaines industries pharmaceutiques pour diminuer la population africaine et se faire davantage d'argent.